De gros mensonges sur l'Accord nucléaire entre EDF et Londres

Publié le par dan29000

 

Accord nucléaire Londres-EDF : les plus gros mensonges
de : Observatoire du nucléaire


mercredi 23 octobre 2013

 

Les dirigeants d’EDF, accompagnés par la plupart des médias français, mentent effrontément concernant l’accord nucléaire Londres/EDF. Voici les principales rectifications à connaître.

 L’accord nucléaire EDF/Londres est définitif

FAUX

Non seulement il reste encore quelques éléments à finaliser dans cet accord multipartites (Londres, EDF, le chinois CGNPC, peut-être Areva) mais, SURTOUT, cet accord va ensuite être étudié en détail - pendant environ une année - par la Commission européenne. Or, il y a de bonnes chances que cette dernière annule tout (cf http://observ.nucleaire.free.fr/acc... ) car l’accord en question revient à subventionner massivement, avec l’argent public et/ou les factures des citoyens, une activité lourdement déficitaire.

 EDF va construire deux réacteurs EPR à Hinkley Point

PEUT-ETRE.

Mais le projet sera pratiquement anéanti si la Commission européenne annule l’accord Londres/EDF. Même les riches Chinois hésiteront à reprendre le projet sans de puissantes subventions publiques.

 Cet accord est la preuve de l’attractivité du réacteur français EPR

FAUX.

En réalité, comme personne ne veut d’EPR, EDF a carrément racheté au prix fort (15 milliards) British energy, renommé EDF energy, pour que celui-ci commande des EPR. Ce sont donc finalement les Français qui vendent des EPR à des Français, grâce à l’argent d’EDF. La ficelle est grossière. et ruineuse.

 Cet accord est la preuve de la rentabilité du nucléaire

FAUX.

Au contraire, la production d’électricité avec de nouveaux réacteurs nucléaires est une activité tellement déficitaire que EDF a exclu de se lancer sans de puissantes subventions publiques et, surtout, sans un prix d’achat garanti par Londres qui devra couvrir les pertes du projet pendant. 35 ans !

 Si la construction des réacteurs a vraiment lieu, cela rapportera de l’argent à la France

FAUX.

Les rares précédentes ventes d’EPR ont été de graves flops financiers pour la France car, pour convaincre des acheteurs de se lancer, les EPR ont été bradés à 3 milliards (EPR vendu à la Finlande), 3,5 milliards (EPR vendu.. à la France), et 3,6 milliards les deux (EPR bradés à la Chine). Or les chantiers de Finlande et de Flamanville montrent que le coût réel d’un EPR est environ de 10 milliards. Cette fois, l’EPR semble être vendu à un prix beaucoup plus proche du coût réel : 9,5 milliards par réacteur. Mais c’est EDF (plus précisément sa filiale EDF energy) qui les achète, les Français sont donc les premiers à payer le vrai coût - ruineux - des EPR ! Cf http://reacteur.epr.free.fr

 Cet accord signe le "grand retour" du nucléaire en Grande-Bretagne

FAUX

Quand bien même les deux réacteurs annoncés verraient le jour, probablement dans plus de 10 ans, la réalité est que de nombreux réacteurs britanniques, très âgés, vont fermer entre temps. C’est en particulier le cas de ceux rachetés en 2008 par EDF lors de son acquisition de British energy : pour construire peut-être de nouveaux réacteurs, EDF est d’abord devenu propriétaire d’antiquités.

Londres prétend faire passer de 18% à 40% la part du nucléaire dans la production nationale d’électricité, or il est bien plus probable de voir cette part passer en dessous des 10%...

 Cet accord signe le "grand retour" du nucléaire sur la planète

FAUX

La part du nucléaire dans l’électricité mondiale est passée de 17% en 2001 à 9,5% aujourd’hui. Il y a bien quelques dizaines de réacteurs en chantier (principalement en Chine), lancés avant Fukushima, mais ils seront très loin de compenser les centaines de réacteurs qui vont fermer dans les 20 ans : la majorité des 380 réacteurs encore en service sur Terre sont très anciens et ont commencé à fermer. Sans parler de ceux qui pourraient bien causer entre temps de nouvelles catastrophes.

Cf http://observ.nucleaire.free.fr/wna...

 

SOURCE / BC

 

Publié dans environnement

Commenter cet article

Julien 29/10/2013 22:56

Une chose dont on ne parle guère aussi, c'est que ce tarif nucléaire est pour l'année 2012 (rétroactif) tout en étant indexé sur l'inflation (déjà 3 points en un an). Alors, d'ici 2023 !

D'autres éléments d'information :

http://energeia.voila.net/electri2/nucleaire_grande_bretagne.htm

Et puis, il y a toujours eu les grands discours sur l'avenir du nucléaire. Mais du discours à la réalité, il y a un grand écart.