Cinéma Jenin, l'histoire d'un rêve, un documentaire inédit sur Arte

Publié le par dan29000

Cinéma Jenin

L'histoire d'un rêve

dimanche 24 novembre à 22h50 (94 min)

Comment le projet de reconstruire le cinéma de Jénine, en Cisjordanie, se heurte aux préjugés d'une société marquée par la violence.

 

2008, à Jénine. Le réalisateur allemand Marcus Vetter retrouve Ismaël, le protagoniste de son précédent film (Le cœur de Jénine, Prix du cinéma allemand 2010) pour mener un projet ambitieux : reconstruire le cinéma de cette ville de Cisjordanie bordée par un camp de réfugiés, considérée comme le bastion de la résistance palestinienne. Incendié lors de la première Intifada de 1987, il a été laissé à l'abandon depuis, privant la population de tout espace culturel. Les deux hommes sont rejoints par un interprète, Fakhri Hamad, qui devient bientôt responsable du projet, et sont encouragés par Juliano Mer-Khamis, acteur, réalisateur et militant politique israélien qui a fondé le Théâtre de la liberté à Jénine. Si, dans un premier temps, les négociations avec les (trop) nombreux copropriétaires du cinéma sont âpres, les promesses de subventions et les soutiens commencent à arriver, notamment du gouvernement allemand et du ministère de la Culture palestinien. Mais, à peine le chantier entamé et les premiers bénévoles allemands hébergés, les rumeurs de collaboration avec Israël s'intensifient et entament la confiance de la population, surtout quand l'État hébreu lance des raids meurtriers contre Gaza. Même Ismaël doute : l'espoir de réconcilier les deux peuples par la culture lui semble désormais bien "naïf". Et malgré ses gardes du corps, Juliano Mer-Khamis est assassiné de douze balles devant son théâtre le 4 avril 2011…

Rêves et préjugés

En suivant pas à pas la rénovation du cinéma, Marcus Vetter pointe toutes les difficultés auxquels se heurte ce projet culturel éminemment politique : comment ne pas provoquer la méfiance des Palestiniens ? Quels films choisir sans heurter les valeurs de la société musulmane ? Peut-on inviter des Israéliens à l'inauguration ? Si l'espoir et l'énergie finissent par l'emporter, la violence et les préjugés entre les deux peuples ne faiblissent pas. Et toute tentative de "normaliser" leurs relations peut se payer au prix fort. Se sentant menacés depuis l'assassinat de Juliano Mer Khamis, Fakhri Hamad et Marcus Vetter ne sont pas revenus à Jénine.

SOURCE / ARTE.TV

 

Publié dans écrans

Commenter cet article