A Cognac, répression policière contre un chômeur

Publié le par dan29000

Un chômeur "tasé"

jeudi 12 décembre 2013, par Serge Havet

 

AC ! dénonce la répression policière contre les demandeurs d’emploi

Un demandeur d’emploi a été l’objet d’un jet de taser dans le pôle emploi de Cognac en Charente.

Ce chômeur en très grande difficulté venait demander de l’aide, peut-être un peu énervé par sa situation de grande détresse. Mais cela n’explique pas le geste inopiné de la police.

Comment peut-on admettre du pôle emploi qui est un service public, un tel acharnement de répression contre un demandeur d’emploi.

AC ! dénonce une exaction sans commune mesure, les radiations administratives et le manque d’humanité à l’accueil des Pôle emploi. Notre association rappel que les Chômeurs ont des droits qui sont souvent bafoués par l’institution et qu’il est en tous cas de plus en plus difficile de les faire respecter. Notre association se réserve le droit de porter plainte contre Pôle emploi .

Nous demandons au ministre Michel Sapin, d’intervenir auprès de la direction de pôle emploi pour sanctionner les auteurs de cette intervention contre un demandeur d’emploi en situation de précarité. AC ! demande la démission du directeur régional de Poitou Charente et du directeur départemental de Charente ainsi que du directeur d’agence de Cognac responsable de cette agression violente.

Serge Havet Président des amis d’AC ! AC ! Région Nord/Pas de Calais 4/2 rue du Professeur Lamaze 59000 LILLE tél : 03 20 29 68 19 acnpc@hotmail.com

COMMENTAIRE DE L’ORIGINAL DE L’ARTICLE DE LA CHARENTE LIBRE

Cognac : très énervé à Pôle emploi, le Taser en vient à bout 11 dec 2013 http://www.charentelibre.fr/2013/12...

Il est monté dans les tours. Trop ! Un jeune Cognaçais de 23 ans a piqué une grosse colère lundi après-midi dans les locaux de Pôle emploi. ( Pourquoi ? Que demandait il ? Rien dans cet article ! Etait ce un problème de versement, de nombre de jours, de fin de droit ? )

Mécontent de ne pas être entendu comme il le souhaitait, il s’est d’abord énervé, avant de passer au mode agressif puis menaçant envers le personnel de la structure.

( Il est de plus en plus difficile d’être reçu à Pole emploi sans RDV , pour un litige, il faut parfois des semaines !! Là qu’en est il ? La première violence pour un chômeur est de rester sans réponse !! )

Alertée, la police nationale a tenté de le calmer. Sans succès.

( Plutôt que d’alerter la police il eut été plus judicieux de le recevoir. Quid de la fonction de directeur (rice ) d’agence.)

L’homme a, au contraire, reversé sa colère et ses menaces sur les forces de l’ordre. Refusant d’être interpellé, il s’est alors rebellé, blessant légèrement au passage deux agents qui n’ont eu d’autre choix que d’utiliser un pistolet à impulsion électrique de type Taser pour en venir à bout. Gardé à vue puis relâché, il est reparti avec une convocation au tribunal d’Angoulême pour le mois de mars prochain.

( Certes nous ne pouvons cautionner la violence envers les salarié(e)s de Pôle emploi ; mais nombre de chômeurs sont exaspérés d’attendre, de ne pas savoir, de constater des erreurs dans leur dossier ! Nous le répétons à longueur de communiqué, avec les syndicats de Pôle emploi : « la souffrance est des deux côtés du comptoir », mais les chôemurs on droit à un vrai service public et pas à des reflexes de criminalisation.)

 

SOURCE / ac-chomage.org

Publié dans actualités

Commenter cet article