CGT, Le Paon : pour contrecarrer le Medef, la CGT doit être réformiste

Publié le par dan29000

SELON LE PAON , POUR CONTRECARRER LE MEDEF, LA CGT DOIT ETRE REFORMISTE


de : RICHARD PALAO


mercredi 11 décembre 2013

Je sais , certains vont dire que je fais une fixette sur LE PAON et la direction confédérale , mais je ne suis pourtant pas responsable si ceux-ci multiplient les actions et déclarations qui enlisent à chaque fois un peu plus la CGT dans la collaboration de classe :

Après avoir défilé bras dessus bras dessous en BRETAGNE pour la défense de l’emploi avec BERGER le signataire CFDT de L ANI qui facilite les licenciements et officialise la précarité , LE PAON a cru bon de réitérer devant le CCN les propos qu’il avait tenu dans le numéro 60 de la revue confédérale " ENSEMBLE" ( LE PAON affirmait que c ’était une caricature de dire qu’il existait un pôle syndical réformiste et un pôle radical ...)

Certes devant les réactions venues de la base mais également de divers niveaux de la hiérarchie y compris du CCN , LE PAON a essayé de la jouer fin en attribuant ses propres propos au MEDEF qui regretterait qu’en FRANCE il existe encore un syndicalisme radical et un autre réformiste . En voulant désamorcer le mécontentement de la base , LE PAON essaie de faire valider par l’instance dirigeante ses propos antérieurs , pour lui , le MEDEF ment , tous les syndicats sont unis contre lui , il n’y a pas des tièdes et des radicaux , il convient donc de faire l’unité au sommet avec tous les syndicats et en priorité poursuivre la stratégie du syndicalisme rassemblé avec la CFDT ; pour LE PAON il n ’y a pas de différences FONDAMENTALES entre syndicats , alors que tous les autres organisations revendiquent officiellement leur réformisme , en feignant de l’ignorer LE PAON dévoile sa ligne : rendre la CGT "soluble" dans le réformisme et mettre à mort le syndicalisme de classe .

Je ne sais pas si "c’est à l’insu de son plein gré " ou volontairement , mais en voulant soi disant "contrer" le MEDEF, LE PAON approuve le patronat qui constate avec regrets que la base de la CGT est combative , lutte contre sa politique de chomage de bas salaire de démolition des retraites , engage des actions , alors que la direction confédérale comme celle des autres syndicats ne font pas leur boulot pour coordonner les luttes et négocient la régression sociale en freinant au maximum les actions revendicatives . Le MEDEF a tout compris , il sait que ses adversaires de classe se sont les militants de la CGT et il le dit haut et fort afin " d’encourager " la direction confédérale à tout faire pour que celà cesse et que la CGT rejoigne définitivement le camp réformiste . Après cette nouvelle déclaration , force est de constater que LE PAON est très obéissant .

Combien de temps cette dichotomie entre la base et le sommet va t-elle continuer d’affaiblir le syndicalisme de classe ? Combien de temps la base va t-elle continuer à accepter celà ? Nombreux sont ceux qui sont en désaccord avec la ligne réformiste confédérale mais continuent d’ adopter la stratégie de "la forteresse assiégée "et se taisent la rage au coeur de peur d’affaiblir encore plus le syndicalisme de classe en provoquant une crise dans la CGT . Mais qui affaiblit et conduit à une mort annoncée le syndicalisme de classe , si ce n ’est la direction confédérale ? Certes on va me dire : MAIS CETTE DIRECTION A ETE ELUE DEMOCRATIQUEMENT AU DERNIER CONGRES ...EXACT ...mais que je sache , à ce congrès , les statuts de la CGT n’ont pas été modifiés et la démocratie voudrait qu"une direction élue les respectent , or ces statuts disent toujours que la CGT est un organisation anticapitaliste , un syndicate de masse et DE CLASSE ... Alors qui ne respecte pas sa fonction et le mandat pour lequel il a été élu , qui viole sciemment les statuts de la CGT ? qui détourne le combat de CLASSE de la base pour s’aligner sur le syndicalisme réformiste qui ne reconnait pas la lutte de classes ?

Alors que faire ? je ne partage pas l’avis de ceux qui veulent quitter la CGT car là ce serait vraiment participer à l’affaiblissement du syndicalisme de classe , LA CGT demeure le meilleur outil de lutte contre le patronat , mais se taire et ne pas combattre cette direction , c’est à mon avis , souvent involontairement , participer ou pour le moins se rendre complice de l’entreprise de liquidation du syndicalisme de classe .

Un frémisssement vient de se produire qui a conduit LE PAON à tenter de s’expliquer , il faut poursuivre dans cette voie , ne rien laisser passer à cette direction réformiste , dénoncer , critiquer , demander des comptes à chaque abandon , mais il faut surtout poursuivre les actions à la base avec tous ceux qui veulent se battre sur une ligne de classe afin tôt ou tard de contraindre cette direction à se soumettre ou à se démettre .

 

SOURCE / BC

Publié dans actualités

Commenter cet article