En région Ile-de-France, l'étrange gestion de Jean-Paul Huchon

Publié le par dan29000

Région Ile-de-France : l’étrange gestion de Jean-Paul Huchon
de : lavraiegauche

 


jeudi 28 novembre 2013

 
JPEG - 119.2 ko
Jean-Paul Huchon et la démocratie
Jean-Paul Huchon et la démocratie

Président socialiste du Conseil de la région Ile-de-France depuis 14 ans, Jean-Paul Huchon est aujourd’hui vivement critiqué pour une gestion des finances publiques perçue comme hasardeuse, voire totalement scandaleuse...

 

 

La CRC (Cour régionale des Comptes) francilienne épingle Jean-Paul Huchon dans deux rapports. Le premier porte sur les records d’absentéisme des agents techniques chargés de l’entretien des lycées de la région et le second pointe la législation totalement incohérente mise en application par la région pour l’attribution des places en crèches. Finalement, le résultat est un manque à gagner de plusieurs dizaines de millions d’euros par an pour la région.

Epinglé pour sa gestion, Jean-Paul Huchon est aussi pointé du doigt pour une distribution un peu trop partiale des subventions. Ses opposants dénoncent notamment ses liens avec la ministre Cécile Duflot, à l’origine de l’acquisition d’un hôtel particulier de 20 millions d’euros réservé aux bureaux des vice-présidents du conseil régional ou encore la location d’une plage privée aux frais du contribuable pour la représentation parisienne au festival de Cannes. En outre, l’ancien ministre est accusé d’arroser le Chili de subventions, pays pour lequel il a une attirance particulière, pour des projets parfois un peu farfelus comme le don de 65 000 euros pour l’organisation au Chili d’un spectacle sur l’histoire du Hip-Hop. En cette période de crise, ces dépenses pourraient apparaitre comme un peu superflues aux électeurs parisiens…

Déjà condamné en 2007 pour « prise illégale d’intérêts » (en faveur de sa femme) à 6 mois de prison avec sursis et 60 000 euros d’amende, on peut aussi rappeler qu’en 2005, la petite amie de son fils fut embauchée par le musée de la solidarité du Chili, à qui la région avait auparavant versé 400 000 euros. Alors que François Hollande désire la transparence des élus de la majorité, il doit cependant faire face aux dérives de certaines têtes de file socialiste, ce qui ne l’aidera pas pour sa côte de popularité.

Il est temps qu’une vraie gauche prenne le pouvoir...

 

SOURCE / BC

Publié dans actualités

Commenter cet article