Vue imprenable sur la folie du monde, de Denis Robert, Les Arènes

Publié le par dan29000

Denis Robert et ses lecteurs, c'est déjà une longue et belle histoire. Une histoire qui débuta avec Libération au début des eighties où nous attendions avec impatience ses reportages dans son fief de l'est de la France, sur de nombreuses affaires politico-financières. Donc Denis Robert en journaliste.

Puis il quitta Libé afin d'écrire. D'abord des romans. On retiendra particulièrement Le bonheur, délicieux petit roman érotique, ou encore Une ville, sans oublier La domination du monde. Donc Denis Robert en écrivain.

Le grand public le découvrit avec La justice ou le chaos, et surtout avec son long combat d'une décennie contre Clearstream. Deux ans d'enquête sur cette fameuse chambre de compensation luxembourgeoise. Résultat, 200 visites d'huissiers à son domicile, une soixante de plaintes dans plusieurs pays, dix ans de procédure, 100 000 euros de frais de justice, un concert et un comité pour le soutenir. Enfin la cour de cassation lui donne raison en 2011 pour "l'intérêt général du sujet traité et le sérieux de l'enquête". Donc Denis Robert en lanceur d'alerte.

On pourrait aussi signaler sa filmographie (Journal intime des affaires en cours ou L'affaire Clearstream racontée à un ouvrier de chez Daewoo). Donc Denis Robert en cinéaste. Ou encore Denis Robert en plasticien exposant à la galerie W à Paris.

 

Dans Vue imprenable sur la folie du monde, le lecteur va découvrir avec plaisir et émotion un Denis Robert en voyageur, un Denis Robert intime, avec son fils de huit ans. Une sorte de voyage-constat sur l'état de sa région natale, la Moselle. Région en difficulté, comme disent certains. Région sinistrée. La sidérurgie est partie il y a déjà quelques décennies, les emplois aussi. Restent les habitants. Au fil de sa pérégrination il revient sur des lieux dont il n'est jamais vraiment parti, refusant de quitter cette région qu'il aime tant. La Lorraine tente de survivre. Le passé est détruit, même si certains ont tenté de le muséifier de manière grotesque. La vallée de la Fensch, chère à Lavilliers, est toujours là et c'est les multiples rencontres qui donnent la coloration de ce road-movie littéraire généreux. Des anciens potes, des chômeurs, des élus, des retraités, des " gens de peu" comme dirait Sansot, des gens qui avaient voté Mitterrand jadis et qui n'y croient plus, des petits mafieux, et trois frontières. Il y a aussi le foot, et la coke, et l'alcool. Passer le temps, passer sa vie. Vingt-cinq ans après ses premières enquêtes pour Libé, le constat est angoissant, tous les maux cumulés de cette région, non seulement sont toujours là, mais cela a empiré. L'industrie disparue, il y a un Musée du charbon, et un Musée du fer et même...une montagne à singes (importés du Maroc). Le degré zéro des politiciens locaux.

Un magnifique parcours avec bagnole, fiston, Beach Boys, arrêts multiples, réflexions politiques et économiques sur notre monde. Qui va pas vraiment bien. Plus d'une région meurt lentement en Europe. Trahison des élites qui, elles, s'en tirent toujours... Vue imprenable sur la folie du capitalisme en crise, crise qui, comme d'habitude dans l'histoire, le renforce. Difficile d'interrompre la lecture du bouquin quand le lecteur voyage et partage avec ce père et ce fils. Certes le voyage est sombre comme la situation actuelle. Mais le voyage dégage une vraie chaleur, un vrai sens du détail qui parle, nous parle. Mieux qu'un essai politique. Même si en définitive cette errance volontaire est tout à fait politique. Mais aussi humaine. Il s'en dégage un sentiment humain profond.

A la croisée de la politique, de l'économique, de la sociologie, saupoudré d'amitié, de chaleur, de questions intelligentes que l'auteur n'est pas seul à se poser, Vue imprenable sur la folie du monde est un des meilleurs livres de Denis Robert. Peut-être un de ceux qui demeureront le mieux dans le temps. Un scanner sur une région dévastée par la financiarisation du monde à la charnière de deux siècles.

Constat implacable, mais avec style et chaleur, le rendant compréhensible au plus grand monde. Sans doute est-ce là le talent. Un livre à partager, bien mieux que tous les discours de nos politiciens actuels.

 

Dan29000

 

Vue imprenable sur la folie du monde

Denis Robert

Éditions Les Arènes

2013 / 284 p / 21 euros

 

EXTRAIT :

"J'habite un no man's land, un pays de fer et de charbon. Ici, l'avenir a longtemps reposé sur son sous-sol, ses entrailles, ses galeries. Depuis une vingtaine d'années, les mines, les hauts fourneaux et les laminoirs ferment, rouillent, deviennent des musées ou sont démontés pour être exportés en Chine, en Corée ou au Vietnam. J'aurais pu vivre ailleurs. Une machine à écrire, un téléphone, une gare à proximité : je n'ai besoin de rien d'autre. On m'a proposé des maisons dans le Sud pour pas trop cher, j'ai toujours trouvé des excuses pour rester au bord de la Moselle. Mon entourage fait pression pour qu'on déménage. Je résiste. Je sais que l'horizon est bouché, qu'on s'emmerde dans le coin, mais on s'emmerde partout quand on a plus de rêves. Et de ce bout de terre bordé par trois frontières, la vue est imprenable sur la folie du monde."

 

Publié dans lectures

Commenter cet article