Le pyromane, un premier roman de Thomas Kryzaniac, éditions L'âge d'homme

Publié le par dan29000

Souvent la première phrase d'un roman est la plus importante. Elle donne le ton des pages suivantes, surtout dans un premier roman.

"Tout jeune, je me suis lancé dans la rédaction d'une encyclopédie dédiée aux chats écrasés."

Une phrase assez mystérieuse, assez choquante, qui va donner le tempo de cet étrange roman écrit par un musicien ayant déjà à son actif quelques albums sous le nom d'Ernesto Violin.

Au centre de ce fascinant roman, un jeune homme seul obsédé par le feu, ou plutôt par l'absence du feu. Feu qui pourrait bien être là. Feu qui pourrait bien faire disparaître son immeuble. L'obsession est telle qu'il s'est séparé de ses meubles afin de ne pas céder à la possibilité de l'incendie. Dedans, mais aussi dehors. Son feu pourrait bien être partout.

Le narrateur est donc le pyromane. La non-présence du feu est presque aussi puissante que le feu lui-même, et ce n'est pas le contact épisodique avec un voisin fou qui va arranger la situation. Alors le pyromane va devoir s'approcher au plus près de ce qu'il redoute et l'un des chapitres du roman va le trouver dans une longue errance un bidon d'essence à la main.

A 27 ans, Thomas Kryzaniac nous offre ici un premier roman d'une grande force qui ne peut laisser le lecteur indifférent. Certes une certaine désespérance se dégage des actes de son héros perdu dans un monde infernal. Le symbolisme du feu, à la fois destructeur et purificateur ajoute à la noirceur du texte.

Un roman d'autant plus marquant que l'on sent poindre un véritable talent d'écrivain.

 

Dan29000

 

Le pyromane

Thomas Kryzaniac

Collection contemporains

Éditions L'âge d'homme

2013 / 200 p / 17 euros

 

 

 

Publié dans lectures

Commenter cet article