A Bussière-Boffy, dans l'affaire des yourtes, les dérives du maire condamnées

Publié le par dan29000

Le 12 février 2014, le tribunal administratif de Limoges a annulé, pour la 3ème fois, l'arrêté du maire interdisant le camping, considérant qu'il n'y a pas de péril quant à la sécurité et à la salubrité pour la pratique du camping sur la commune.


La commune est condamnée à verser 1 500 euros aux 32 requérants.


Nous sommes très satisfaits de cette décision de justice qui, cette fois encore stoppe les dérives de notre édile. Rappelons que le Tribunal administratif l'a condamné précédemment pour abus de pouvoir et atteinte aux libertés fondamentales.

 

 

Le maire de notre jolie petite commune du Haut Limousin a pris successivement 4 arrêtés depuis 2009 pour tenter d'interdire le camping sur nos terres !
Son idée est claire : si les yourtes sont considérées par le tribunal comme des constructions, nous sommes dans l'illégalité puisque nous n'avons pas de permis de construire, et si le tribunal considérait que les yourtes sont des tentes, l'interdiction de camping rendrait nos habitats illégaux.
Nous avons été plus de 30 personnes à nous opposer à ces arrêtés, tous propriétaires des terrains concernés
et souhaitant préserver notre droit de camper, droit considéré comme une liberté fondamentale. En bref, l'objectif de ce maire consiste à criminaliser nos familles depuis 6 ans.
Dans une interview à France 3, défiant une nouvelle fois la justice, le maire déclare qu'il reprendra un arrêté... qui sera valable au moins le temps que le tribunal l'annule !

 

Cette histoire qui se déroule à Bussière-Boffy est inquiétante :
- D'une part nous avons à faire à un élu qui dépense l'argent de la commune en innombrables procédures judiciaires contre ses administrés, et utilise sans relâche son pouvoir pour exclure, et diviser la population,
- D'autre part nous constatons que ce maire est soutenu par quelques notables locaux. Ainsi, Mme Pérol-Dumont, présidente du Conseil général et ex-députée, qui lui affirme publiquement son soutien, ou la Préfecture qui nie les engagements pris à notre égard en 2009, ou enfin le Parquet qui décide de faire appel lorsque nous gagnons le procès des yourtes.

Mais peut être que le maire utilise Bussière-Boffy pour ses projets personnels comme la présidence de la communauté de communes qui lui aurait été promise ?
Quels intérêts défendent donc ceux qui soutiennent ce maire ? S'agit-il de clientélisme ? Y aurait-il des intérêts cachés ? Ou seulement un prétexte pour exclure les jeunes et les familles qui veulent vivre simplement et en accord avec l'environnement ?
Après s'en être pris :
-aux enfants (seul maire de France sans doute à avoir fait fermer l'école de sa commune),
-aux journalistes (qu'il qualifie dans le bulletin municipal de « toutous de service qui accourent au coup de sifflet » de l'opposition),
-à ses administrés (dans le bulletin municipal toujours, un habitant du village traité de « tête pensante, si l'on peut dire » de l'opposition),
-aux familles venues repeupler la commune (guerre contre les yourtes, procédures judiciaires contre les habitants « non historiques »),
Jusqu'où ira-t-il s'il est réélu ?

 

Nous espérons aujourd'hui que la population de notre si joli village aura le courage de ne pas voter pour un homme qui se cache derrière la loi pour chasser des familles et leurs enfants et semer la guerre dans le village.

 

SOURCE  /  YOURTES BUSSIERE

Publié dans environnement, alternatives

Commenter cet article