Lanceurs d'alerte, de Florence Hartmann, aux éditions Don Quichotte

Publié le par dan29000

Whistleblowers ?

Mais c'est quoi ce truc ?

Traduisons par "Lanceurs d'alerte".

Si vous êtes cinéphiles, vous penserez à quelques belles figures cinématographiques, d'Erin Brockovitch à Serpico, en passant par le célèbre duo Woodward-Berstein, mais si vous êtes dévoreurs d'actualités, les noms de Snowden, Manning ou Irène Frachon (Mediator) et Denis Robert (Clearstream) surgiront. Les lanceurs d'alerte ne datent pas d'aujourd'hui, notamment aux USA, mais le phénomène est plus récent dans l'hexagone. Il n'est donc pas inutile de faire le point.

 

Alors que le film "Le cinquième pouvoir" est encore sur nos écrans, que Snowden attend en Russie et Assange demeure cloîtré dans l'ambassade d'Équateur à Londres, Florence Hartmann nous offre un cadre d'analyse sur ce phénomène appelé à s'installer dans le temps, un cadre en forme de portraits, des portraits qui, en définitive, nous brossent un tableau de nos démocraties, des démocraties pas vraiment en grande forme où des individus sont obligés de risquer leur carrière, leur liberté et parfois leur vie afin de vaincre l'opacité mortifère des secrets d'État ou des multinationales prédatrices.

 

Ancienne journaliste au Monde, Florence Hartmann a travaillé six ans avec Carla del Ponte, la procureure chargée de poursuivre les nombreux criminels de guerre de l'ex-Yougoslavie et du Rwanda (TPIY et TPIR). Elle est l'auteure de "Milosevic, la diagonale du fou" en 1999 et "Paix et Châtiment" en 2007.

Dans un long et passionnant avant-propos, Florence Hartmann fait un historique édifiant du sujet, de Ralph Nader dans les seventies aux États-Unis, au Conseil de l'Europe qui, en 2010, demande aux pays européens d'adapter leurs lois afin de protéger les lanceurs d'alerte salariés, dans le public et le privé. Les lanceurs d'alerte divisent, et c'est tant mieux. Ils rompent avec le poison du consensus mou. Pour les uns, des traîtres, pour les autres des héros... La grande force des lanceurs d'alerte est de faire surgir la vérité... avec des preuves. Une rupture essentielle, une rupture qui peut déboucher sur des crises, parfois au sommet de l'appareil d'État. Ils sont devenus la preuve vivante de l'existence d'une face cachée des démocraties et des grandes entreprises.

Suivent plusieurs portraits : Daniel Ellsberg, Bradley/Chelsea Manning, Edward Snowden, Mordechai Vanunu, David Kelly, Olivier Thérondel.

Si ces noms sont attachés à des histoires très différentes les unes des autres, des histoires s'étalant sur un demi-siècle, ils ont en commun, une valeur importante : le courage. Car il s'agit bien de cela en réalité.

La figure de l'insider est basée sur le courage de dire, de dévoiler, de prouver, avec la seule volonté de défendre le bien commun. Les lanceurs d'alerte n'ont rien à gagner, mais tout à perdre. Alors que guerres et corruption prolifèrent, les lanceurs d'alerte sont essentiels.

Essentiel comme ce livre de Florence Hartmann.

A lire prochainement, notre article sur le premier livre en français sur Edward Snowden.

 

Dan29000

 

Lanceurs d'alerte

Florence Hartmann

Don Quichotte éditions

2014 / 336 p / 18 euros

 

 

 

Publié dans lectures

Commenter cet article