Ramery et ses 1000 vaches : la justice à deux vitesses a encore frappé !

Publié le par dan29000

Une justice à deux vitesses au bénéfice de Ramery et de ses 1000 vaches

 



12.03.2014 Après trois semaines de délibéré, le tribunal administratif d'Amiens vient enfin de rendre sa décision : selon les juges, le permis de construire de Michel Ramery est valable ! Peu importe donc que l'industriel ait construit ses bâtiments sur des réserves archéologiques, qu'il en ait déplacé certains et agrandi d'autres, que son architecte soit le maire qui a signé son permis de construire. Michel Ramery s'arroge tous les droits, qu'il s'agisse de mépriser un permis de construire ou de proférer des menaces violentes.


 

Mais qui sommes-nous face à celui qui peut même se permettre de convaincre un préfet de ne pas suivre les consignes de ministres ? Qui sommes-nous face à celui qui a pu faire trainer toutes les procédures pour s'assurer une première traite le 1er avril ?

 

Nous sommes ceux qu'on poursuit pendant qu'il construit ce qui nous détruira. Cinq personnes en garde à vue en novembre, Laurent Pinatel, le porte-parole de la Conf' à nouveau convoqué la semaine prochaine… Mais pas encore une seule audition pour celui qui a menacé Michel Kfoury, le président de Novissen, de s'en prendre à sa maison ! La justice n'est pas la même pour tous. Ne sommes-nous donc que les serfs d'un seigneur local ?

 

Ce projet est le symbole d'une agriculture qui fera disparaître les paysans. Il n'est pas compatible avec une agriculture paysanne, pourvoyeuse d'emploi, de produits de qualité et respectueuse de l'environnement, en un mot, synonyme d'avenir. Michel Ramery a fait jouer tous ses atouts pour traire ses 300 premières vaches le 1er avril. Mais nous n'avons pas abattu toutes nos cartes…

 

 

SOURCE/ CONFEDERATION PAYSANNE

 

Publié dans environnement

Commenter cet article