Les cotisations sociales font partie de mon salaire

Publié le par dan29000

LES COTISATIONS SOCIALES FONT PARTIE DE MON SALAIRE !

 

 

Posté par 2ccr le 5 avril 2014

pouvoirachatLes salaires et les cotisations sociales sont primordiaux pour vivre, se soigner, élever sa famille et bien vieillir. Chaque augmentation de salaire gagnée améliore l’économie du pays, la protection sociale et le bien vivre ensemble. Il est bon de rappeler que le salaire ne se limite pas à ce qui est viré chaque mois sur votre compte en banque (le salaire net), mais inclut aussi les cotisations sociales (part salariale et patronale). Les cotisations dites « patronales » sont de l’argent que l’entreprise vous doit au titre de votre travail, comme votre salaire.

Les cotisations sociales ouvrent des droits à diverses  prestations comme la maladie, la maternité, le chômage, l’invalidité, ou encore plus généralement, la famille. 100 euros de cotisations sociales, ce sont notamment 41 euros pour l’assurance maladie, 24 euros pour les retraites, 19 euros pour la famille, etc. La CSG s’est en partie substituée aux cotisations sociales (assurance maladie et famille) mais ne crée pas de droits, contrairement aux cotisations ! Les entreprises ne payent pas la CSG…

Les exonérations de cotisations sociales (dont la réduction Fillon pour les salaires inferieurs à 1,6 fois le smic) qui représentent 27 milliards par an (sans compter les 20 milliards du « Crédit Compétitivité Emploi ») sont un exemple de cadeaux faits aux entreprises qui fragilisent la protection sociale. Un salarié payé au Smic a, du fait des exonérations, une baisse de son salaire socialisé de 406 euros !

La protection sociale accompagne les individus dans les différents moments de la vie. Articulée au travail, elle apporte des réponses convenables aux salariés et à leur famille. Elle doit répondre aux principes de solidarité, de démocratie et d’universalité, qui constituent les fondements de la sécurité sociale. La Sécurité Sociale et la protection sociale ont permis des progrès sociaux considérables en termes de qualité et d’espérance de vie. Les cotisations sociales (part salariale et part patronale) représentent la majeure partie du financement de la protection sociale : les attaquer c’est fragiliser tout le système de protection sociale !

Quand le patronat dit : « il faut baisser le coût du travail », il faut comprendre que nous devons diminuer notre salaire et les protections sociales qui vont avec ! Faire croire que nous pourrions augmenter le salaire net en diminuant les cotisations sociales est une illusion. C’est faire supporter au salarié un risque qu’il devrait assumer individuellement, selon ses moyens, comme cela se passe dans les pays anglo-saxons comme les Etat Unis, avec le succès que l’on connait ! Selon une étude de l’Organisation Mondiale de la Santé datant de 2000, la France avait le meilleur système de santé du monde, tandis que le Royaume-Unis et les Etats-Unis étaient respectivement classés aux 18ème et 37ème rangs mondiaux.

Le patronat, en cherchant à amputer la protection sociale, privilégie une fois de plus la rémunération de capital, les dividendes versés aux actionnaires et les plus hauts salaires : il y a trente ans, les dividendes versés aux actionnaires correspondaient à dix jours de salaire d’un salarié, c’est 45 jours aujourd’hui ! Et oui un salarié travaille 9 semaines par an juste pour assurer de bonnes rémunérations à ces messieurs ! Et ce sont les mêmes qui trouvent que 5 semaines de congés pour les salariés, c’est trop !

Concernant les cotisations familiales, le gouvernement a l’intention de les supprimer totalement avec le fameux « Pacte de Responsabilité de François Hollande, à l’horizon 2017. Ce serait faire un nouveau cadeau aux employeurs d’une partie de la part de notre salaire socialisé. De plus, les 35 milliards de recette amputées devront être compensées soit par l’augmentation de la CSG ou de la TVA ou alors par une baisse drastique des prestations familiales, baisse d’ailleurs déjà engagée dans la Loi de Financement de la Sécurité Sociale pour 2014.

Malheureusement cela ne fait que confirmer que la politique dictée par le MEDEF et mise en œuvre par le gouvernement ne donne de bons résultats que pour les patrons et les actionnaires. Les 30 milliards de nouveaux cadeaux promis au patronat et les 50 milliards de réduction de la dépense publique ne feront qu’aggraver la situation de millions de salariés, de privés d’emplois…

Peu a peu nous glissons vers un système à l’anglo-saxonne, mais il faut savoir que l’espérance de vie est inferieure de trois ans au Etats-Unis qu’en France, la mortalité infantile pratiquement le double et quant à l’espérance de vie en bonne santé après 60 ans si vous n’avez plus les moyens d’avoir une mutuelle…c’est encore autre chose !

 

 

Lire également : QU’EST-CE QUE LE SALAIRE SOCIALISE ?

 

SOURCE / 2CCR.UNBLOG.FR

Publié dans actualités

Commenter cet article