Tendre comme les pierres, le nouveau polar de Philippe Georget, aux éditions Jigal

Publié le par dan29000

Philippe Georget, nous l'avions découvert avec son troisième roman "Les violents de l'automne", une belle surprise qui donnait l'envie de lire "L'été tous les chats s'ennuient" et "Le paradoxe du cerf-volant". En peu de temps, cet auteur a pris une place considérable dans le paysage littéraire du polar hexagonal pourtant fort occupé. Né en 1963, Philippe Georget a participé à la construction d'une école au Nicaragua, obtenu une licence d'histoire et une maîtrise de journaliste, travaillé pour Radio France... Mais c'est aussi un grand voyageur et un coureur de marathons ! Parmi ses voyages, la Jordanie qui est le cadre de ce roman, plus précisément Petra, la ville magique.

 

Dès les premières pages, le lecteur va être totalement happé par ce roman d'aventures digne des meilleurs auteurs. Au départ, un vieil archéologue de plus de quatre-vingt ans, le professeur Moreau, est arrêté dans sa chambre d'hôtel où l'on retrouve dans son lit, un adolescent inconnu. Direction la prison, la pédophilie étant un acte particulièrement grave en Jordanie.

Autre personnage-clé de "Tendre comme les pierres", Lionel Terras, journaliste parisien un peu désabusé, débarque en Jordanie pour réaliser un reportage sur les fouilles archéologiques dans le village de Wadi Musa, près du célèbre site de Petra. C'est là qu'il va faire la connaissance de l'assistante du professeur, Mélanie. Le duo va alors tenter de découvrir qui a voulu éliminer le vieux professeur qui avait pourtant eu, naguère, une liaison homosexuelle.

Enfin un quatrième personnage important vient compléter cette histoire forte, Nacer, archéologue jordanien très actif sur plusieurs sites. Vont alors se succéder d'étranges événements dignes d'Indiana Jones, mystérieuses filatures, disparition d'ouvriers sur le chantier de fouilles, vol d'un répertoire, sans oublier la soudaine arrivée d'un policier français. Et en prime, un secret, comme dans tout bon roman d'aventures, le secret de Sharat-Aqem...

 

Mais Philippe Georget ne se contente pas de dérouler une histoire qui nous envoute durablement, il nous fait partager aussi quelques réflexions intelligentes sur le tourisme, les bédouins, le journalisme avec en prime, en tête de chaque chapitre un proverbe arabe. Le premier est de Tarafa ibn al-Abd, poète arabe pré-islamique "La vie est un trésor qui chaque nuit s'épuise davantage."

 

Une nouvelle réussite de Philippe Georget, alors que les traductions se multiplient, de l'Allemagne aux États-Unis en passant par l'Italie et qu'il est déjà récompensé par de nombreux prix littéraires.

 

Une vraie lecture-évasion, au carrefour du polar et de la littérature de voyage, un long moment de détente avec des personnages qui ne manquent pas de chair. Et en prime, la confirmation de tout le bien que l'on pensait déjà des éditions Jigal, basées à Marseille.

 

 

Dan29000

 

Tendre comme les pierres

Philippe Georget

Éditions Jigal

2014 / 344 p / 19 euros

 

 

Publié dans lectures

Commenter cet article