Le Monde diplomatique a 60 ans, un week-end de rencontres

Publié le par dan29000

Le Monde diplomatique fête ses 60 ans

À l'occasion de cet anniversaire, le journal vous convie à un événement exceptionnel.

 

Les rencontres du « Monde diplomatique »

 

- Vendredi 16 mai (soirée)
- Samedi 17 mai (journée)

A l'université Paris VIII (Saint-Denis).

Un cycle de conférences pour mieux comprendre le monde et le changer, en présence de la rédaction du mensuel et de ses invités :

Pascal Boniface, Benoît Bréville, Pierre Carles, Bernard Cassen, Régis Debray, Susan George, Alain Gresh, Serge Halimi, Renaud Lambert, Frédéric Lordon, Evelyne Pieillier, Anne-Cécile Robert, Roberto Romero, Christophe Ventura...

Inédit : une projection en avant-première des documentaires Réponses diplomatiques et Les ânes ont soif de Pierre Carles, en présence du réalisateur.

Réservez sans attendre, le nombre de places est limité !

Programme et inscription sur le site des Amis du Monde diplomatique.

- Participation aux rencontres : 20 €
- Tarif étudiants et chômeurs : 8 €

Organisation : Les Amis du Monde diplomatique (AMD)


Né en 1954 dans le giron du quotidien Le Monde, Le Monde diplomatique portait en sous-titre « Journal des cercles consulaires et diplomatiques » et s'adressait surtout à l'univers des ambassades. Sous la direction de Claude Julien (1973-1990) puis d'Ignacio Ramonet (1990-2008), le mensuel s'est élargi à de nouveaux sujets comme l'économie, la société, la culture, les idées, etc.

Dans un univers médiatique gouverné par de grands groupes souvent étrangers aux métiers de la presse (Bouygues, Lagardère, Pinault, Bolloré...), Le Monde diplomatique a acquis les moyens de son indépendance éditoriale et financière. En 1996, il est devenu une filiale du Monde SA, au sein de laquelle le personnel (regroupé dans l'association Gunter Holzmann) et les lecteurs (association des Amis du Monde diplomatique) jouent un rôle prépondérant. Les premiers sont les seuls à pouvoir proposer un candidat au poste de directeur du Monde diplomatique. Les seconds contribuent au rayonnement du journal par l'organisation de centaines de conférences mensuelles en France et dans le monde, du Sénégal au Québec en passant le Japon et la Belgique.

C'est aussi pour assurer son indépendance que Le Monde diplomatique a très tôt choisi de limiter le recours au financement par la publicité : celui-ci n'a jamais dépassé plus 5 % du chiffre d'affaires (CA) et est aujourd'hui inférieur au montant des dons reçus par le journal. Ce sont donc ses lecteurs, qu'ils achètent l'édition imprimée ou l'édition numérique, qui fournissent au mensuel les moyens de sa liberté éditoriale.

La singularité de son modèle économique permet en effet au Monde diplomatique de proposer à ses lecteurs un journal conçu par des journalistes en fonction de priorités éditoriales et non pas commerciales ou publicitaires. « Convaincue que les approches comparatives et le recul historique dissipent les illusions d'une actualité haletante, écrit Serge Halimi, directeur depuis 2008, l'équipe du mensuel s'emploie à ce que chaque numéro, qui combine analyses, reportages et enquêtes, soit rigoureux, et qu'ainsi Le Monde diplomatique aide tous ceux qui veulent comprendre le monde - mais aussi le changer. »

Les 16 et 17 mai prochains, les Amis du Monde diplomatique organisent un colloque pour célébrer les 60 ans d'un journal singulier. Les débats seront accompagnés de la projection de films, d'une exposition et de moments festifs. Des représentants des quarante éditions internationales du Monde diplomatique (vingt-six langues, plus de cinquante pays) participeront aux échanges. Nous vous invitons chaleureusement à vous joindre à nous.

Programme et inscription sur le site des Amis du Monde diplomatique

Lire ce texte en ligne :

Le Monde diplomatique fête ses 60 ans

Publié dans lectures

Commenter cet article