Le Passager clandestin est menacé, soutien nécessaire

Publié le par dan29000

Comme beaucoup d’éditeurs de sciences humaines, le passager clandestin traverse une période extrêmement difficile. Aujourd’hui, notre activité est menacée.
 
Malgré tous nos efforts pour surmonter nos problèmes de trésorerie, afin d’honorer nos échéances les plus immédiates nous avons besoin de trouver
 
15 000 euros d’ici 15 jours.
 
En sept ans d’existence, le passager clandestin a su imposer un ton original et une voix singulière dans les débats de société contemporains, en éditant, au prix le plus juste, des ouvrages à la fois exigeants et abordables. 
Si vous pensez que nous devons continuer à tenir ce rôle, aidez-nous et cliquez maintenant pour acheter des livres :
 
Plus de 100 titres sont disponibles, dont 8 nouveautés parues en 2014 et 8 paniers thématiques.
Toutes les contributions seront les bienvenues !
 
Faites aussi circuler largement l’information auprès de vos amis, sur Facebook, votre blog ,votre site Internet…
 
Enfin, vous pouvez envoyer un chèque de soutien à l’ordre du passager clandestin, à l’adresse suivante : le passager clandestin 1, rue de l’Eglise – 72240 Neuvy-en-Champagne.
 
Nous vous remercions d’avance de votre aide,
L’équipe du passager clandestin
 
 

 
Quelques idées parmi nos nouveautés...
 

présentation et choix de textes par Serge Latouche (8 €)

collection Les précurseurs de la décroissance

« Il ne faut pas oublier que l’énorme succès du capitalisme s’appuie, entre autres, sur une destruction irréversible de ressources biologiques que trois milliards d’années ont accumulées sur terre. » (Cornelius Castoriadis)

Castoriadis nous parle d’autonomie, et le mot est à prendre au sens fort. Face à la dictature des marchés et de la techno-science, il s’agit de se doter de ses propres lois ! Pour une démocratie radicale, fondée sur l’écologie.
Cette collection fait œuvre de salut public en proposant des synthèses de grands penseurs de l’objection de croissance.
(La Décroissance)
 
préface de Catherine Coquery-Vidrovitch (19 €)
collection Les transparents

Le rapport inédit, supposé perdu, de Pierre Savorgnan de Brazza, suite à son ultime mission au Congo français en 1905. Jugé explosif, il ne fut jamais publié ; il montre la colonisation sous un jour intolérable.

Le message est clair : on a livré un pays entier à la voracité d’intérêts privés, et l’administration ferme les yeux sur les crimes que commettent ces prédateurs. Dire que la loi du 23 02 1905 a failli comporter un article sur les « effets positifs » de la colonisation... (Le Canard enchainé)

Le brûlot de Brazza, un texte qui sera soigneusement gardé secret ! (Jeune Afrique)
La bombe Brazza ! (Le Point)
Le rapport Brazza… enfin ! (L’Histoire)
Au cœur des ténèbres françaises (Sciences humaines)
Le rapport Brazza est l’un des textes rares permettant de prendre la dimension réelle des méfaits du colonialisme. (Divergences)
 
de Fritz Leiber (7 €)
collection Dyschroniques

« Gusterson se raidit.
— Mais bon Dieu, ils sont tous bossus ! hurla-t-il.
— Eh bien, évidemment, souffla Fay d’un ton de reproche. Ils portent tous leur mémoriseur. Ce n’est pas une raison pour être aussi agressif. » (Fritz Leiber)

En 1962, Fritz Leiber décrit une humanité obsédée par le progrès, la technique et le profit, quitte à en devenir l’esclave absolu. Une fable sur la fascination technologique et les dangers d’une société livrée corps et âme à la machine !
Une passionnante collection réédite les nouvelles-phares de la SF, en éclairant leur genèse (Télérama)
 
de William Morris, préface d’Anselm Jappe (7 €)
collection Rééditions

Pourquoi ne pourrions-nous pas connaître à la fois un repos abondant, le plaisir créatif et la satisfaction de faire œuvre utile à la communauté ? Une invitation vigoureuse et profonde à repenser le travail dans nos sociétés dites civilisées !
Critiquant sans quartier par ailleurs le militarisme, le colonialisme, l’esprit de concurrence, la propriété privée des moyens de production, la publicité (déjà !), la destruction de la nature ou le « réformisme tiède », les deux conférences (1884 et 1886) recueillies ici sont introduites balèzement par Anselme Jappe, la terreur des glorificateurs du travail corniaud. (CQFD)

de Camille (7 €)
hors collection

Déjà la version mise à jour, après l'épuisement de la première version ! Ouvrage coécrit par « 1000 mains » sous le nom de Camille, ce petit livre collectif fait le point sur les grands chantiers projetés, lancés ou terminés qui s’avèrent être des gouffres, autant en termes de dépenses d’argent public que de consommation d’espace.

Après quelques rappels utiles, ce livre présente un certain nombre de grandes pyramides creuses, et se termine par un appel à multiplier les zones à défendre, car au-delà de la résistance à des projets, ce sont aussi des lieux d’expérimentation, de rencontre, pour aller ensemble vers le chemin de la transition.  (S!lence) 
 
de Sébastien Broca (17 €)
collection Essais

De Wikipédia aux licences Creative Commons, d’Hadopi à Prism, de  l’imprimante 3D à la freedombox, de Google, Amazon et consorts au « néomanagement », du copyright au brevetage du vivant, du do it yourself aux makers faires, des hackers aux Zones à défendre (ZAD)... De la culture du Libre à l’esprit du temps !

Le logiciel libre n’est pas une lubie réservée à la mouvance geek ou alternative : c’est une « utopie concrète », un « idéal social » à même de changer le monde. Un livre passionnant (Libération)
 
et bien sûr la collection Désobéir (5 € chaque titre)
Dans nos sociétés où l’humain et les conditions du vivre-ensemble sont souvent des priorités secondaires, les individus ou les collectifs sont parfois confrontés à la nécessité de se défendre, de s’organiser et de lutter contre des situations politiques, des dispositifs légaux, des logiques sociales qui heurtent leurs convictions... Cette collection vise à leur fournir des données pour comprendre, des arguments pour discuter, et des conseils pratiques pour désobéir de façon non violente aux diktats de l’ordre dominant lorsque tous les autres recours paraissent épuisés.
 
A très bientôt !
 
le passager clandestin
 
=====================================================
A NOTER :
 
Prochainement on vous parle du livre de SERGE LATOUCHE :
 
CORNELUS CASTORIADIS, ou l'autonomie radicale

 

Publié dans lectures

Commenter cet article