Rassemblement de soutien aux postiers réprimés du 92 et 75

Publié le par dan29000

Mercredi dernier, en commission disciplinaire, La Poste a voté en faveur du licenciement de Bruno, militant SUD à Paris Europe PPDC, parce que le 26 mars il avait salué les grévistes du 92 lors d’une occupation de la DOTC Paris Nord. Mais à force d’aller trop loin, La Poste prend des risques, et plusieurs signes indiquent que la situation peut évoluer en sa défaveur.

Paris 15 : la température monte
C’était la deuxième fois que les grévistes se déplaçaient dans ce bureau où travaillent plus de 150 personnes. L’accueil avait déjà été chaleureux la dernière fois. Mais là, il a été encore meilleur. Entre temps, mercredi dernier, les collègues étaient montés à 90 dans le bureau du patron pour protester contre le projet de réorganisation (12 repos supprimés à l’année, et jusqu’à -35 tournées !). Les grévistes apprenaient également qu’un prévis de grève avait été déposé à Paris 10 pour la semaine prochaine. Le scénario de plusieurs grèves concomitantes dans le 92 et à Paris, voire liées les unes aux autres, n’est donc plus tout à fait de la science-fiction.

Un moment de solitude
Après cette visite productive, les grévistes sont revenus sur leurs terres des Hauts-de-Seine, car une « Commission Départementale Dialogue Social Postal » se tenait à la direction départementale courrier : alors que la direction avait convoqué à cette réunion l’ensemble des organisations syndicales du 92, à l’heure dite, Mr Saint-Guilhem s’est retrouvé tout seul dans une salle vide. Les grévistes l’attendaient sur le pas de la porte. Ils lui ont proposé de profiter de l’occasion pour négocier sans attendre lundi. Au bout de quelques minutes, la mine déconfite, le directeur départemental s’est enfui, démontrant une fois de plus qu’il ne cherchait pas à mettre fin au conflit au plus vite.

Paris Europe PPDC : prise de parole pour défendre Bruno
Les grévistes avaient promis de revenir dans le centre de Bruno ce vendredi en cas de lourde sanction. Un responsable de SUD 75, ainsi que 2 grévistes du 92 ont pris la parole à la prise de service de 13h pour appeler à la grève dès lundi. Les choses sont claires : maintenant que la décision est entre les mains du directeur de la DOTC Paris Nord, une grève massive des collègues de Paris Europe est la seule solution pour sauver Bruno du licenciement.

Un crochet par le guichet
Étant donné que Xavier passe en entretien préalable au licenciement lundi à la DTELP 92 (direction départementale guichet), les grévistes ont fait un petit tour par son bureau en début d’après-midi. Au moment où la discussion s’engageait entre les grévistes et les guichetiers, le chef d’établissement a fait irruption pour tenter d’interrompre l’échange. Voyant que personne ne se laissait impressionner, il est reparti au bout de 30 secondes (montre en main !) dans son bureau. Comme si le mot d’ordre “courage, fuyons !” était la consigne patronale du jour…

Alerte : la question financière redevient cruciale !
D’un côté la direction entre dans une zone de turbulences, mais de l’autre, elle n’a toujours pas lâché sur les revendications des grévistes et sur les sanctions, au contraire elle accélère sur ce plan. Pour gagner, il ne suffit pas que la direction soir en difficulté, elle ne doit pas avoir d’autre choix que de plier. Et pour cela, la première condition, c’est que les grévistes tiennent. Ce qui signifie un maximum de dons à la caisse de grève cette semaine, avant la paie du 20 mai. La fête de ce samedi a été un pas dans ce sens avec 2000 euros de recettes et de dons collectés à la soirée. Des témoignages de soutiens au niveau national (Europe Écologie-Les Verts, plusieurs Unions Locales CGT, Xavier Mathieu des Continental…) et international (Chili, Espagne, Grèce) commencent à parvenir aux grévistes. Ils ont plus que jamais besoin de tous les soutiens pour tenir !

- Chèques à envoyer à SUD Poste 92, 51 rue Jean Bonal, 92250 La Garenne-Colombes, à l’ordre de Sud Poste 92, mention “solidarité grévistes” au dos

- Prochaine fête de soutien aux grévistes : samedi 17 mai à partir de 20h30, lieu à confirmer

- Rassemblement de soutien aux postiers réprimés du 92 et du 75
Mercredi 21 mai à 8h30, 3-5 rue Riquet 75019 Paris, métro Riquet ligne 7

 

SOURCE / grevedespostiersdu92

Publié dans actualités

Commenter cet article