Grève SNCF : une mobilisation nécessaire et légitime

Publié le par dan29000

Grève à la SNCF : une mobilisation nécessaire et légitime !

 

 

 
 

Plusieurs dizaines de personnalités, économistes, politiques, sociologues... soulignent que « les cheminots préservent ce qui doit être un bien commun. C’est l’intérêt de tous, et c’est une nécessité écologique, de bénéficier de transports communs qui fonctionnent correctement. » Elles demandent au gouvernement de suspendre l'examen du projet de loi.


 

Depuis le 10 juin, les cheminots sont en grève reconductible. Le projet de loi gouvernemental qui prétend réunifier RFF et SNCF en une société unique en façade entraîne, dans les faits, la création de trois entités, qui renforceront la séparation entre gestion des infrastructures et exploitation du réseau.

Cette soi-disant « réforme » s’inscrit dans le cadre de la libéralisation du transport européen et revient à soumettre les transports ferroviaires à la logique du marché alors même que l’échec de l’ouverture à la concurrence dans le fret est patent. Dans la réalité, cela risque encore d’accroître le risque de retards et d’accidents au nom de la rentabilité.

La question de la dette accumulée ces dernières années par la SNCF, et qui sert de justification au projet de loi, relève largement de la responsabilité de l’Etat qui a notamment imposé la construction des Lignes à grande vitesse, source d’emprunts très lourds pour la SNCF.

En défendant le service public du rail, les cheminots préservent ce qui doit être un bien commun. Il ne s’agit nullement d’un mouvement « corporatiste » ou visant à sauver de soi-disant « privilèges ». C’est l’intérêt de tous, et c’est une nécessité écologique, de bénéficier de transports communs qui fonctionnent correctement.

La direction de la SNCF et le gouvernement cherchent à opposer les usagers aux salariés en grève et agitent les conséquences pour les épreuves du baccalauréat qui commencent le lundi 16 juin. Mais les principaux responsables de cette situation sont ceux qui refusent de prendre le temps d’une véritable discussion sur l’avenir de la SNCF.

Le président de la République, François Hollande, et le premier ministre, Manuel Valls, refusent d’entamer une négociation sérieuse et appellent purement et simplement à reprendre le travail, voulant faire passer en force ce projet à l’Assemblée nationale. On est loin du « dialogue social » prôné par le gouvernement.

Nous, citoyen-nes aux engagements divers, demandons que le gouvernement suspende l’examen de ce projet de loi et ouvre les débats sur la situation du transport ferroviaire en France pour permettre de construire un véritable projet pour un service public unifié du transport ferroviaire.

 

Signataires

Clémentine Autain, porte-parole d’Ensemble!; Ana Azaria, présidente de Femmes Egalité; 

Nicolas Benies, économiste; Christophe Benzitoun, linguiste; Sophie Béroud, sociologue; Michel Bianco, conseil d’orientation Fondation Copernic; Martine Billard, co-présidente du PG; Frédéric Boccara, économiste; Paul Boccara, économiste; Alain Bonhomme, inspecteur général honoraire des affaires culturelles; Claire Bornais, mathématicienne; Anne Bory, sociologue; Martine Boudet, professeure de lettres; Ali Boulayoune, sociologue; Claudy Bouyon, linguiste;

Claude Calame, anthropologue; Bernard Cassen, secrétaire général de Mémoire des Luttes; Christian Celdran, administrateur civil honoraire; Vincent Charbonnier, philosophe; Pierre Concialdi, économiste; Eric Coquerel, secrétaire national du PG; Philippe Corcuff, sociologue; Jacques Cossart, économiste; Pierre Cours-Salies, sociologue; Isabelle Coutant, sociologue; Thomas Coutrot, économiste, Attac; Alexis Cukier, philosophe; Monique Crinon, féministe; 

Guillaume Dautel, inspecteur du travail; Marielle Debos, politiste; Claude Debons, retraité SNCF; Christian Delarue, Mrap; Christian De Montlibert, sociologue; François Denord, sociologue; Jean-Michel Drevon, enseignant; Emmanuelle Desjean, cadre territorial; Paola Diaz, sociologue; Yves Dimicoli, économiste; Paul Dirkx, sociologue; Aurelien Djament, mathématicien; Denis Durand, économiste; Cédric Durand, économiste; 

Philippe Enclos, juriste; Jean-Baptiste Eyraud, Droit au Logement;

Eric Fassin, sociologue; Jean-Michel Faure, sociologue; Sonia Fayman, Cedetim; Fabrice Flipo, philosophe; Gérard Filoche, bureau national du Parti socialiste; Anny Fradin, biologiste; Pascal Franchet, vice-président du CADTM France;

Jean Gadrey, économiste; Sandrine Garcia, sociologue; Véronique Gallais, co-fondatrice de l’association Action Consommation; Florent Gaudez, sociologue; Elisabeth Gauthier, Espace Marx; Bertrand Geay, politiste; Susan George, écrivain; Jean-Luc Gibelin, commission santé du PCF; Jean-Luc Godet, physicien; Nicolas Gregori, psychologue; Jean-Pierre Guelfucci, physicien; Caroline Guibet-Lafaye, philosophe; Fabrice Guilbaud, sociologue; Françoise Guillou-Pinlet, paysagiste; Ozgur Gun, économiste; 

Patrick Hallinger, Convergence nationale de défense des services publics; Jean-Marie Harribey, économiste; Henri Heckert, sociologue; Georges Hugot, géomorphologue;

Sabina Issehnane, économistes atterrés;

Lucien Jallamion, République et Socialisme; Michel Jallamion, président de Convergence nationale de défense des services publics; Fanny Jedlicki, sociologue; Esther Jeffers, économiste; Gisèle Jean, ex directrice d’IUFM; Anne Jollet, historienne; Marie-Pierre Julien, sociologue;

Pierre Khalfa, co-président de la Fondation Copernic;

Bernard Lacroix, politiste; Rose-Marie Lagrave, sociologue; Jean-Paul Lainé, enseignant; Pierre Laurent, PCF; Frédéric Lebaron, sociologue; Jacques Le Bohec, professeur en sciences de l’éducation; Catherine Leclercq, sociologue; Hervé Le Crosnier, informaticien; Serge Le Quéau, membre du Ceser de Bretagne; Thierry Lescant, Sud santé sociaux; Claire Le Strat, déléguée générale de la Fondation Copernic; Gilles Lemaire, Aitec; Laurent Lévy, avocat; Wenceslaz Lizé, sociologue; Vincent Lhuillier, économiste; Corinne Lucas-Fiorato, professeur de civilisation italienne et romane; 

Jean Malifaud, mathématicien; Marc Mangenot, économiste; Myriam Martin, porte-parole d’Ensemble!; Olivier Masclet, sociologue; Gustavo Massiah, économiste; Christiane Marty, chercheuse; Lilian Mathieu, sociologue; Gérard Mauger, sociologue; Jean-Luc Mélenchon, co-président du Parti de gauche; Julian Mischi, sociologue; Catherine Mills, économiste;

Philippe Nabonnand, philosophe; Mustapha Nadi, physicien; Delphine Naudier, sociologue; Christian Navarro, enseignant; Frédéric Neyrat, sociologue;

Marie-Sol Ortola, professeure de civilisation espagnole;

Francis Parny, vice-président du conseil régional d’Ile-de-France, PCF; Willy Pelletier, coordinateur général de la Fondation Copernic; Roland Pfefferkorn, sociologue; Jean-François Pélissier, porte-parole d’Ensemble!; Josiane Pinto, psychologue; Louis Pinto, sociologue; Vanessa Pinto, sociologue; Christian Piquet, porte-parole de la GU; Claude Poliak, sociologue; Christopher Pollmann, juriste; Bernard Pudal, politiste;

Frédéric Rauch, économiste; Fanny Renard, sociologue; Monique Rigal, enseignante; Daniel Rome, Attac; Christine Rosemberg, ingénieure d’études CNRS;

Jean-Paul Scot, historien; Claude Serfati, économiste; Patrick Silberstein, médecin généraliste; Arnault Skornicki, politiste; Eric Soriano, ethnologue; Valérie Soumaille, enseignante; Philippe Sultan, haut fonctionnaire; Claude Szatan, militant associatif; 

Lucie Tanguy, sociologue; Annie Thébaud-Mony, sociologue; Marie-Pierre Toubhans, porte-parole d’Ensemble!; Christian Topalov, sociologue; Pierre Torasso, mathématicien; Maryse Tripier, sociologue; Aurélie Trouvé, Attac;

Christophe Ventura, Mémoire des Luttes; Cécile Vignal, sociologue;

Louis Weber, Savoir/Agir; Françoise Willmann, professeure de civilisation germanique;

Karel Yon, sociologue; Malika Zediri, APEIS.

 

SOURCE / MEDIAPART

Publié dans actualités

Commenter cet article