La France, plus gros fournisseur d'armes européen à Israël

Publié le par dan29000

FRANCE : le plus gros fournisseur d’armes européen à Israël

 

D’après le Ministère français de la Défense, les exportations d’armes de la France atteignaient en 2007 un montant total de 4, 81 milliards d’euros, plaçant le pays au 4e rang mondial des exportateurs d’armement après les Etats-Unis, le Royaume-Uni et la Russie . La France reçois chaque année entre 4 000 et 6 000 demandes internationales d’armement . En 2007, elle a rejeté 108 de ces demandes pour différents motifs ayant trait à la paix, à la stabilité interne ou régionale ainsi qu’au respect des droits de l’Homme ,  une position qui semble ignorée quand il s’agit du commerce d’armes avec Israël. Hormis ces quelques refus, la France a émis 6 605 autorisations d’exportation d’armement en 2007, dont 112 à destination d’Israël. Ces autorisations d’exportation d’armement représentent, selon le Ministère français de la Défense, un montant de 126 millions d’euros (sur un montant total de 200 millions d’euros d’armes exportées par différents pays de l’Union européenne vers Israël en 2007)  , ce qui fait de la France le plus fournisseur européen d’armement en Israël.

La majorité des exportations françaises est constituée d’armes conventionnelles, comprenant 88 millions d’euros en équipement électronique à usage militaire, 29 millions en matériel d’imagerie et de contre mesures également à usage militaire, 10 millions en équipement aéronautique et 1 million en véhicules terrestres et pièces détachées .

La France et Israël entretinrent par le passé une alliance étroite, la France devenant même le principal fournisseur d’armement d’Israël. L’ancien Premier Ministre israélien Shimon Pérès joua, en coulisses, un rôle majeur dans la sécurisation des approvisionnements en armes d’Israël et dans l’achat d’un réacteur atomique à ce pays européen, comme le révèle sa biographie publiée en 2007 .

Au cours de la Guerre des Six-Jours, les Israéliens utilisèrent des Mirage IIICJ. Au matin du 5 juin 1967, les forces aériennes israéliennes effectuèrent des frappes préemptives sur les forces aériennes syriennes, égyptiennes et joraniennes, détruisant leurs avions à terre et dévastant leurs pistes à l’aide de bombes anti-tarmac françaises. Ce fut là une publicité exceptionnelle pour les chasseurs développés par Dassault, aidant le Mirage III à devenir un grand succès à l’export .

A la suite de la guerre de 1967 et du raid aérien israélien sur le Liban de 1968, la France imposa un embargo sur les armes à destination d’Israël. Il a été mis fin à cet embargo dans les années 1990 lorsque les deux pays ont entrepris une collaboration en matière de développement et de commerce de drones (avions sans pilotes ou avions-espions) à travers les entreprises EADS (European Aeronautic Defence and Space Company) et IAI (Israeli Aicraft Industry). Israël a vanté les qualités de ces drones, utilisés pendant la guerre de 2006 au Liban et pour la surveillance de la bande de Gaza.

Cette collaboration démarra en 1995 avec l’autorisation accordée à EADS par le Ministère français de la Défense pour l’achat à Israël de 4 drones Hunter. Ces drones furent ultérieurement utilisés au Kosovo et en France, dans le cadre des dispositifs de sécurité encadrant certains événements majeurs. En 2001, le Ministère approuva un autre accord d’une valeur de 43 millions d’euros en EADS et IAI, concernant l’achat de 3 drones Eagle One et d’une station de contrôle. La troisième étape de la collaboration entre les deux pays fut vaguement annoncée en 2004, mais c’est en 2005 que fur révélée la teneur de l’accord : 300 millions d’euros consacrés au développement, toujours dans le cadre d’une collaboration entre EADS et IAI, du système de drone EuroMale (Medium Altitude Long Endurance), destiné par la France à un usage à la fois civil et militaire. En 2006, la Chambre de commerce franco-israélienne révéla que IAI et EADS étaient devenus des partenaires à long terme pour la mise en œuvre du système de drones Male. Ce partenariat impliquait la mise en place d’une équipe commune d’experts français et israéliens basée dans les locaux d’IAI et chargée de continuer le développement de systèmes de drones . En mai 2008, EADS s’associa aux français Thalès et Dassault, ainsi qu’à la firme espagnole Indra, pour élargir sa coopération avec IAI et offrir des drones Male à la fois à la France et l’Espagne .

De telles formes de collaboration constituent un véritable soutien français aux efforts de guerre israéliens, à la fois sur le plan économique et en matière d’échange de savoirs militaires entre les deux pays.

1. Les exportations d’armement de la France en 2007. Ministère français de la Défense.
2. http://www.israelvalley.com/news/2007/12/05/14498/israel-france-commerce-des-armes-israel-est-bien-l-un-des-concurrents-direct-de-la-france
3.  Les exportations d’armement de la France en 2007. Ministère français de la Défense.
4.  http://euobserver.com/9/27359
5.  http://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=OJ:C:2008:300:0001:0374:EN: PDF
6.  http://www.haaretz.com/hasen/spages/857617.html
7.  http://www.milavia.net/aircraft/mirageiii/mirageiii.htm
8.  http://tokborni.blogspot.com/2006/08/la-france-isral-et-le-march-de.html
9.  http://uk.reuters.com/article/tnBasicIndustries-SP/idUKL0423896720080704?pageNumber=2&virtualBrandChannel=0

SOURCE / disarmzionismfrench.wordpress.com

Publié dans Monde arabe - Israël

Commenter cet article