Pendant l'été, les expulsions continuent

Publié le par dan29000

Des méthodes qui en rappellent d’autres : l’été

 

 

 

Oui, même si le temps n’est pas au beau, c’est l’été. Mercredi 20 août, la famille Manoukian, Arménienne et demandeuse d’asile, ici, en France, pas très loin de Paris, a été convoquée à l’hôtel de police de Beauvais, le matin, à 10h.

Hashkhen et Artur Manoukian et leurs enfants vivent à Creil, dans l’Oise. Gréta, leur fille de 19 ans, comme le rappel Education sans frontière, est scolarisée au lycée La Forêt de Chantilly où elle doit rentrer en deuxième année de CAP administration. Haikaz, 18 ans, est élève du lycée Amyot d’Inville de Chantilly. Il doit entrer en troisième année de CAP cuisine. La petite Emilie a trois mois et demi.

 

Comme la famille Manoukian a été déboutée, comme l’on dit rapidement, de sa demande d’asile, après avoir été convoquée à l’Hotel de police de Beauvais, elle a été internée, ce même mercredi 20 août, dans la soirée, au Centre de Rétention Administrative si malheureusement bien connu du Mesnil-Amelot.

Dans la matinée de ce mercredi d’été, elle avait appris qu’elle serait expulsée et qu’un avion les conduirait en Arménie ce vendredi 22 de même mois d’août.

Très opportunément le communiqué d’Education Sans Frontière rappelle que le président François Hollande avait souligné la contribution majeure des Arméniens venus en France, comme beaucoup d’autres immigrés, au début du XXe siècle, dans ses propos du 13 mai – étrange date – à …Erevan, en …Arménie.

 

Certes, la famille Manoukian et ses enfants est un cas parmi d’autres, dont, peut-être le président François Hollande, et son premier ministre Manuel Valls, d’ailleurs, n’ont pas été, peut-être, informés ; peut-être aussi est-ce l’été…

Quant au coût de ces méthodes de convocation, d’expulsion, qui touchent pas mal de familles, de personnes, il paraîtrait qu’il est assez élevé, bien plus que des frais de scolarité, puisque rien que pour l’expulsion des deux familles Babayan et Topalli, ce même mois d’été, en août, le coût se serait élevé à 90.000 euros… Belle somme pour deux expulsions !

 

Il paraîtrait, aussi, que la saison d’été est souvent très riche en guerres et expulsions.

 

SOURCE / MEDIAPART

Publié dans actualités

Commenter cet article