Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Politique israélienne d'assassinat : 13e anniversaire de la mot de Abu Ali Mustafa, FPLP

Publié le par dan29000

La politique israélienne de l'assassinat au 13è anniversaire de la mort de Abu Ali Mustafa par le FPLP

 

La politique israélienne de l'assassinat: 13 anniversaire du martyre de Abu Ali Mustafa 27 aout 2014

Abu Ali Mustafa assassiné le 27 août 2001

Au treizième anniversaire de l'assassinat du camarade Abu Ali Mustafa, le Secrétaire général du Front Populaire pour la Libération de la Palestine, le 27 Août 2001, par les forces d'occupation sionistes avec des armes financées et fabirquées par les Etats-Unis, on doit noter que la politique sioniste de l'assassinat a été en usage constant contre les dirigeants et les chefs de la résistance nationale palestinienne depuis le début de la colonisation sioniste en Palestine.

"Il existe une politique sioniste constante d'assassiner les dirigeants palestiniens depuis la fondation de l'Etat d'Israël" et même avant ", a déclaré le camarade Khaled Barakat. "En fait, avant la création de l'Etat sioniste, les forces sionistes menaient des assassinats contre les Palestiniens et même contre le représentant de l'Organisation des Nations Unies. Lorsque vous étudiez l'histoire et la politique de l'état d'occupation, vous trouverez que les principaux dirigeants de l'Etat ont été impliqués personnellement dans des assassinats. C'est un état dirigé par des assassins - Begin, Rabin, Shamir, Barak, Livni - tous ont participé physiquement non seulement à l'élaboration de la politique d'assassinats, mais à l'exécution de cette politique ".

"Le service« israélien" de renseignement, le Mossad, a effectué de nombreuses opérations d'assassinat contre des scientifiques arabes, les révolutionnaires palestiniens, les dirigeants de notre peuple. Nous nous souvenons des noms innombrables de la voix de notre peuple et les tribuns de notre révolution assassinés par l'occupant ", a déclaré Barakat.

"Les fondateurs et dirigeants de l'Etat sont des assassins. C'est un état dirigé par un groupe de tueurs et d'assassins. L'ssassinat est intégré dans la nature de l'Etat en tant que, entreprise coloniale raciste basée sur la liquidation du peuple palestinien ".

Barakat a déclaré: «Il n'y a rien de nouveau à propos de l'assassinat de Palestiniens. Mais aujourd'hui, la profession » israélienne lance des attaques massives sous le prétexte de« l'élimination des chefs des groupes terroristes dans la bande de Gaza » en tuant littéralement des quartiers entiers et en détruisant des blocs d'appartements.  Il s'agit d'assassinat et de démolition en même temps visant notre peuple dans son ensemble. Ce sont des crimes de guerre contre l'ensemble de la population, et ils ne peuvent être séparés de la politique d'assassinat. Le but est de détruire le leadership de nos gens et leur volonté et leur détermination à lutter, rester, et vivre ".

Khaled Barakat parlant à Gaza FPLP


"Il n'y a pas un seul cas d'une soi-disant « opération spéciale » contre les dirigeants palestiniens à Gaza qui n'a pas tué ou blessé des dizaines de Palestiniens, de l'assassinat de Salah Shehadeh en 2002 avec une bombe d'une tonne larguée sur tout un immeuble d'habitation, à l'assassinat du camarade Mahmoud Oussama Abo Omreen le 25 Août, quand l'agression sioniste aérienne a blessé 11 enfants », a déclaré Barakat.

"En Palestine, nous avons vu une vague d'assassinats et de tentatives d'assassinat contre des maires palestiniens élus, dont les maires de Naplouse, Ramallah, Al-Khalil, Tulkarem, Bethléem et Al-Bireh. Nous avons également vu une vague d'assassinats dans les prisons de l'occupation et dans les salles d'interrogatoire, tuant des dizaines de Palestiniens ", a déclaré Barakat.

"La raison pour laquelle « Israël » s'engage dans ces « assassinats ciblés » est d'éliminer le rôle des dirigeants nationaux. C'est un état d'esprit et une pratique colonial qui, bien sûr, ne se limite pas à l'état d'occupation. Toutes les puissances impérialistes et coloniales ont adopté la politique de l'assassinat comme un moyen de réprimer la résistance indigène et de confronter les mouvements de libération nationale et de leurs dirigeants ", a déclaré Barakat.

Photo Le dirigeant palestinien assassiné et écrivain, Ghassan Kanafani 

«Nous voyons les Etats-Unis aujourd'hui, non seulement fournissant les armes pour les assassinats « d'Israël », mais s'engageant dans des assassinats par drones contre le peuple afghan et pakistanais. Nous nous souvenons de l'héritage de Patrice Lumumba, Mehdi Ben Barka, Gabriela Silang, Amilcar Cabral, Chris Hani, Steven Biko, Victor Jara, Malcolm X, Fred Hampton, Orlando Letelier, Farabundo Marti, Augusto Sandino, Crazy Horse, James Connolly et les milliers des lutteurs, les organisateurs, les travailleurs et les dirigeants des mouvements anti-coloniaux et de libération assassinés pour la poursuite de la domination raciste et coloniale ", a déclaré Barakat.

"La question demeure, comment faire face à la politique d'assassinat?

Il ya plusieurs points clés:

"1. En la rendant coûteuse à l'occupant, ce qui signifie, tout simplement, que vos dirigeants et vos premiers ministres et vos ambassadeurs seront également ciblés. Chaque mouvement de libération nationale a des tactiques différentes et chaque mouvement et choisira sa façon de faire face à des assassinats. Mais pour les Palestiniens, l'expérience nous a appris que l'occupant doit également être ciblé. C'est ce qui a inhibé l'état d'occupation de tuer les dirigeants palestiniens en Europe, où la France a négocié un accord secret entre l'OLP et Israël qu'aucun assassinats n'aura lieu sur la terre européenne. La seule raison pour laquelle «Israël» a accepté cette «compréhension» est ensuite parce que la résistance palestinienne a répondu à l'assassinat de ses dirigeants. Cette «compréhension» a également été tenue aux États-Unis et dans d'autres endroits dans le monde.

"2. En élisant des dirigeants qui resteront sur la voie des martyrs tombés, relèveront, continueront et étendront la résistance. Cela réduit à néant l'ordre du jour "israélien", qui vise à éliminer le rôle de leader, et non pas simplement la personne physique. Ce fut le cas, par exemple, quand Israël a assassiné le camarade Abu Ali Mustafa. Le Front a répondu en élisant le camarade Ahmad Saadat et aussi avec une réponse physique qu'il a prise le 17 Octobre 2001, alors qu'ils ont répondu en assassinant le raciste d'extrême-droite et infâme ministre sioniste Rehavam Zeevi. Ceci, combinait à la fois politique et une réponse militaire à la politique d'assassinat.

"3. En exposant l'échec de cette politique sur le monde et l'enregistrement de ces crimes, pour laquelle la sanction viendra inévitablement, aujourd'hui ou demain. Les nombreux crimes qui ont été commis par l'assassinat de leaders dans l'apartheid en Afrique du Sud, le Chili de Pinochet, et l'Espagne de Franco n'ont pas disparu dans l'histoire non enregistrés et impunis. La direction politique et militaire de l'état d'occupation doit être mis à l'essai - il s'agit d'une demande palestinienne constante jusqu'à la libération de la Palestine.

"4. La résistance palestinienne doit donc rendre plus difficile pour les Israéliens la réalisation de ces assassinats en apprenant de ses erreurs et en en faisant difficile pour les services militaires et de renseignement de l'occupant la tâche de mener à bien sa politique d'assassinat. Les Palestiniens visent à faire échouer cette politique, comme ce la fut dans la tentative d'assassinat de Khaled Mishaal en Jordanie en 1997 et d'autres cas similaires.

"5. Dans tous ces opérations, « Israël » a utilisé passeports canadiens, américains et autres passeports étrangers. Ces pays sont généralement complices dans les crimes israéliens. Ce sont les pays qui fournissent le soutien militaire et économique, et la couverture politique à l'état d'occupation. Ce n'est pas une coïncidence que les passeports canadiens et américains sont les plus infâmes passeports utilisés par le Mossad pour mener à bien ces opérations.

"6. Enfin, les campagnes populaires contre ces politiques qui combinent des éléments juridiques, politiques et éducatifs. Il est important de toujours inclure les assassinats lorsque nous discutons des crimes de guerre dont les dirigeants israéliens sont responsables - Barak, Dichter, Livni et d'autres criminels de guerre israéliens qui non seulement donne des ordres mais y participent », a déclaré Barakat.

Naji Al Ali assassiné le 22 juillet 1987

"Le plus important," selon Barakat, "est de conserver vivant l'héritage de nos dirigeants martyrs en les rendant immortels. C'est ce que les Palestiniens ont toujours compris tout au long de leur lutte et de leur histoire - à la mémoire des martyrs, se souvenant de leurs noms est essentiel - mais pas seulement leurs noms, mais leur héritage de la lutte et de leur vision politique. Ceci est particulièrement le cas pour ceux qui ont laissé leurs empreintes sur le tissu du mouvement de libération de la Palestine, à travers de riches histoires de lutte et de résistance, et à travers l'art, de la poésie, des nouvelles et théâtre. Chaque Palestinien sait qui est Naji al-Ali, qui est Ghassan Kanafani. Ils sont connus parce que leur héritage a été conservé dans la conscience collective Palestinienne. Et ils sont devenus les symboles de la résistance palestinienne pour la liberté, le retour et la libération. C'est le seul choix des Palestiniens pour mener notre combat, pour garder nos martyrs vivants, avant et après la libération".

Comme le Front Populaire pour la Libération de la Palestine et le peuple palestinien ont décidé de marquer le 13e anniversaire du martyre de Abu Ali Mustafa, ce que nous retenons est à chérir les pensées, les pratiques et les objectifs pour lesquels il a combattu toute sa vie. Les Brigades Abu Ali Mustafa, l'aile armée du FPLP, porte son nom, en gardant son souvenir vivant de toutes les actions de résistance, non seulement pour le Front, ou même pour le seul peuple palestinien, mais pour tous ceux qui luttent pour la justice et la libération .

Des rassemblements et des manifestations auront lieu au Liban, Jénine, Qalqilya, Ramallah, Damas, Amman, Berlin, Austin et de nombreuses autres villes qui défendent l'héritage de Abu Ali Mustafa. Ces événements envoient un message clair: Abu Ali Mustafa, son héritage, sa vision, et sa lutte, sont encore en vie, et marchent vers la victoire.

Source site FPLP traduit par Justice Pour La Palestine

Posté par JPLP68

Publié dans Monde arabe - Israël

Commenter cet article