Vers la fin des illusions sur le Front de gauche

Publié le par dan29000

Le Front de Gauche, c'est fini !

 

 

Sur son blog, Jean-Luc Mélenchon termine son dernier billet par ces mots :

 

La samba des sénatoriales menées de nouveau sans vergogne au nom du Front de Gauche montre que l’addiction au PS est parfois irrémédiable. Elle recommencera avec les cantonales et les régionales, et ainsi de suite. Nos devoirs pour la rentrée comportent donc une question qu’il faudra maintenant trancher une bonne fois pour que le peuple à son tour puisse trancher par ses bulletins de vote, le moment venu. 

Quelle est la « question » ? Très clairement celle de la fin du Front de Gauche. Plus explicitement la prise de distance – pour ne pas dire la rupture - avec le PCF. La plupart des commentaires qui suivent le billet l’ont bien compris ainsi et s’en félicitent d’ailleurs avec soulagement.

 


 

Dans ce billet remarquable, Mélenchon acte avec lucidité et courage un échec qui est aussi le sien. Celui du Front de Gauche, construction bancale dès son origine, masquée par la courte euphorie présidentielle, cartel électoral déséquilibré, dominé, pour ne pas dire plombé, par le PCF. Les désastreuses alliances PC-PS aux municipales suivies de la sanction sans appel des électeurs aux Européennes ont sonné le glas annoncé du Front de Gauche.

Mélenchon l’avait compris bien avant les Européennes. Il est sur le point d’en tirer les conséquences. Tant mieux ! Et surtout bon courage à lui !

 

Oui, il lui faudra bien du courage pour laisser ses futurs anciens alliés entretenir avec EELV et autres socialistes plus ou moins affligés l’illusion d’une alternative à gauche fondée sur une « passerelle » dressée vers le PS. Du courage pour ne pas entrer dans cette sarabande politicienne (très appréciée à Médiapart ) où se mêlent ceux qui, par leurs votes, soutiennent la politique du gouvernement et ceux qui la combattent, prétendant au cœur de cette contradiction absolue élaborer une « stratégie alternative ». Du courage face aux « unitaires » Lienemann, Quilès, Laurent, Cosse pour ne pas passer, lui Mélenchon, pour le « diviseur » de la gauche, le « sectaire » de la gauche. Bien du courage pour faire face, y compris sur ce site, à la pluie de critiques et de railleries qui ne manquera pas de tomber sur lui. Les titres sont écrits d’avance : Mélenchon choisit l’isolement - Mélenchon fait bande à part - Mélenchon est un homme seul - Le suicide politique de Mélenchon...

Oui, Mélenchon devra s’armer de courage - il n’en manque pas - pour assumer cet « isolationnisme » organisé autour de lui par la sphère politico-médiatique. C’est le prix qu’il payera pour ne pas sombrer avec ceux qui, sincères ou non peu importe, croient  que le salut de la gauche peut encore passer par de quelconques « dialogues » ou  alliances ponctuelles avec le PS. Pour avoir trempé sa cuillère dans cette « tambouille », le PCF a discrédité le Front de Gauche. Il en est mort.

 

Le Front de Gauche en tant qu’ « étiquette électorale » est mort. Reste à essayer de garder vivante sa stratégie fondatrice : créer une force de gouvernement  majoritaire en rupture totale avec le système et ceux qui, aujourd’hui, le gouvernent. Le temps n’est plus à ces réunions sans avenir autour d’une table de conférences ou de colloque où se pressent les cadres discrédités ou impuissants de telle ou telle formation politique, un pied au gouvernement, un pied dans l’opposition ! Il s’agit de rassembler le peuple, de le faire sortir de là où il s’est réfugié, exilé, égaré : l’abstention, le vote FN. Cette ambition JAMAIS ne se réalisera sans une rupture totale avec le PS, incarnation modèle d’un système honni de tous !

Dans son billet, Mélenchon le réaffirme haut et fort et écrit cette phrase dont il fait « une ligne stratégique » : « le système n’a pas peur de la gauche, il a peur du peuple ». En effet, les socialistes « de gauche » qui votent au parlement (ou s’abstiennent honteusement) tous les textes qu’ils combattent dans leurs appels et tribunes ne font pas peur au système. Ceux qui, comme Pierre Laurent, leur accordent quelque crédit jusqu’à « conférer » avec eux, non plus.

Le système a avalé la « gauche ». Pas comme une couleuvre. Comme un met délicat dont il ne finit pas de se régaler. Que Mélenchon refuse de servir de garniture à ce festin odieux est tout à son honneur.

 

http://www.jean-luc-melenchon.fr/2014/07/11/au-debut-de-lete/#more-20530

 

 

SOURCE / MEDIAPART

Publié dans actualités

Commenter cet article