Disparition programmée des producteurs de fruits et légumes

Publié le par dan29000

Fruits et légumes : La disparition programmée des producteurs est en marche

 

 

18.08.2014 Aujourd'hui une offre abondante de fruits et légumes de production européenne vient inonder le marché à des prix très bas, notamment en fruits. A cela s'ajoutent un déni de la régulation des volumes de production au sein de l'Europe, et les effets cumulés d'une météo défavorable, des importations massives à prix de dumping et la limitation des débouchés suite à l'embargo russe.


 

Nous affirmons que faute d'une politique de régulation de l'offre et faute d'objectif derémunération des producteurs adapté, la profession est en danger. Les gouvernements successifs et l'Union Européenne, par un manque de positionnement clair, sauf celui du libre échange, sont coupables de contribuer à éliminer les producteurs de fruits et de légumes.

 

Lors de l'élaboration de l'application nationale de la PAC*, les pouvoirs publics avaient fait preuve de leur inconséquence en excluant à nouveau les productions fruitières et légumières de tout soutien significatif. De fait, si ceux-ci ne mettent pas immédiatement en place les mesures de soutien économique des producteurs que la situation impose, c'est d'une politique d'éradication délibérée dont ils se rendront coupables, plus que de la négligence habituelle avec laquelle sont traitées ces productions.

 

La Confédération Paysanne avait proposé à l'époque la mise en place d'une aide couplée de 2000 euro par hectares et par actif, limitée aux cinq premiers hectares. Les pouvoirs publics ne peuvent pas attendre le bilan santé de la PAC* ou la mise en place de la prochaine réforme en 2020 pour aider les producteurs de fruits et légumes : il en va de leur survie.

 

Les pouvoirs publics doivent entendre que la population ne veut pas de la production délocalisée et de l'alimentation dégradée qui découle de la politique d'élimination des producteurs actuellement menée.

 

 

SOURCE / CONFEDERATION PAYSANNE

Publié dans environnement

Commenter cet article

saillot 04/09/2014 14:47

Bonjour je suis un peu exaspéré de ce discoure qui cache une vérité bien autre les prix des fruits et légumes atteignent sur les étals des hausses sans fin malgré les belles démonstrations de nos médias. Parlons de salaires et retraites nets en baisse il faut être riche pour manger des produits médiocres. Allez messieurs les paysans Français osez vendre en direct sans pour autant vous aligner sur les prix de vente en grande surface.Vendez nous au triple des prix que vous concédez aux centrales d achat et nous nous achèterons à 50% des coûts actuels. Tous gagnants au lieu de tous perdants sans implorer de subventions ....