Ebola : regarder les Africains crever ?

Publié le par dan29000

Ebola - « Allons-nous regarder les africains crever »

 

par GRUNI, mardi 02 septembre 2014

 

Selon Claire Margone, chargée de mission en Sierra Léone pour Médecins sans Frontières, même si le virus Ebola arrivait en France, le risque qu'une épidémie se développe sur le territoire est nul, car "notre système de veille sanitaire est fait pour gérer ce de situation". Surtout que le risque d'être contaminé dans un avion est faible, selon elle. Par contre en Afrique l'épidémie est hors de contrôle selon le Dr Mergo Terzian, président de MSF France, qui dénonce une OMS "pas à la hauteur" mais aussi la décision récente d'Air France de suspendre ses vols comme d'autres compagnies aériennes vers Freetown au Sierra Léone. Avec pour conséquence un approvisionnement humanitaire et sanitaire insuffisant alors que la maladie continue de se propager et de tuer jour après jour.

PNG

La comparaison entre la France et l'un des pays le plus pauvre de la planète n'est pas possible. Le niveau de développement dans notamment le domaine de la santé n'est absolument pas comparable. Circonstance aggravante, la population du Sierra Léone est très méfiante envers la médecine moderne est reste attachée à ses rites, coutumes et habitudes culturelles, comme toucher le mort le jour des funérailles.

D'ailleurs selon la revue Science, le début de l'épidémie aurait commencé suite aux funérailles d'une guérisseuse qui prétendait guérir Ebola et qui en est morte. Après la cérémonie au moins douze personnes se seraient dispersées dans le pays, provoquant une réaction en chaîne. D'autre part, lorsqu'on sait que des familles préfèrent tenter de soulager un malade à domicile plutôt que de l'emmener à l'hôpital, ceci malgré les recommandations de l'OMS. Alors que d'autres personnes peut-être infectés s'enfuient terrorisées dans des zones plus sûres, le pire est peut-être encore à venir quand à la propagation de la maladie.

Mais pourquoi Claire Margone de MSF, s'emporte-t-elle contre l'OMS qu'elle juge "irresponsable". Et bien si l'Organisation Mondiale de la santé s'attend à plus de 20 000 cas de fièvre hémorragique à terme, elle espère toutefois "stopper la progression de l'épidémie dans trois mois. Ce qui pour la chargée de mission "ne sont que des effets d'annonce. Ces prédictions reposent sur une modélisation virtuelle de données qui n'existent pas et n'ont pas été collectées." 

En fait l'OMS ne fait que souhaiter arriver à ce résultat, et à condition de recevoir 371 millions d'euros pour "inverser la tendance". Une promesse qu'on pourrait comparer avec cette fameuse inversion de la courbe du chômage que le français attendent toujours. Bien malin en effet celui qui peut prétendre savoir quand Ebola régressera.

On notera que le Japon propose l'avigan

"L'avigan est commercialisé depuis mars 2014 et s'attaque au virus de la grippe — très mutant — en bloquant le processus de réplication du gène viral à l'intérieur de la cellule infectée afin d'empêcher sa propagation. Les stocks de l'entreprise permettraient de soigner vingt mille malades. Mais, selon le groupe japonais, l'avigan pourrait aussi se montrer efficace contre Ebola. « Les virus de la grippe et d'Ebola sont relativement proches », explique Takao Aoki, porte-parole de Fujifilm. L'avigan a ainsi été testé avec succès contre la fièvre hémorragique, en laboratoire et sur un modèle de souris, selon les résultats d'une étude d'une équipe allemande publiés en mai dans la revue Antiviral Research."

Voilà encore une initiative peut-être bienvenue, mais qui laisse quand même la désagréable sensation que l'Afrique de l'ouest est devenue un terrain d'essais pour différentes firmes pharmaceutiques. Enfin devant une situation sanitaire aussi dramatique, le plus grave ne serait-il pas de ne rien tenter, d'arrêter les dessertes aériennes et de "regarder les africains crever", comme Mergo Terzian l'avait dit dans son coup de gueule désespéré.

 

SOURCE / AGORA VOX

 

 

Publié dans actualités

Commenter cet article