Les 6 pays devenus riches en asservissant les Noirs

Publié le par dan29000

Le top 6 des pays qui sont devenues extrêmement riches en asservissant les Noirs

 
 
   
 
 Culture & Loisirs

1° Les États-Unis d'Amérique :

 

slaverycotton

L'esclavage transforma l'Amérique en une puissance économique. L'exploitation des noirs comme main d'œuvre gratuite fit du Sud, la région la plus riche et la plus puissante sur le plan politique dans le pays. La demande britannique de coton américain fit du tronçon sud de la rivière Mississippi la "Silicon Valley" de son époque, offrant la concentration la plus importante de millionnaires de la nation.

Mais l'esclavage fut une entreprise nationale. De nombreuses entreprises de Wall Street tels que JPMorgan Chase, New York Life et la désormais défunte Lehman Brothers firent fortune en investissant dans le commerce des esclaves, activité économique la plus rentable des 350 ans d'histoire  de New York. L'esclavage fut si important pour la ville que New York fut l'une des municipalités urbaines les plus pro-esclavage du Nord.

Selon le magazine Harper’s (Novembre 2000), les États-Unis ont volé un montant estimé à 100 000 000 000 000 de dollars pour 222.505.049 heures de travail forcé entre 1619 et 1865, avec un intérêt composé de 6%.

 

2° l'Angleterre :

 

slavery-1823

Entre 1761 et 1808, les commerçants britanniques transportèrent 1.428.000 captifs africains à travers l'Atlantique et empochèrent 96,5 millions de dollars (environ 13 milliards de dollars en valeur d'aujourd'hui) pour les vendre comme esclaves.

De 1500 à 1860, selon des estimations très modestes, environ 12 millions d'Africains furent vendus comme esclaves aux Amériques. Dans les seuls navires britanniques, 3,25 millions d'Africains furent expédiés. Ces voyages sont souvent très rentables. Par exemple, au XVII° siècle, la Royal Africa Company pouvait acheter une esclave africaine avec des marchandises commerciales à une valeur de 5 $ et la revendre aux  Amériques 32 $, faisant un bénéfice net moyen de 38% par voyage.

Planteurs et marchands esclavagistes qui vendirent des esclaves et des produits issus de l’esclavage furent parmi les personnes les plus riches du XVIII° siècle en Grande Bretagne, mais de nombreux autres citoyens britanniques bénéficièrent de l'industrie de la traite des êtres humains.

Les bénéfices provenant de l'esclavage furent utilisés pour doter Oxford, d'une splendide bibliothèque; pour construire une vingtaine de banques, dont la Banque de Londres et Barclays; et pour financer les expériences de James Watt, l'inventeur de la première machine à vapeur efficace.

En tant que principal catalyseur de la révolution industrielle, la traite négrière transatlantique fournit aux propriétaires d'usines faisant affaire dans les textiles, le fer, le verre et les armes à feu un méga-marché en Afrique de l'Ouest, où les marchandises furent négociées pour les esclaves. Birmingham avait plus de 4000 fabricants d'armes, avec 100.000 d'armes par an pour les marchands d'esclaves. Le boom dans le secteur manufacturier fournit de nombreux emplois pour les gens ordinaires en Grande-Bretagne qui, en plus de travailler dans les usines, pouvaient être utilisées pour construire des routes et des ponts, ainsi que dans la chasse, l'exploitation minière, etc.

 

3° La France :

 

slave pic

 

Avec plus de 1,6 millions d'esclaves africains transportés vers les Antilles, la France est clairement un acteur majeur dans le commerce d'esclave. Ses ports négriers contribuèrent grandement aux progrès économiques du pays au XVII° siècle. Beaucoup de ses villes de la côte ouest, comme Nantes, Lorient, La Rochelle et Bordeaux, construisirent leur richesse grâce aux principaux bénéfices du commerce triangulaire.

Entre 1738 et 1745, de Nantes, leader des ports négriers de France, 55 000 esclaves furent embarqué, dans 180 navires, pour le Nouveau Monde. De 1713 à 1775, près de 800 navires négriers partirent de Nantes.

À la fin des années 1780, Saint-Domingue, qui est aujourd'hui Haïti, est devenue la colonie la plus riche et la plus prospère des Antilles, en cimentant son statut de port vital dans les Amériques pour les marchandises et les produits à destination et à partir de la France et de l'Europe.

Le revenu et les taxes de la production de sucre esclavagiste sont devenus une source importante du budget national français. Chaque année, plus de 600 bateaux visitèrent les ports d'Haïti pour transporter son sucre, café, coton, indigo, cacao et consommateurs européens.


 

4° Pays-Bas :

Enslaved Africans on Slave Ship

La Compagnie des Indes Occidentales hollandaise (CIO), une société agréée de marchands hollandais, fut créé en 1621 comme un monopole sur le commerce des esclaves africains vers le Brésil, les Caraïbes et l'Amérique du Nord.

La CIO avait des bureaux à Amsterdam, Rotterdam, Hoorn, Middelburg et de Groningue, mais un quart des Africains transportés à travers l'Atlantique par la société furent transférés dans les navires négriers depuis Amsterdam. Presque tout l'argent qui finança les plantations esclavagistes du Surinam et des Antilles venait de banquiers à Amsterdam, tout comme un grand nombre de navires utilisés pour transporter les esclaves y furent construits. 

Beaucoup de matières premières qui furent transformées en produits finis à Amsterdam, comme le sucre et le café, furent cultivées dans les colonies à l'aide de la main-d'œuvre esclave puis affiné dans des usines dans le quartier de Jordaan.

Les revenus des biens produits par le travail les esclaves financèrent une grande partie de l'âge d'or des Pays-Bas au XVII° siècle, une période réputée pour ses réalisations artistiques, littéraires, scientifiques, et philosophiques.

Le travail des esclaves créa de vastes sources de richesse pour les Hollandais sous la forme de métaux précieux, sucre, tabac, cacao, café et coton et d'autres biens, et aida à financer la création à Amsterdam de beaux et célèbres canaux et du centre-ville.

 

 

5° Le Portugal :

rescued slaves

Le Portugal fut le premier de tous les pays européens à s'impliquer dans la traite négrière transatlantique. Du XV au XIX° siècle, les Portugais exportèrent 4,5 millions d'Africains comme esclaves vers les Amériques, ce qui en fait le plus grand trafiquant d'êtres humains en Europe.

Le travail esclave était la force motrice de la croissance de l'économie sucrière dans la colonie portugaise du Brésil, et le sucre est le principal produit d'exportation de 1600 à 1650. Des gisements d'or et de diamants furent découverts au Brésil en 1690, ce qui suscita une augmentation de l'importation d'esclaves  d'Afrique pour alimenter ce nouveau marché rentable.

La grande partie de l'intérieur du Brésil où l'or fut extrait était connu sous le nom de Minas Gerais (Mines générales). Les mines d'or dans cette région sont devenues la principale activité économique du Brésil colonial au cours du XVIII° siècle. Au Portugal, l'or fut principalement utilisé pour payer des biens industrialisés tels que les textiles et les armes, et construire de magnifiques monuments baroques comme le couvent de Mafra.

 

6° L'Espagne:

 

slavery

À partir de 1492, l'Espagne était le premier pays européen à coloniser le Nouveau Monde, où ils établirent un monopole économique dans les territoires de la Floride et d'autres parties de l'Amérique du Nord, du Mexique, de Trinidad, de Cuba et d'autres îles des Caraïbes. Les populations autochtones de ces colonies  mouraient pour la plupart de maladies ou d'asservissement, de sorte que les espagnols furent forcés de compter de plus en plus sur le travail des esclaves africains pour gérer leurs colonies.

L'argent provenant de ces colonies créa une grande richesse pour les dynasties des Habsbourg et Bourbon tout au long de l'emprise de l'Espagne sur la zone. Mais il a également attiré les rivaux européens de l'Espagne, ce qui incita les dirigeants espagnols à dépenser les richesses des Amériques pour alimenter les guerres européennes successives.

Les flottes de trésor espagnoles furent utilisées pour protéger la cargaison transportée à travers l'océan Atlantique. La cargaison des navires incluait le bois, les produits manufacturés, les différentes ressources de métaux et de produits de luxe coûteux dont l'argent, l'or, les pierres précieuses, les perles, les épices, le sucre, les feuilles de tabac et de la soie.

Les villes portuaires  espagnoles prospérèrent. Séville, qui avait le monopole royal sur le commerce du Nouveau Monde, fut transformé d'un port provincial en une grande ville et un important centre politique. Puisque les colons espagnols ne pas produisaient encore leurs propres aliments de base tels que le vin, l'huile, la farine, les armes et le cuir, et avaient de grandes réserves financières pour les payer, les prix dans la Castille et l'Andalousie augmentèrent fortement alors que les commerçants achetaient  des marchandises à expédier.

Les prix de l'huile, du vin et du blé triplèrent entre 1511 et 1539. Les grands vignobles de Jerez, les oliveraies de Jaén, et l'industrie du cuir de Tolède bras et ont été établis sur leur échelle présente au cours de ces années.

 

Source

makandalspeaks.blogspot.fr

Traduction de l'OJAL

 

SOURCE / black-feelings.com

Publié dans actualités

Commenter cet article