Alternatives : Framasphère, cela commence et c'est gratuit

Publié le par dan29000

Framasphère : c’est gratuit, mais ce n’est pas toi le produit !

 

Ca y est. On y est.

Framasoft vient d’annoncer sa campagne « Dégooglisons Internet ».

 

Parce que les Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft et autres sont en train de prendre le contrôle d’Internet de manière insidieuse.
En vous proposant gratuitement des services (souvent d’excellente qualité) comme Google Docs, Skype, GMail ou Google Maps, ils deviennent des points de passage quasi-obligés de votre navigation.

 

Vous rappelez-vous d’une journée d’utilisation normale d’Internet ou vous ne seriez pas passés par Google, Youtube, Doodle, Skype ou Facebook ? Même si cela était le cas, êtes-vous certain(e) que vous n’avez pas surfé sur une page contenant une pub Adsense (régie publicitaire de Google) ? Affichant un bouton “J’aime” de Facebook ? Reprenant un « tweet » qui fait le buzz ? Êtes-vous certain d’avoir désactivé la géolocalisation de votre iPhone ?

Nous sommes devenus des produits pour ces entreprises qui, en collectant toujours plus d’informations sur nous, monnaient notre profil et notre vie privée.

Ce n’est pas le Web que nous voulons. Ce n’est pas la société que nous espérons.

Privacy by OpenSourceWay CC BY SA - https://www.flickr.com/photos/opensourceway/4638981545

Et si on taclait Facebook ?

Il y a quelques jours, nous faisions le point sur Diaspora*, un logiciel libre permettant de mettre en place son propre réseau social décentralisé.

Contrairement à Facebook, ou à Ello qui a fait beaucoup de bruit ces derniers jours, Diaspora* est :

  • Libre : vous avez accès au code source du logiciel. Et même si vous n’êtes pas capable de le lire, c’est important car cela signifie que ceux qui en ont les compétences (des informaticiens citoyens) peuvent le faire et vous assurer que le logiciel n’agit pas contre votre intérêt.
  • Décentralisé : Diaspora* est géré par une fondation. Il n’y a pas d’actionnaires. Pas d’intérêt à être rentable. Diaspora* n’est la propriété exclusive de personne. Et surtout il n’y a pas un seul site Diaspora*, mais des centaines d’installations du logiciel à travers la planète. Appelés des « pods » et gérés par des individus ou des communautés, ces derniers sont capables de discuter entre eux.
  • Collaboratif : dans Diaspora* contrairement à Ello, Twitter ou Facebook, ce n’est pas un individu ou une entreprise qui va décider pour vous comment se présente votre fil d’activité. Le code étant disponible et ouvert *vous* avez la parole. Plusieurs dizaines de contributeurs travaillent bénévolement sur le logiciel, et vous pouvez les rejoindre (même si vous n’êtes pas développeur, vous pouvez rédiger de la documentation, créer des icones, chasser les bugs, etc.).

Cependant, Diaspora* reste encore relativement complexe à installer.

Framasoft a donc décidé d’ouvrir, avec l’aide de l’équipe diaspora-fr.org, un nouveau pod Diaspora* francophone.

Selection_107.png

Bienvenue dans la Framasphère

Framasphère est le premier service mis en place dans le cadre de notre campagne « Dégooglisons Internet », mais bien d’autres sont en préparation : service de liste de diffusion, de pétitions, de visioconférence, d’hébergement de documents, etc.

Sur ce réseau social Libre, vous pouvez (tout comme Facebook ou Ello) échanger avec des amis ou des inconnus, sur les sujets qui vous intéressent.
Et comme Diaspora* est décentralisé, vous pouvez échanger depuis Framasphère avec des personnes ayant des comptes Diaspora* sur des pods hébergés à l’autre bout du monde.
— Quid de contenus litigieux ? De messages postés par des entreprises ou des partis politiques ? De pornographie ?

— Comme tout espace autogéré, les règles seront affinées avec le temps, et surtout avec la communauté d’utilisateurs de Framasphère.

Cependant, l’énorme différence avec les réseaux sociaux privés existants, c’est que Framasoft s’engage - au travers d’une Charte et de Conditions Générales d’Utilisation - à vous respecter, vous et vos données.
Nous ne revendons pas vos données. Nous n’étudions pas votre comportement. Nous n’affichons pas de publicité.
Et si les règles collectives ne vous conviennent pas, vous pourrez toujours installer votre propre pod, avec vos propres règles.

Framasphère, c’est pour tes pairs.

Framasphère compte, avant même son lancement officiel, plus de 2 000 inscrits (dont quelques « people » d’Internet[1]). Nous espérons que vous nous rejoindrez rapidement et que vous participerez avec nous à en faire un réseau social bienveillant. Et plus encore, nous souhaitons vivement que ce réseau soit communément partagé bien au-delà de la sphère des enthousiastes convaincus : invitez votre collègue de boulot, votre voisine de palier, la boulangère, le gars qui tient sa page facebook mais qui n’en peut plus, le copain de votre cousine (nous avons décidé cette fois-ci de laisser Mme Michu - et sa famille - tranquilles).

Notre balle est dans votre camp, cet outil est à votre disposition. La dynamique (déjà joliment lancée) que la Framasphère suivra ne dépend plus que de vous.

Notes

[1] cf le sympathique article du non moins sympathique JCFrog http://jcfrog.com/blog/je-ne-comprends-pas-ello-framasphere-menchante-nopub-rs/ qui en donne une liste non-exhaustive.

Framablog

blog du réseau de sites et de
projets Framasoft dont le dénominateur commun est le logiciel libre,
sa culture et son état d’esprit.

  • Licence : CC By-Sa
  • Contact : Alexis Kauffmann aka.framasoft at gmail.com


URL: http://www.framablog.org/

Via un article de Framasoft, publié le 8 octobre 2014
©© a-brest, article sous licence creative common info

Publié dans écrans, alternatives

Commenter cet article