La Sécu est notre bien à tous, manifestation à Paris

Publié le par dan29000

Manifestation « La Sécu c'est notre bien à tous ! »

 

JEUDI 16 A 13 H, place de la Nation

 

L'austérité nous plonge dans la crise : ça suffit !

 

La situation est de plus en plus difficile pour les salariés, la majorité de la population. Forte hausse du chômage, de la précarité, aggravation de la pauvreté et des inégalités…

Le pouvoir confirme le « cap de l'austérité » dans ses choix économiques. Ainsi, à la fin aout, le premier ministre fut applaudi par le grand patronat à l'université d'été du MEDEF. En effet, le gouvernement maintient son objectif : mise en place du pacte de responsabilité ! : 35 milliards de cadeaux aux employeurs (suppression des cotisations sociales branches familles) et 50 milliards « d'économies » sur les budgets publics ! La CGT réaffirme son opposition résolue au pacte de responsabilité qui va encore aggraver la crise ! D'autres organisations syndicales également.

Des plans d'économies de plusieurs milliards d'euros sont annoncés au détriment des dépenses de santé, des hôpitaux, du remboursement des médicaments, blocage des salaires et remise en cause de services publics, gel des pensions et baisse de revenu pour de nombreux retraités…

Cela est inacceptable alors que les employeurs bénéficient déjà de plus de 220 milliards d'exonérations ou d'aides publiques : ni l'emploi, ni la formation n'en bénéficient mais cela gonfle les profits des entreprises et les dividendes versés aux actionnaires ! Au 1er semestre 2014, les dividendes versés aux actionnaires du « CAC 40 » ont augmenté de +30 % (dividendes versés en 2013 : 218 milliards d'euros !). C'est la démonstration que l'argent existe, et qu'il faut une autre répartition et utilisation des richesses !

C'est dans ce contexte que va s'ouvrir à l'Assemblée nationale le débat sur le projet de loi de financement de la sécurité sociale. La CGT considère que les salariés doivent être informés et intervenir pour exiger des mesures immédiates pour l'augmentation des salaires, le pouvoir d'achat, l'emploi et ainsi relancer la croissance et contribuer au financement de la protection sociale ! Il faut se mobiliser, car le patronat profite d'une situation où le gouvernement est à «son service» pour en demander toujours plus : déréglementation du temps de travail (dimanche et travail de nuit), attaque contre le SMIC, remise en cause des représentants des salariés dans les entreprises. Ces projets sont dangereux, inacceptables. Ils ne répondent qu'aux seules attentes du patronat !

Jeudi 16 octobre : journée nationale d'actions et de grève, et manifestations unitaires :

Tous ensemble pour :

  • Gagner une sécurité sociale de haut niveau !
  • Pour stopper les exonérations de cotisations sociales accordées aux employeurs et soumettre à cotisations les revenus issus de la participation et des plans d'épargne d'entreprise.
  • Faire contribuer les revenus financiers des entreprises à hauteur des cotisations salariales.
  • Favoriser l'emploi stable, combattre la précarité, augmenter les salaires et porter le SMIC à 1700€, combattre le travail illégal : autant de ressources en plus pour la sécu !
  • En finir avec l'austérité qui nous enfonce dans la crise !

Jeudi 16 octobre : pour dire non aux politiques d'austérité, au pacte de responsabilité et exiger des mesures immédiates pour le progrès social, défendre et améliorer notre protection sociale.

Manifestation interprofessionnelle.
Départ 13h. Place de la Nation à Paris

Pour le progrès social, la CGT propose :

  • Porter le SMIC à 1700 Euros brut par mois comme base des grilles de salaires.
  • Ouvrir des négociations salariales dans les entreprises.
  • Augmenter les salaires, le point d'indice dans la fonction publique, les pensions et les minima sociaux.
  • Contrôler les aides publiques aux entreprises.
  • Contraindre les entreprises à des alternatives aux licenciements.
  • Stopper les suppressions d'emploi et créer des droits nouveaux pour les représentants des salariés des entreprises.
  • Développer les politiques publiques et les moyens des services publics.
  • Réformer la fiscalité en profondeur, créer de nouvelles tranches d'impôts pour les hauts revenus.
  • Ramener l'âge de départ à la retraite à 60 ans pour tous et des départs anticipés pour travaux pénibles.
  • Créer un pôle financier public et établir un mécanisme de crédits à taux réduits pour l'investissement productif.
  • Taxer les mouvements spéculatifs de capitaux et éradiquer les paradis fiscaux.

document au format PDF:

Lien : http://paris.demosphere.eu/rv/34853
Source : http://cgtparis.fr/La-securite-sociale-c-est-...


16 octobre: la sécurité sociale c'est vital !

La sécu, c'est vous !

À l'automne, la loi de financement de la sécurité sociale pour l'année 2015 sera votée à l'assemblée nationale. ce débat vous concerne !

Chacun participe au financement de la Sécurité sociale pour permettre à tous d'avoir des droits pour bien vivre, bien se soigner, bien travailler, bien vieillir ! C'est cette solidarité qu'il faut défendre ! C'est ce qui la différencie des assurances privées et donc du chacun pour soi !
C'est aussi, grâce à ses acquis et à des droits garantis que même en pleine crise économique et sociale, elle évite à des milliers de salariés et de familles de plonger dans la misère et la pauvreté ! D'ores et déjà, des plans d'économie de plusieurs mil- liards d'euros sont annoncés dans la santé, à l'hôpital, pour la politique du médicament, la famille, la retraite, la gestion de la Sécurité sociale. Des milliers d'emplois sont menacés dans ces secteurs professionnels.

La CGT vous appelle à vous mobiliser pour reconquérir une Sécurité sociale de haut niveau répondant aux besoins d'aujourd'hui !

Les valeurs de la Sécurité sociale sont justes : protéger dans la solidarité, partager les richesses produites par le travail pour financer la réponse aux besoins de tous, c'est la solution.
Notre système a participé à la croissance, en maintenant du pouvoir d'achat, au développement de notre système de santé et de retraite, à l'accompagnement des familles. Il a permis l'allongement de la durée de vie...
Mais aujourd'hui, les inégalités progressent, l'accès aux soins devient difficile, voire inaccessible pour certains, les prestations familiales stagnent, l'accompagnement des personnes âgées est peu pris en charge... Le travail dans la santé, le social, la Sécurité sociale se dégrade.
La société change, les besoins sont grandissants. Il faut améliorer et garantir notre système solidaire de Sécurité sociale.

La Sécurité sociale n'est pas malade de trop de dépenses mais d'un manque de recettes !

La bataille idéologique bat son plein !
Le patronat, depuis toujours a agi pour affaiblir les droits et diminuer leur contribution au financement de la Sécurité sociale.
De réforme en réforme, il a obtenu, des exonérations de cotisations sociales (30 milliards d'euros par an) notamment sur les bas salaires, des baisses de cotisations, des aides publiques de l'État (220 milliards d'euros aujourd'hui)... au nom d'un soi-disant « coût du travail » trop élevé qui nuirait à l'emploi.
Le constat est là : les conditions de travail se détériorent, le chômage, la précarité, les bas salaires, les suppressions d'emplois minent le développement et la croissance du pays !
Le patronat veut masquer la part des richesses prélevées sur le travail reversée sous formes de dividendes aux actionnaires, qui continue de progresser et qui échappe à la solidarité nationale. Ces dividendes sont versés au détriment des salaires et de l'emploi, de l'investissement et donc pénalisent notre capacité à financer la Sécurité sociale.
Le pacte de responsabilité, signé entre le président de la République et M. Gattaz du Medef, va amputer la Sécurité sociale de prés de 20 milliards d'euros supplémentaires.
Le débat qui va s'ouvrir sur le financement de la Sécurité sociale au Parlement sera l'occasion d'exprimer d'autres solutions plus justes, plus solidaires pour répondre aux besoins.

La CGT propose une nouvelle dynamique de financement

  • Valoriser le travail : le transformer et améliorer les conditions de travail à la fois pour la santé des salariés et celle de l'entreprise. Les problèmes de santé liés au mal travail coûtent 80 milliards d'euros par an à notre économie.
  • Favoriser l'emploi stable, combattre la précarité et le chômage, augmenter le SMIC et les salaires, gagner l'égalité professionnelle entre les femmes et les hommes, supprimer le travail illégal... C'est des recettes en plus pour la sécu.
  • Gagner une Sécurité sociale de haut niveau et une Sécurité sociale professionnelle permettant de garantir des droits tout au long du parcours du salarié. La première «Sécurité sociale», c'est d'avoir du travail !
  • Reconquérir la démocratie dans la Sécurité sociale et dans le système de santé.
  • Garantir et maintenir un financement assis sur le travail par les cotisations sociales.
  • Stopper les exonérations de cotisations sociales accordées aux employeurs.
  • Soumettre à cotisations sociales les revenus issus de l'intéressement, de la participation et des Plans d'épargne d'entreprise.
  • Moduler la cotisation employeur pour favoriser l'emploi et l'investissement.
  • Faire contribuer les revenus financiers des entreprises à hauteur des cotisations salariales.

Pour la journée d'action le 16 octobre, partout
à paris et dans les départements
 des initiatives de mobilisations s'organisent dès maintenant.

Ensemble pour la santé, les retraites, la famille, la santé au travail, l'hôpital.

La sécu a besoin de vous !

document au format PDF:

Source : http://unas.cgt.fr/dotclear/index.php?post/20...
Source : http://www.financespubliques.cgt.fr/spip.php?...


Journée d'action pour la Sécurité Sociale

La « sécu » c'est des droits : pour bien vivre, bien travailler, bien vieillir

Avec sa campagne de reconquête de la « sécu », la CGT, porte une dynamique de financement pour des recettes supplémentaires afin de répondre aux besoins des populations mais aussi stopper les suppressions de postes dans l'institution « sécu » afin de redonner les moyens aux salariés de bien faire leur travail et de mieux répondre aux usagers.

À la veille du débat sur la Loi de Financement de la Sécurité sociale, la CGT a décidé de faire du jeudi 16 octobre une journée d'action pour la Sécurité Sociale, sans oublier l'emploi et les salaires, éléments essentiels pour ses sources de financement. Il est bon de rappeler que c'est par leurs cotisations mensuelles, au prorata de leur salaire, que les salariés paient leur protection sociale.

Une manifestation aura lieu à Paris à l'appel des unions régionales CGT d'Île-de-France et voisines. D'autres manifestations et actions auront lieu en région. La CGT a invité les autres organisations syndicales à se rencontrer pour décider des modalités de ces actions.

En attendant, la CGT diffuse le premier tract de sa campagne pour la reconquête de la SÉCU !

Source : http://www.cgt94.fr/spip.php?article1196


Journée nationale d'action interprofessionnelle

pour la reconquête de la Sécurité sociale

La CGT appelle les salariés une journée nationale de mobilisations coordonnées en amont de l'examen du projet de loi de financement de la Sécurité sociale 2015 (PLFSS) par l'Assemblée nationale.

Cette initiative s'inscrit dansla campagne de reconquête de la Sécurité sociale, tant sur les questions de son financement que de la réponse aux besoins des salariés. Elle est un des versants de la campagne engagée depuis plusieurs mois par la CGT sur le coût du capital. La CGT entend donc articuler les questions des salaires, de l'emploi et du travail avec cette ambition de reconquérir la Sécurité sociale.

Cette journée sera marquée par un rassemblement national à Paris suivi d'une prise de parole avec la participation notamment de syndicats de la Santé et de l'action sociale et des Organismes sociaux. Dans les départements de province, les organisations de la CGT interpelleront les préfectures, les agences régionales de Santé, parlementaires, sous forme de motions, rassemblements et manifestations et la tenue de conférences de presse.

Source : http://www.ulcgt11.fr/spip.php?article4354

Publié dans actualités

Commenter cet article