Solidarité avec la résistance kurde en Syrie et en Turquie

Publié le par dan29000

Solidarité avec le peuple kurde de Kobané


de : Le MRAP
mercredi 8 octobre 2014 -

Le MRAP exprime son émotion et sa plus vive inquiétude après l’entrée des djihadistes dans la ville de Kobané, l’un des cantons du Rojava, le Kurdistan de Syrie.

Après plusieurs semaines de combats et un siège de 3 semaines, la majeure partie de la ville de Kobané est tombée malgré une résistance héroïque de toutes les forces kurdes, notamment du PKK de Turquie et du PYD (Unités de Défense du Peuple du Rojava). Impossible d’oublier que face aux blindés de l’ « E.I », les Kurdes ne disposaient au mieux que des kalachnikovs.

Depuis des mois, déjà, ils réclament des armes lourdes, indispensables pour faire face ! Mais la « communauté internationale » a refusé d’entendre leur cri et porte donc une lourde responsabilité. La Turquie, pourtant membre de l’OTAN, a choisi de continuer à fournir des armes aux djihadistes. Pire encore, les forces armées turques ont tiré dimanche 5 octobre à balles réelles sur les militants du PKK qui, depuis la très proche frontière, tentaient de rejoindre Kobané pour défendre la ville.

Le MRAP craint que les massacres et atrocités commis par l’EIIL contre les populations civiles à Mossoul au mois de juin, puis à Sinjar, au Kurdistan irakien en août dernier ne se reproduisent à Kobané. L’EI a promis à tous les Kurdes qu’ils captureraient de « les décapiter ou de les crucifier ». Il y a urgence !

Les kurdes sont les principaux remparts contre le djihadisme. Le PKK figure toujours sur la liste des organisations terroristes alors qu’il se trouve en première ligne pour défendre les droits de l’Homme face aux djihadistes de l’Etat islamique. On ne peut à la fois se déclarer horrifiés par les exécutions barbares de ressortissants occidentaux et refuser de coopérer avec la résistance kurde !

Le MRAP demande au gouvernement français de :

 répondre favorablement aux demandes d’aide formulées par les kurdes et de retirer le PKK de la liste des organisations terroristes.
 de sanctionner les Etats complices de l’EIIL, dont la Turquie,
 d’exiger une aide humanitaire des réfugiés, y compris en Turquie,
 de traiter les principales organisations du mouvement kurde, en Turquie comme en Syrie, sinon en alliés, du moins en partenaires indispensables à la construction d’une issue politique durable à l’actuelle déstabilisation dramatique du Proche Orient.

SOURCE / BC

Publié dans actualités

Commenter cet article