Aux Etats-Unis, une police et une justice raciste organisant l'impunité

Publié le par dan29000

Etats Unis : le MRAP dénonce une police et une justice raciste


de : Le MRAP

 


mercredi 26 novembre 2014

Le MRAP est indigné par l’impunité dont bénéficient les policiers responsables de la mort de jeunes Noirs aux Etats-Unis.

Le policier Darren Wilson qui a tué par balles le 9 août dernier le jeune Michaël Brown qui se présentait non armé et bras levés ne sera pas poursuivi. Ainsi en a décidé le Grand Jury de Ferguson (Missouri), selon l’annonce qui en a été faite lundi soir 24 novembre dernier.

D’autres cas tragiques récents n’ont pas encore fait l’objet d’une décision de Justice : en août dernier, c’était John Crawford qui était abattu de 17 balles dans l’Ohio alors qu’il venait de prendre une arme factice sur un présentoir ; dimanche 23 novembre c’était un enfant de 12 ans qui était abattu à Cleveland.

Il ne s’agit pas là de « bavures » ce sont environ 400 jeunes Afro-Américains qui ont été abattus par les forces de police ces 14 dernières années.

Avec plus de 2 millions de détenus, les Etats-Unis ont le taux d’incarcération le plus élevé de la planète, environ 5 fois supérieur à celui des pays de l’OCDE. En nombre absolu, les Etats-Unis se situent même devant la Chine pourtant 4 à 5 fois plus peuplée. Mais Dans le même temps, on assiste à une justice à deux vitesses où la couleur de la peau et la situation sociale jouent un rôle déterminant. « Quand on a affaire à la justice aux Etats Unis, mieux vaut être blanc et si on a le malheur d’être noir, mieux vaut être riche »

46% des détenus purgeant une longue peine sont des Noirs, alors qu’ils ne représentent que 12% de la population. Dans son livre « the New Jim Crow : Mass Incarceration in the Age of Colorblindness », Michelle Alexander fait un constat stupéfiant : « Il y a aujourd’hui plus d’hommes africains-américains en prison ou en détention, en liberté surveillée ou liberté conditionnelle, que de noirs qui furent soumis à l’esclavage en 1850, avant que la guerre civile ne commence. »

Un noir sur trois connaît la prison au cours de sa vie, dans certains quartiers quatre Noirs sur cinq sont susceptibles de tomber dans les filets du système pénal.

Le MRAP n’oublie pas que c’est le racisme qui a conduit Mumia Abu Jamal dans le couloir de la mort, c’est le racisme qui le maintient en prison aujourd’hui. La sentence dépend en effet à la fois de la couleur de l’accusé et de celle de la victime : une personne reconnue coupable de la mort d’un Blanc risque 20 fois plus la peine de mort que celle qui a tué un Noir.

S’étonnerait-on alors que la foule en colère envahisse les rues de Ferguson et d’autres villes des Etats Unis ? Ce ne sont ni les « larmes » verbales du Président Obama ni la répression de la police qui mettront fin à cette colère mais l’élaboration d’une société basée sur la justice et l’égalité, quelle que soit la couleur de la peau.

 

 

SOURCE / MRAP

Publié dans actualités

Commenter cet article