Désinformation : Les 53 millions de Dassault, le Figaro n'en sait rien

Publié le par dan29000

Les 53 millions d’argent de poche de Serge Dassault ? Le Figaro n’en sait rien

 

par Henri Maler, Jérémie Fabre, le 19 novembre 2014

 

 

Dans son édition du 18 novembre 2014, le quotidien Libération a publié un long dossier consacré au « système Dassault » : un système de corruption électorale présumée, mis en place par l’avionneur Serge Dassault et son équipe municipale à Corbeil-Essonnes (91). Est-ce pour alimenter cette éventuelle corruption ? Est-ce pour payer ses yaourts ? Serge Dassault aurait fait rapatrier en France, grâce à son comptable, 53 millions d’euros. L’information a rapidement été reprise par l’ensemble des médias français, comme Le Monde, Le Parisien, Le Point ou encore 20 Minutes.

Et qu’en est-il au Figaro, propriété de Serge Dassault ?

Une « brève » (sur le site du Figaro, on dit un « flash ») sur le sujet a bien été publiée. Cependant sa taille, 76 mots, prête à sourire.

Cette « brève » est tellement brève que nous vous la livrons intégralement.

Presse : audition d’un comptable de Serge Dassault

 

Selon Libération et France Inter un comptable suisse aurait été entendu début octobre par les juges qui enquêtaient sur les soupçons d’achat de voix à Corbeil-Essonnes en région parisienne.

L’homme d’affaires aurait expliqué, selon les deux médias, avoir remis à Serge Dassault, propriétaire du Figaro, ex-maire de Corbeil, 53 millions d’euros entre 1995 et 2002. Serge Dassault reconnaît des dons mais a toujours réfuté avoir acheté des votes lors des municipales de 2008, 2009 et 2010.

Le titre, évidemment, ne porte pas sur les déclarations du comptable. De précautionneuses précautions entourent les informations diffusées par les confrères. En revanche, on apprend que Serge Dassault a non pas récusé, mais « réfuté » les accusations portée contre lui.

Ce n’est pas tout. Et notre « brève » serait vraiment à peine moins brève que celle du Figaro si l’on n’ajoutait pas ce qui suit. Le « flash » en question est absolument introuvable sur la page d’accueil du site du Figaro. Pour la lire, il faut donc passer par le moteur de recherche du site. Un moteur de recherche des plus performants, puisque lorsque l’on tape le mot clé « Dassault » non-accompagné du terme « Serge », la brève est alors introuvable. En revanche, on trouve aisément des « brèves » vantant le « chiffre d’affaires en hausse  » de Dassault Systèmes ou les « commande en hausse  » à Dassault Aviation.

Cet épisode est loin d’être un cas isolé, comme nous l’avons écrit en janvier et avril 2014.

En novembre 1997, sur LCI, Serge Dassault déclarait que son groupe devait « posséder un journal ou un hebdomadaire pour y exprimer son opinion. » Un constat s’impose : il n’a pas besoin de le faire lui-même, les responsables de la rédaction du Figaro le font pour lui.

Jérémie Fabre et Henri Maler

 

SOURCE / ACRIMED

Publié dans actualités

Commenter cet article