Extra pure, voyage dans l'économie de la cocaïne, de Roberto Saviano, chez Gallimard

Publié le par dan29000

Le journaliste napolitain Roberto Saviano est devenu une célébrité internationale du jour au lendemain en 2007 quand le succès s'offrit à lui avec Gomorra, dans l'empire de la camorra, aux éditions Gallimard. Il y eut d'abord son essai, passionnant en tous points, puis il y eut ensuite le film, puis ensuite la série... On échappa de peu aux produits dérivés... Cinq millions d'exemplaires vendus, et une grosse colère des camorristes, on s'en doute un peu. Menaces de mort, protection policière depuis huit ans puis exil. Le journaliste devenu écrivain et essayiste poursuit aujourd'hui ses investigations avec un tableau de l'économie de la cocaïne, au niveau international, puisqu'il amène son lecteur au Mexique et en Colombie, la majeure partie du livre, mais aussi en Russie, aux États-Unis, ou en Espagne.

 

La grande originalité de Extra pure est qu'il est... ou plutôt qu'il n'est pas une enquête, ni un essai, ni un roman, ni un récit autobiographique. Mais alors, qu'est-ce donc ? A vrai dire, à la fin du nouveau Saviano, on ne sait pas vraiment. En suivant sa forte tournée médiatique parisienne, on apprend quand même qu'il avait envie de se venger. On le comprend bien. La mafia a ruiné sa vie, tout en remplissant son compte bancaire. Entouré de gardes du corps, sa vie ressemble à celle de Salman Rushdie en cavale durant aussi de longues années.

Dont acte.

Bien entendu son livre devrait toucher un large public, et c'est une bonne chose car il est de qualité, et illustre que sa détermination est intacte. Certaines pages sont hallucinantes, surtout celles consacrées au Mexique. Il confirme, s'il en était besoin, que la fameuse "Guerre à la drogue" menée par les diverses administrations américaines depuis plus de quarante ans, est perdue depuis longtemps. Idem en Italie ou en Russie. Le point fort de Extra pure est l'examen intelligent des liaisons endémiques entre trafiquants de drogues et les banques, mexicaines, nord-américaines, canadiennes ou libanaises. L'argent n'a pas d'odeur.

 

Sachant que son investigation est basé sur des rapports de police, les nombreux détails qui "tuent" au fil des pages, ne pouvant que relever de la fiction, on ne peut que lui conseiller pour le prochaine livre de nous offrir un roman sur ce sujet. Mais le livre se laisse lire avec facilité, une grande qualité sur un tel sujet. Si les livres de Saviano dérange les diverses mafias qui gangrènent de plus en plus le monde et son système financier, tant mieux. De plus l'auteur est déterminé, documenté, et il sait écrire.

 

Dan29000

 

Extra pure

Voyage dans l'économie de la cocaïne

Roberto Saviano

Traduit de l'italien par Vincent Raynaud

Éditions Gallimard

2014 / 464 p / 21,90 euros

 

 

Publié dans lectures

Commenter cet article