Vers Madrid-The burning bright, un documentaire de Sylvain George, en salles

Publié le par dan29000

Sylvain George nous l'avions découvert en 2011 avec son superbe documentaire sur les migrants de Calais, Qu'ils reposent en révolte. Un vrai choc humain et esthétique, un film qui laissait des traces longtemps après l'avoir vu. Ce qui nous donna l'envie de suivre son travail. Cela se matérialise aujourd'hui avec Vers Madrid, son nouveau long métrage qui sort en salles ce mercredi après de nombreuses projections dans des festivals.

 

Loin de Calais et ses brumes, le cinéaste nous offre des regards multiples, à la fois politique et poétique, sur la vaste et longue mobilisation du peuple espagnol à Madrid en 2011 et 2012. Un impressionnant mouvement, nommé mouvement du 15 mai "15M" qui allait servir de référence à de multiples mouvements nommés Occupy dans le monde entier.

 

Fidèle au noir et blanc, Sylvain George nous propose donc les paroles protéiformes des nouveaux manifestants de la place Puerta del Sol à Madrid. Des milliers de personnes en mouvement, de manière durable, sur un thème nouveau, avec un slogan donnant à réfléchir :

 

Non ils ne nous représentent pas !

 

Il ne s'agissait plus de réclamer une banale augmentation de salaire ou de dénoncer une loi sécuritaire. Un processus démocratique de rupture était en marche où le peuple véhiculait une belle idée, à savoir que les vieilles formes actuelles de la représentation, partis et syndicats, n'étaient plus vraiment d'actualité. Comme dans les processus des révolutions arabes qui suivraient, il s'agissait fondamentalement de remettre en cause les formes dépassées des démocraties représentatives. Au fil des images et au fil des paroles, une nouvelle forme apparait alors, peu à peu. La grande force du film est le choix de ne pas représenter, comme l'explique d'ailleurs très bien Sylvain George, mais de "présenter, sans aucune forme de romantisme politique ou révolutionnaire".

 

Le film de Sylvain George permet de bien ressentir le processus d'émancipation à l'œuvre dans ce mouvement, avec ses formes multiples, prises de paroles spontanées, témoignages, commissions, AG, incidents avec la police, ou approches philosophiques. Avec un dénominateur commun essentiel, le vivant, l'énergie, l'espoir, l'intelligence spontanée. Tous ces éléments qui font généralement défaut aux classiques manifestations syndicales éphémères bien mal nommées Journées d'action. D'où l'aspect subversif se dégageant de ce mouvement... Ce qui devait entrainer alors la répression policière et de nouvelles lois répressives.

 

Depuis 2006, avec déjà sept courts métrages et quatre longs, et de multiples distinctions, sans oublier des collaborations artistiques avec Archie Shepp, Valérie Dréville, ou John Edwards, Sylvain George prend une place importante parmi les grands documentaristes, dans la belle lignée de Kramer, Godard, ou Chris Marker.

 

Ce qui n'est pas peu dire.

 

Dan29000

 

Vers Madrid-The burning bright (Un film d'in/actualité)

Sylvain George

Vidéo, noir et blanc/couleurs, 1 h 46, 2014

 

Publié dans écrans

Commenter cet article