En fin de droits, Yvon Le Men, éditions Bruno Doucey

Publié le par dan29000

Dans notre belle Bretagne, Yvon Le Men est un nom synonyme de poésie.

 

Une sorte de légende régionale dans ce beau pays épris de culture, la culture de la terre et de la mer, la culture des mots et des sons, une terre de musique et de littérature. La terre où est né Yvon Le Men, à Tréguier, il y a maintenant un peu plus de soixante ans. Où il publia son premier livre en 1974, Vie.

 

Écrire est son premier métier, sa passion, sa raison de vivre.

 

Mais ce poète est aussi, depuis bien des années, un conteur comme nous les aimons en Bretagne. Si la poésie se vend assez peu dans le petit monde de l'édition, le seul remède est alors pour les poètes, d'aller au devant du public, dans les salles, dans les médiathèques, dans les Festivals, notamment Étonnants Voyageurs, l'attachant festival de Michel Le Bris installé à Saint-Malo depuis longtemps. Yvon Le Men y programme aussi des poètes venus du monde entier pour le plaisir de la grande marée de visiteurs chaque année.

 

Comme des milliers d'artistes en tous genres en France, Yvon Le Men est donc un intermittent. Un jour, un mois, il travaille, un autre jour, un autre mois, non. Un trimestre il publie, l'autre non. Et ainsi de suite. Donc intermittent, avec un statut. Si vous suivez l'actualité et notre site en particulier, vous savez déjà que les Intermittents résistent depuis plusieurs années à la remise en cause de leur statut, que le Medef et certains gouvernements à droite comme à gauche, voudraient bien rompre.

 

Au-delà de cette juste lutte, un jour, Yvon Le Men a reçu un courrier de Pôle Emploi. Jamais bon signe. Cette structure lui annonçait qu'il était radié du régime des intermittents du spectacle.

Et pire, qu'il devait rembourser des années d'indemnités !

Si !

 

Une histoire lamentable qui, hélas, pourrait être celle de chacun d'entre nous dans un pays installé depuis des décennies dans un chômage de masse et la précarité où les divers droits vont en s'amenuisant. Alors comme l'art de cet homme est la poésie, il a écrit cette année En fin de droits. Si vous lisez un peu de poésie, vous savez que le chômage, l'emploi, ne sont pas les sujets habituels des poètes. Et pourtant ce petit livre est une belle réussite, en liaison avec de nombreux dessins de Pef.

 

Un cri, un cri de poète, à la fois poignant et caustique.

 

A lire d'urgence, pour Yvon Le Men, pour nos amis les intermittents qui luttent, pour la poésie qui est aussi une forme de résistance dans un monde éditorial qui touche le fond en 2014 avec les succès actuels de Trierweiler et Zemmour !

 

Dan29000

 

En fin de droits

Yvon Le Men

Dessins de Pef

Éditions Bruno Doucey

2014 / 80 p / 13 euros

 

================================

 

EXTRAIT :

 

page 14

 

la moitié de tous les droits d'auteur

de toute ma vie d'auteur

d'auteur de ma vie

durant quarante ans

 

toute cette histoire

à cause d'un mot

qui manque à ma case

à ma cause

 

me cause des maux

des maux de tête

des maux de ventre

des animaux sauvages

qui hurlent

dans ma tête

dans mon ventre

 

envie

de crier

 

 

Publié dans lectures

Commenter cet article