En Palestine, le FPLP a 47 ans

Publié le par dan29000

Dec 10  2014

 

 

Pendant que la lutte de notre peuple continue contre la montée des attaques sionistes fascistes, nous arrivons au 47ème anniversaire de la fondation de notre parti et au 27ème  anniversaire de l’éruption de la grande Intifada de notre peuple en 1987. À ces deux occasions nous nous dressons pour rendre hommage aux martyrs de la marche de notre peuple pendant un siècle de lutte pour la libération nationale. Nous nous souvenons tous de ceux qui ont combattu sur le chemin de la lutte nationale : Jamjoum , Hijazi, al-Qassam, Abdulqader al-Husseini, et tous les martyrs qui sont tombés dans la bataille pour la libération. Nous nous souvenons du chef et fondateur de notre partie, Al-Hakim (George Habash), dont l’engagement et l’intégrité révolutionnaires nous a inculqué nos valeurs ; le grand martyr Abu Ali Mustafa, qui a travaillé inlassablement pour notre peuple ; nous nous souvenons de Wadie Haddad, de Ghassan Kanafani, d’Abu Maher Al-Yamani, et de Guevara Gaza. Nous nous souvenons de la longue lignée des dirigeants nationaux du peuple palestinien dont le sang a été versé sur la route vers la liberté, d’Abu Ammar (Yasser Arafat), Abu Jihad (Khalil al-Wazir), Cheik Ahmed Yassin, Fathi Shikaki, Khaled Nazzal, Omar Al-Qassem, et la liste continue. Nous nous rappelons la souffrance de nos courageux prisonniers dans les prisons ennemies, dirigés par le Secrétaire Général de notre parti, le dirigeant national  Ahmad Sa’adat, et nous saluons les blessés, soulignant notre détermination et notre engagement pour rester fermement fidèles à la bannière de la lutte jusqu’à la libération de tout le sol national palestinien et la pleine réalisation des droits nationaux au retour, à l’auto-détermination, à l’indépendance et à une Palestine  libre avec sa capitale à Jérusalem, alors que nos populations continuent totalement leur lutte et leur Intifada sous toutes les formes.

A l’anniversaire de la fondation de notre parti et de la grande Intifada, notre  peuple fait grandir la lutte contre le fascisme sioniste sur le front politique et sur le champ de bataille. Ce fascisme trouve son expression dans le meurtre systématique de notre peuple, dans les attaques des hordes de colonialistes, dans la politique de destruction de masse et de génocide de masse pendant les 50 jours de guerre et d’agression contre la Bande de Gaza, par la judaïsation de Jérusalem, par l’intensification du pillage colonial en Cisjordanie, combinée avec les politiques et les lois arrogantes du gouvernement d’occupation, y compris la nouvelle loi de « l’état national du peuple juif », essayant de mettre à bas la cause palestinienne, la présence de notre peuple, et nos droits nationaux et historiques. C’est une attaque au droit de retour et une attaque aux droits de notre peuple dans la Palestine occupée de 1948, aussi bien qu’un coup porté aux illusions des négociations bilatérales sous les auspices des États-Unis . Il est clair que cette prétendue « option » n’a rien récupéré de notre terre ni n’a pas apporté la paix, ni n’a arrêté les personnalités officielles sionistes dans leur agression pendant deux décennies, en dépit des négociations absurdes et des conditions politiques, économiques et de sécurité dévastatrices de ces négociations pour notre cause. Nous faisons face à une attaque contre la cause de notre peuple à tous les niveaux, visant à éliminer notre peuple et nos droits.

Depuis juin dernier, la résistance populaire essaye de se dégager de toutes les restrictions qu’on lui a imposées, et reflète la volonté de nos populations et de leur volonté illimitée de pratiquer la résistance sous toutes ses formes, de résister à toutes les attaques et de renouveler leur attachement inépuisable au peuple et à la cause, consentant des sacrifices incessants et payant un prix élevé. Notre peuple sait clairement qu’il est inutile de continuer les négociations – que c’est un choix absurde et destructif. Cette clarté des masses palestiniennes exige que la conduite monopolistique de l’OLP et également la direction du Hamas doivent écouter la voix des masses et ouvrir leurs options pour confronter la machine de guerre sioniste qui s’est lancée dans le massacre et la destruction massifs dans la Bande de Gaza. Notre peuple en lutte a prouvé ici que l’unité et le choix de la résistance est capable de repousser l’agression. Maintenant il est l’heure de soutenir la lutte populaire lancée de Jérusalem notre capitale éternelle, et de travailler à établir une direction nationale unifiée pour soutenir nos populations dans la défense de leur terre et de leurs lieux saints, et laisse de côté la division interne et la dépendance envers des négociations et rejette finalement et entièrement les absurdes et dévastatrices obligations politiques, sécuritaires et économiques du projet d’Oslo contre notre peuple. Il est temps de mettre fin à la division, pas au moyen du partage du pouvoir et de la division des intérêts et des Autorités entre la Cisjordanie et Gaza. Nous demandons instamment la réunion immédiate de l’entière direction provisoire de l’OLP comprenant toutes les parties palestiniennes pour reconstruire les bases nationales et démocratiques pour l’unification du mouvement national palestinien et la restauration de l’unique représentant légitime de notre peuple partout, conduisant notre lutte dans la patrie et dans l’exil.

Au milieu des attaques sionistes, la lutte populaire montante en Cisjordanie et au coeur de Jérusalem et dans la Palestine occupée de 1948, et après la vaillante résistance de nos populations de la Bande de Gaza et leur immuabilité légendaire face à l’agression, nous, au FPLP, soulignons ce qui suit :

Premièrement, il est plus que temps d’en finir avec le chemin d’Oslo et ses obligations sécuritaires , économiques et politiques, et de renvoyer la cause palestinienne aux Nations Unies pour exiger l’exécution des résolutions appropriées plutôt que négocier sur nos droits, en premier lieu le droit des réfugiés au retour à leurs maisons desquelles ils ont été déplacés et à une compensation selon la résolution 194 de l’ONU ;

En second lieu, il est temps d’en finir avec les divisions internes et de reconstruire et unir les institutions de l’OLP sur une base nationale et démocratique en tant que représentant légitime unique des palestiniens dans la patrie et dans la diaspora. La lutte palestinienne est dans une étape de libération nationale, et pas de la construction d’une autorité sous occupation.

Troisièmement, il est temps de mettre fin à la période de calme et de lancer la résistance de notre peuple sous toutes les formes pour affronter le fascisme sioniste. C’est une lutte totale et ouverte entre un mouvement national de libération et une puissance occupante raciste coloniale d’exclusion, et non pas un conflit entre deux armées égales. Ceci est clair au niveau humain, économique, politique et moral.

Quatrièmement, il est temps de respecter la volonté de nos populations et de soutenir leur immuabilité et leur résistance pour la liberté, l’indépendance et le retour, et de porter attention à leur souffrance dans la détérioration de la situation économique et sociale provoquée par l’occupation continue aussi bien que par les politiques économiques sociales et de l’Autorité Palestinienne.

Une véritable sortie de l’impasse nationale exige un examen complet des résultats et des conséquences de l’accord d’Oslo et de la façon dont il a accablé nos populations, leur cause, leur unité et leur résistance, et son remplacement avec une stratégie nationale unifiée. Les défis qui se posent à notre peuple résultant de l’assaut du fascisme sioniste sont sans précédent, et la souffrance de notre peuple dans la patrie et dans la diaspora, les problèmes et les questions concernant notre vie quotidienne, requièrent la plus haute attention de toutes les parties de notre mouvement national de libération. C’est en particulier le cas dans des camps de réfugiés en Syrie et au Liban, de même que la nécessité de reconstruire ce qui a été détruit par l’agression de l’occupant contre la Bande de Gaza, et cela doit être fait sur la base de la satisfaction des besoins du peuple plutôt que sur la concurrence et la rivalité entre les partis, par la formation d’un organisme national à cette fin. Il est également nécessaire de développer la lutte populaire à Jérusalem et de former une direction nationale unifiée pour soutenir et développer dans toutes les villes et tous les villages de Cisjordanie, de concert avec l’approfondissement de l’initiative populaire pour le boycott complet de l’occupation, en soutenant la production nationale et les offres d’emploi pour la jeunesse, qui sont les besoins qui ne sont pas satisfaits par les politiques économiques et sociales de l’Autorité alignée avec les riches aux dépens des classes pauvres et populaires. Ces politiques fonctionnent en accord avec les dictats de la Banque Mondiale et un tel conseil détruit les communautés dans les états indépendants, encore moins une société à l’étape de la libération nationale.

Nous sommes devant une nouvelle phase pour mettre fin au le chemin des négociations et pour soutenir la résistance, une étape qui renforce la direction populaire de la lutte et de la confrontation de l’ennemi, tirant des leçons de la résilience de la Bande de Gaza et des sacrifices de la population de Jérusalem, et nous devons suivre ces exemples pour un nouveau chemin de confrontation avec l’occupation et renforcer nos relations avec les masses, la seule référence à laquelle nous nous fions.

Vive le FPLP , Vive le glorieux soulèvement de notre peuple ; Gloire aux martyrs et liberté aux prisonniers ; la Résistance sera inévitablement victorieuse !

 

Publié dans Monde arabe - Israël

Commenter cet article