Pénalisation des clients, première cause de vulnérabilité au VIH & IST

Publié le par dan29000

La pénalisation des clients et du travail sexuel doit être dénoncée comme 1ère cause de vulnérabilité au VIH&IST

 

publié en ligne : 1 December 2014

 

 

Il est beaucoup plus difficile pour nos associations de faire leur travail de prévention et d’accès aux soins si les travailleurSEs du sexe sont toujours et encore plus forcées de se cacher pour travailler. La précarisation induite par la pénalisation des clients amoindrit leur pouvoir de négociation et nous fait craindre une augmentation considérable des prises de risques.

Des études présentées lors de la dernière conférence mondiale sur le sida de Melbourne et publiées dans The Lancet ont confirmé ce que les acteurs associatifs et la communauté des travailleurSEs du sexe dénoncent depuis des années, à savoir que la pénalisation est la 1ère cause structurelle de vulnérabilité au VIH & IST.

Ainsi, la ministre de la Santé Marisol Touraine doit clairement se positionner contre toute mesure de pénalisation qui favorise la propagation de l’épidémie. Dans le cas contraire, son soutien à la pénalisation des clients est un soutien à la contamination des travailleurSEs du sexe.

De même, la maire de Paris Anne Hidalgo qui reçoit Michel Sidibé directeur de l’ONUSIDA à l’occasion du 1er décembre ne peut pas instrumentaliser sa présence à des fins de communication politique tout en militant en faveur de la pénalisation des clients et en faisant appliquer des arrêtés anti-camionnettes dans les bois de Boulogne et Vincennes.

La pénalisation est en effet dénoncée par cette même ONUSIDA ainsi que par l’Organisation Mondiale de la Santé, le Programme des Nations Unies pour le Développement, ainsi que la Commission Consultative des Droits de l’Homme en France et toutes les associations de lutte contre le sida dans leur unanimité.

Les hommes et femmes politiques qui toute l’année militent en faveur de la pénalisation et appliquent des mesures de répression du travail sexuel ne peuvent pas instrumentaliser la journée du 1er décembre et se présenter comme militants de la lutte contre le sida. Tant qu’ils et elles défendront des mesures de pénalisation, ils ne feront preuve que d’hypocrisie et d’opportunisme.

Associations signataires :

Act Up-Paris, Avec Nos Ainées, Cabiria, Collectif des Femmes de Strasbourg st-Denis, Grisélidis, Syndicat du Travail Sexuel (STRASS), Support Transgenre Strasbourg (STS)

 

SOURCE / ACTUPPARIS.ORG

Publié dans actualités

Commenter cet article