Retour à Béziers, un livre interactif signé Didier Daeninckx

Publié le par dan29000

« Retour à Béziers », un autre récit du politique

 

 

Le livre interactif « Retour à Béziers », de l'écrivain Didier Daeninckx, du photographe Sébastien Calvet, et du réalisateur François Rabaté, a reçu le 4 décembre le Prix du livre numérique 2014. Il offre une nouvelle forme de récit politique et social.

« Cela se passe à Béziers mais cela pourrait être ailleurs ». Pour « Retour à Béziers », ouvrage interactif couronné le 4 décembre du Prix du livre numérique 2014, l’écrivain Didier Daeninckx, le photographe Sébastien Calvet et le réalisateur François Rabaté ont parcouru la ville « à la rencontre d’une population de toutes classes sociales », avec l'objectif d'« interroger notre rapport au politique ». « De ces rencontres émergent une parole franche et parfois brutale sur la chose publique », racontent-ils.

Ce livre, publié en juin, offre une nouvelle forme de récit politique et social. Il raconte la ville de Béziers, pendant les élections municipales de mars 2014, à travers le regard d’Houria, 65 ans. Contrainte de quitter Paris à cause de sa petite retraite, Houria retourne dans cette ville de l'Hérault où elle est née. Mais c’est un Béziers sinistré qu'elle retrouve, de tous points de vue – social, commercial, politique, architectural, urbanistique –, où un tiers de la population vit sous le seuil de pauvreté.

Loin des récits de campagne journalistiques et des reportages avec leurs passages parfois obligés ou attendus, « Retour à Béziers » croise trois regards – fictionnel, photographique et documentaire – pour raconter une ville et son évolution, au moment où l’extrême droite est aux portes de la mairie. L’héroïne y découvre l’oreille attentive d’une partie des habitants au Front national, qui soutient le candidat Robert Ménard – lequel a arraché en mars cette ville de 72 000 habitants à la droite.

Le livre permet d’avancer dans le récit de deux manières: en lecture horizontale, on suit Houria à travers la ville, au gré de ses rencontres et des échos politiques; en lecture verticale, on s’extirpe de la fiction pour accéder à des sons et photographies, captés eux pendant la campagne électorale.

Né à Montpellier, le photographe Sébastien Calvet (dont on peut voir le travail dans Libération), a photographié Béziers à de nombreuses reprises durant la dernière campagne municipale: « J’ai détourné mon regard des événements qui remplissent les pages des journaux. Ma photographie s’est déportée vers les quartiers abandonnés. Les heures se sont étendues avec ces jeunes qui s’ennuient. Ces rues où plus personne ne passe. Un vide est venu s’imposer dans mes cadres. Béziers n’est que l’épiphénomène d’une manière d’organiser nos villes. Les signes de la dévitalisation, du manque de perspective saute aux yeux ».

 

 

« Retour à Béziers » s’inscrit plus généralement dans un projet transmédia: le récit de Didier Daeninckx, publié aux éditions Verdier; le reportage photographique de Sébastien Calvet, et Place Publique, qui comprend le documentaire de François Rabaté pour France 3 et La Chaîne Parlementaire.

« Retour à Béziers », coédité par l'Apprimerie et la Générale de Production. Juin 2014. Disponible sur l'ibook Store et sur le site de L'apprimerie.

 

 

SOURCE / MEDIAPART

 

Publié dans lectures

Commenter cet article