Chasse aux sorcières à Poitiers : Un professeur de philosophie en danger

Publié le par dan29000

Chasse aux sorcières dans le plan vigipirate gouvernemental : un prof en danger

 

 

« L’Esprit du 11 janvier » est bien là. Avec ses stigmatisations collectives, ses soupçons procéduriers, ses méthodes expéditives, toutes les périodes et tous les régimes autoritaires ont su trouver les moyens de faire taire les oppositions, les intimider, les rendre coupables du seul fait de s’exprimer.

 

Avec ce professeur de philosophie au lycée Victor-Hugo de Poitiers, l’histoire se reprend à balbutier dans de terribles recommencements dignes de toutes les chasses aux sorcières. La révolution culturelle voyait les enfants dénoncer leurs parents pour avoir le droit de gravir les échelons de la société chinoise ; le macarthisme a vu les employés prêter serment de loyauté, isolés et interdits d'affiliation à des organisations politiques ; la royauté finissante espagnole avait fait fusiller le professeur de philosophie anarchiste Francisco Ferrer par un peloton d'exécution constitué de ses propres anciens élèves, la liste est longue des scélératesses de nos gouvernements dont le nôtre est... capable de NE PAS reconnaître cent ans après les morts pour l'exemple de la Grande Guerre.

Ces derniers jours, c'est le rectorat et le ministère qui visent à accabler François Chazerans, qui enseigne la Philosophie à Poitiers. Quatre mois de suspension d'exercice de ses fonctions, et un procès en cours pour « apologie du terrorisme » pas moins !... Mais comment peut-on laisser à ce point la machine judiciaire s’emballer à ce point ?...

On connaît tous la capacité de nuire de gens particulièrement normatifs qui vous fabriquent La mauvaise réputation quand vous ne marchez pas au pas. Un état de choc permet à ces gens, adultes ou enfants, fonctionnaires ou politiques, hommes ou femmes, à conjuguer leurs efforts pour entraver les protestations et les paroles libres. Ce sont les élèves qui ont demandé au professeur de mettre en débat les événements autour du massacre du 7 janvier à Charlie Hebdo. Il y a eu des enregistrements. Des recours auprès de l’établissement, des plaintes.

Il y a là un formidable exemple de la volonté d’instiller la peur et interdire toute parole qui voudrait échapper à cette poursuite des gens de la population, pendant que les services de police, eux, relâchaient leur surveillance des criminels depuis août 2014, qu'ils ne surveillaient plus un journal pourtant menacé de fatwa et déjà saccagé quelque temps plus tôt, et que toutes les forces de l’ordre étaient employées à persécuter jour après jour des roms, les immigrés et les zadistes partout en France ; voilà ce qu'il ne nous est pas donné l’occasion de signaler à ceux qui n’ont que trop envie de croire en une bonne gouvernance.

Nous devrons aussi nous montrer nombreux et déterminés pour ne pas laisser accabler quelqu'un dans l'exercice de ses fonctions auquel les pouvoirs actuels voudraient faire porter la charge de leurs négligences et de leurs désastreuses politiques contre les populations.

Jean-Jacques M’µ

Pétition pour la réintégration du professeur suspendu : http://www.petitionpublique.fr/?pi=P2015N47300

 

SOURCE / MEDIAPART

Publié dans actualités

Commenter cet article