Chasseurs français : le deux poids deux mesures de Ségolène Royal

Publié le par dan29000

17 février 2015

Chasseurs français : les deux poids deux mesures de la République

 

La Fédération Nationale des Chasseurs ayant menacé que « la colère légitime des chasseurs de gibier d’eau s’exprime sur le terrain avec de grands risques de débordement » en cas de non prolongation de la chasse aux oies, la ministre de l'Écologie, Ségolène Royal, vient de demander à l'Office National de la Chasse et aux préfets de ne pas faire respecter la loi.

1310152-Chasseur_par_Cabu.jpg 

Comme tous les ans depuis l'arrêté du 12 janvier 2012 modifiant l'arrêté du 9 janvier 2009, les chasseurs ont fait pression pour obtenir une dérogation leur permettant de chasser les oies au-delà de la limite réglementaire du 31 janvier

La ministre de l'Écologie, malgré la sympathie qu'on lui connaît envers les chasseurs, n'avait pas pu accéder à leur demande : le Conseil d'État venait d'annuler le 19 décembre l'arrêté dérogatoire pris par son prédécesseur Philippe Martin il y a un an, en janvier 2014.

D'ailleurs la FNC (Fédération Nationale des Chasseurs) s'étranglait le 15 janvier 2015 :
« Pourtant, le précédent ministre, Philippe Martin, était passé outre l’avis de sa propre administration et avait signé avec volontarisme un arrêté autorisant la chasse aux oies pour les 10 premiers jours de février 2014. »

Le 20 janvier, après avoir été reçue par le groupe Chasse de l'Assemblée nationale et par le futur président du Groupe Chasse et Pêche du Sénat, la FNC diffusait un communiqué se concluant par :
« Sans cette dérogation, il est à craindre que la colère légitime des chasseurs de gibier d’eau s’exprime sur le terrain avec de grands risques de débordement dans les zones littorales concernées. »
(des débordements dans les zones littorales lors de la Journée Mondiale des Zones Humides, c'eût été dommage...)

Ceci nous renvoie à janvier 2014, il y a un an, où les chasseurs avaient officiellement annoncé qu'ils enfreindraient la loi et chasseraient en février. Après quoi ils avaient été reçus au ministère de l'Écologie, et ce dernier avait pris le 31 janvier un arrêté prolongeant la chasse aux oies en février (arrêté dont l'exécution avait été suspendue en urgence le 5 février par le Conseil d'État, puis donc annulé le 19 décembre 2014).
Lire « Chasse : comment appeler à l'illégalité en toute impunité »

Ayant renoncé à cette dérogation, comment cette fois-ci le gouvernement a-t-il réagi à ces menaces explicites ?
Simple, en répondant aux chasseurs : « Vous en faites pas, les gars, on peut pas changer l'interdiction, mais vous pouvez flinguer les oies, on vous punira pas ;-) »

Dans un courrier du 28 janvier, Ségolène Royal, Ministre de l’Ecologie, a donné instruction à l’ONCFS (en charge de la police de l’environnement) de ne pas verbaliser les chasseurs d'oies jusqu’au dimanche 8 février inclus.

Elle est pas belle notre République ?

 

 

Une théorie du « deux poids, deux mesures » sévit actuellement chez certains Français, selon laquelle certaines communautés ne seraient pas traitées comme d'autres par la République. Instillée par des cliques comme le shit-tank quenellien, le fait qu'elle soit avalée sans recul par tant de jeunes pose bien entendu question. Mais bon, ne mélangeons pas les problèmes.

Toujours est-il que si une communauté bénéficie d'un « deux poids, deux mesures » , c'est bien celle des chasseurs.

On a également en mémoire le piégeage du Bruant ortolan dans les Landes, interdit par une Directive européenne applicable depuis 1992, mais faisant l'objet d’une tolérance administrative, les forces de l’ordre ayant pour consigne de ne pas verbaliser, sous les gouvernements de gauche comme de droite. Exactement comme ce fut le cas pour la corrida avant la loi de 1951, notamment durant la première moitié du XXe siècle.

Bien entendu, il importe de saisir l'Union européenne du comportement du gouvernement français.
Mais la procédure est interminable, avec d'abord une phase pré-contentieuse (plainte à la Commission pour manquement à une Directive, demande d'information de la Commission à l'État, à savoir en France le Secrétariat général des affaires européennes, mise en demeure par la Commission...), puis en l'absence de réponse satisfaisante, phase contentieuse (saisine de la CJUE, arrêt en manquement sans sanction financière, et en l'absence de mesures, nouvelle saisine de la Commission, pouvant alors aboutir à une condamnation avec sanction financière...)

Je conclurai, exactement comme l'an dernier, en pointant le message catastrophique que fait passer le gouvernement français par cette décision : les menaces de violences et l'appel à l'illégalité non seulement ne sont pas sanctionnés, mais sont récompensés.

 

 JEAN PAUL RICHIER

 

SOURCE / COLLECTIF LIMOUSIN ANIMAUX

Publié dans actualités

Commenter cet article