Pour le démantèlement d'Areva, pas d'argent public pour un renflouage !

Publié le par dan29000

Observatoire du nucléaire - Communiqué du 24 février 2015

 

Démanteler Areva et vendre
ce qui peut l'être encore…

 

L'argent public ne doit pas venir renflouer une fois de plus l'industrie nucléaire


areva-faillite.png (7941 octets)

Alors que les citoyens de France sont soumis à l'austérité et la précarité, que les services publics manquent cruellement de financements, il est absolument injustifiable que l'argent public soit une nouvelle fois gaspillé pour venir renflouer l'industrie nucléaire en perdition. Il faut d'ailleurs rappeler que, en décembre dernier, M Macron a fait racheter par l'État 27,4 millions d'actions Areva à 30% au dessus de leur cotation, gaspillant déjà 334 millions d'euros d'argent public (*).

Longtemps surnommée le "géant du nucléaire", l'entreprise Areva était en réalité en situation de pré-faillite depuis plusieurs années, ce que nous l'annoncions dès 2009, à l'époque pour le compte du Réseau Sortir du nucléaire (**). Cotée à 82 euros il n'y  pas si longtemps, l'action Areva à la bourse de Paris ne vaut aujourd'hui plus que 9 euros : quasiment 90% de pertes.

Il est grand temps de prendre acte de ce que le nucléaire n'a plus d'avenir : la part de cette énergie dans l'électricité mondiale s'est effondrée de 17% en 2001 à 9% à ce jour, et ce processus va continuer au fil des fermetures définitives de réacteurs : la majorité des 390 encore en service approchent ou ont dépassé 30 ans d'âge. Ainsi, aux USA, déjà 5 réacteurs ont été définitivement fermés ces derniers mois (***).

De fait, même du point de vue industriel, plus rien ne justifie de renflouer encore l'entreprise Areva qui, au contraire, doit être démantelée. Les activités encore utiles (par exemple dans le démantèlement des réacteurs) doivent être vendues tant qu'elles ont encore un peu de valeur.

Pendant des années, alors qu'une majorité de la presse continuait à annoncer (vainement) un prétendu "grand retour du nucléaire" (****), l'Observatoire du nucléaire n'a cessé d'alerter sur le crash annoncé de l'industrie nucléaire en général et d'Areva en particulier.

Il est nécessaire aussi de rappeler la coupable vénération d'une partie de la presse pour Anne Lauvergeon, surnommée "Atomic Anne" ou même "La femme la plus puissante du monde". Les portraits dithyrambiques et les reportages complaisants se sont multipliés alors que les investissements consentis étaient absurdes : affaire de corruption Uramin, investissements ruineux aux USA pour construire des réacteurs qui ne verront jamais le jour, etc.

Par ailleurs, les trois réacteurs EPR "vendus" ont en réalité été bradés : un EPR à 3 milliards en Finlande pour un coût réel de plus de 10 milliards, et moins de 5 milliards en Chine pour DEUX îlots nucléaires d'EPR. Les Echos de ce jour reconnaissent d'ailleurs que cette vente a dégagé "une marge nette négative" (*****), c'est-à-dire une perte financière (d'ampleur encore inconnue).

En 2010, sans peur du ridicule, Mme Lauvergeon annonçait encore la vente de… "60 réacteurs d'ici 2020", sans que personne ne fasse cesser cette mascarade : aucun réacteur n'a en réalité été vendu, même si quelques projets sont encore agités ici où là avant d'être annulés à leur tour. (******)

L'Observatoire du nucléaire, qui vient de remporter une victoire probante contre Areva en justice (*******), dénonce aussi les méthodes nauséabondes de l'industrie nucléaire et la poursuite de la politique coloniale de la France au Niger pour s'accaparer à un tarif dérisoire l'uranium de ce pays : la prétendue "indépendance énergétique" apportée par le nucléaire à la France est en réalité basée sur les importations et le pillage.

La faillite d'Areva est la bonne opportunité pour mettre définitivement à l'arrêt cette industrie malfaisante qui laisse derrière elle des centaines de réacteurs à démanteler et des déchets radioactifs qui vont rester dangereux pendant des millénaires…

 

(*) http://observ.nucleaire.free.fr/334millions-cea.htm

(**)http://www.sortirdunucleaire.org/Publication-des-comptes-2008-d

(***) Crystal River 3, San Onofre 1 et 2, Kewaunee 1 et Vermont Yankee

(****) Par exemple : http://observ.nucleaire.free.fr/courrier-int-gd-retour-2009.jpg

(*****) Les Echos, 24 février 2015 : http://bit.ly/1FSbgVw

(******) http://observ.nucleaire.free.fr/areva-annonce-45epr-et-15atmea.htm

(*******) http://observ.nucleaire.free.fr/jugement-areva-cour-appel-paris.pdf

Publié dans environnement

Commenter cet article