Toute la vie : la dérive anti-jeunes des "Enfoirés"

Publié le par dan29000

Les « enfoirés », anti-jeunes et… anti-pauvres !

 

Sois jeune et tais-toi ! Le nouvel hymne des Enfoirés 2015, largement diffusé aujourd’hui sur le Web, a déchainé moqueries et quolibets des internautes. Et pour cause : le morceau, signé Jean-Jacques Goldman – visiblement devenu un peu réac’ – met en scène un dialogue chanté entre une bande de jeunes anonymes en mal d’avenir, et des stars du show biz qui leur font la leçon sur le mode « vieux cons soixante-huitard ».


« Vous avez tout, l’amour et la lumière », chante le groupe des jeunes, s’adressant aux chanteurs professionnels. Réponse du groupe des « vieux » : « On s’est battus, on n’a rien volé ». Les jeunes : « Vous aviez tout, paix, liberté, plein emploi. Nous c’est chômage, violence et sida ». Réponse des « vieux » : « Tout ce qu’on a, il a fallu le gagner. A vous de jouer, mais faudrait vous bouger ». A croire que le chômage, le sida et la violence, on l’a bien mérité ! Plus loin, reprise du couplet. Les jeunes : « Vous avez raté, dépensé pollué ». Réponse des « vieux » : « Je rêve ou tu es en train de fumer ? » (sic !).
Sardou aurait-il fait main basse sur les Enfoirés ? On ne peut que s’étonner en tout cas que l’auteur d’ « Il suffira d’un signe » dépeigne une génération bête à bouffer du foin, et prête à échanger « sa jeunesse » contre « ta caisse » (on appréciera au passage la rime riche…).

 

Derrière la lutte des générations, la lutte des classes

On aurait tort, pourtant, de ne voir dans ce mauvais clip qu’un échange intergénérationnel. Dans le groupe des « vieux », on trouve certes des sexagénaires ouvertement soixante-huitards, comme Maxime Le Forestier ou Jean-Louis Aubert, et des quinquas, comme Michèle Laroque ou Patrick Bruel. Mais aussi des personnalités beaucoup plus jeunes : les chanteurs MPokora (29 ans), Christophe Wilem, Jenifer, ou Lorie (32 ans).
Derrière cette pseudo lutte entre générations, c’est donc une autre lutte qui apparaît en filigrane. Et qui oppose des stars du show biz, fortunées, et à qui tout réussi… à la masse des anonymes – le peuple – qui ne ferait que se plaindre d’une condition qu’il aurait – si l’on en croit les paroles – bien méritée. Un message plutôt cocasse pour des people censés collecter de l’argent pour les Restos du cœur ! Et qui n’est pas sans rappeler les récentes déclarations d’Emmanuel Macron sur BFMTV (« Si j’étais chômeur, je n’attendrais pas tout de l’autre ») ou d’un Sarkozy en campagne :

« Rien ne m’a été donné, je me suis beaucoup battu pour arriver où j’en suis, je sais parfaitement ce que veut dire et ce que signifient les mots travail, mérite, effort, parfois récompense. »

Les Enfoirés convertis à la doctrine anti-assistés de l’ultralibéralisme décomplexé... C’est Coluche qui doit se retourner dans sa tombe.

 

SOURCE / POLITIS PAULINE GRAULLE, Sur le vif 26 février 2015

Publié dans musiques, actualités

Commenter cet article