Gilles Caron, le conflit intérieur, un film de Séverine Lathuillière, en DVD

Publié le par dan29000

Je me souviens de mai 68, de ce regard insolent de Cohn-Bendit face à un CRS, devant la Sorbonne, au milieu des manifestants mélangés aux policiers. Sans doute une des photos les plus célèbres de cette révolte historique... Une photographie de Gilles Caron.

 

Je me souviens encore de mai 68. Une rue parisienne, la nuit. Deux hommes. L'un poursuivant l'autre. On pourrait dire "Le flic et le manifestant", en action, en pleine course... Une photographie de Gilles Caron.

 

Je me souviens de ce soldat américain allongé dans la jungle du Sud-Vietnam en 1967, les yeux fermés... Une photographie de Gilles Caron.

 

Je me souviens de Jacques Brel, sur scène, en gros plan, le visage en sueur, avec sa main droite, au premier plan, deux éléments sur un fond noir... Une photographie de Gilles Caron.

 

Je me souviens du tournage d'un film de JLG, "Week-end" en 1967. Une composition très graphique, avec quatre lignes de fuite, une route pleine de voitures, deux lignes d'arbres (que personne à l'époque ne songeait à couper), et le rail de la caméra se perdant dans le lointain... Une photographie de Gilles Caron.

 

Je me souviens de Martin Luther King en meeting au Palais des sports de Paris, en 1966, devant un micro, une constellation de spots au-dessus de lui, comme des étoiles dans le ciel l'éclairant... Une photographie de Gilles Caron.

 

Je me souviens de Jean Genet, encadré par deux policiers, arrêté lors d'une manifestation devant le siège du patronat, en janvier 1970... Une photographie de Gilles Caron.

 

Et trois mois plus tard, en avril, Gilles Caron mourrait au Cambodge. Il avait trente ans et venait de marquer, en à peine cinq ans, le photo-journalisme. Rien de tout ce qui faisait ces années-là (1965-1970) ne lui échappait. Les guerres. Du Vietnam à la Guerre des six jours. Les conflits, du Biafra à l'Irlande du nord, ou encore les émeutes, de Paris en mai au Printemps de Prague. Ou encore ceux qui marquaient cette époque, Godard, Gainsbourg et Jane B. Bernadette Lafont et James Brown, Ronet et Trintignant...

Arrêtons là sous peine de tomber dans un inventaire à la Prévert.

 

Au-delà de la formidable qualité de ses photographies, et de sa collaboration avec Raymond Depardon, Gilles Caron, co-créateur de l'agence Gamma, se posa aussi la question de la finalité de son métier. Question essentielle pour un photographe au contact de l'évènement. Le photographe doit-il se contenter d'être un spectateur ?

 

Pour Caron, le reportage est une affaire de morale, tout comme pour Godard, le travelling est aussi affaire de morale. Difficile de ne pas partager. Donc on ne pourra que conseiller ce DVD, même s'il est beaucoup un peu bref. Séverine Lathuillière a bien restitué la substantifique moelle de Gilles Caron, un amoureux de la liberté qui recherche un sens à la vie, en côtoyant guerres, famines, révoltes... Une réflexion émouvante portée aussi par des enregistrements audio du photographe.

 

Dan29000

 

Gilles Caron, le conflit intérieur

Séverine Lathuillière

Complément : Mai 68 (4')

Éditions Montparnasse

2015 / 45' / 15 euros

 

 

Publié dans écrans

Commenter cet article