Alternatives : le livre en prix libre

Publié le par dan29000

Le livre en prix libre, ça marche !

 

Screen Shot 05-19-15 at 09.44 AMJ’ai récemment écrit un billet sur le prix libre et les bibliothèques. Pour prolonger cet article, voici le retour d’expérience d’un auteur qui a fait le choix du prix libre après avoir écrit un livre. La démonstration est claire et convaincante ! L’article est repris du billet intitulé : Pourquoi j’ai donné 2 ans de travail et combien ça m’a rapporté ? Le livre ? c’est VIM ! 

J’ai écrit un livre. Deux ans de travail et de réflexion pour accoucher d’un livre technique de 60 pages sur un éditeur de texte répondant au doux nom de Vim.

Vous allez me dire que deux ans pour 60 pages c’est beaucoup, et vous avez raison. Ayant tendance à procrastiner sur ce genre de tâche, je suis d’autant plus fier d’avoir réussi à aller jusqu’au bout. Naturellement, tous ces efforts devaient être récompensés. Les personnes voulant apprendre Vim en lisant ma prose auraient à payer 9,99€. Tout travail mérite salaire n’est-ce pas ?

J’ai mis mon livre à la vente en avril 2013, copyrighté comme il se doit. D’avril 2013 à fin août 2014, j’en ai vendu 90, soit 899,10€ de « Chiffre d’Affaires ». Étant auto-entrepreneur, j’enlève environ 26% de taxes/impôts et 5% de charges de la plateforme que j’utilisais pour vendre le livre (Payhip), ce qui fait environ 620€ dans ma poche. Pas si mal pour 90 ventes.

Oui mais voilà, un problème a commencé à faire surface. Je me suis fait violence pendant deux ans pour écrire quelque chose lu par 90 personnes ? Sérieusement ? Moi qui souhaitais rendre accessible ce formidable outil qu’est Vim au plus grand nombre en écrivant ce livre, je l’ai diffusé à 90 exemplaires ? Et en plus, ceux qui en détiennent une copie n’ont pas le droit de la partager ou d’en faire ce qu’ils veulent sous peine d’être accusés de piratage.

Je me suis alors posé cette question : « Qui suis-je pour décider arbitrairement de limiter l’accès au savoir contenu dans le livre à ceux qui peuvent débourser 9,99€ ? » Après tout, si j’ai pu écrire ce livre, c’est grâce à ceux avant moi qui ont bien voulu donner de leur temps. C’est un livre basé sur un logiciel libre et sur les connaissances que j’ai accumulées grâce aux personnes qui ont bien voulu faire des articles de blog sur le sujet.

Est-ce que le fait de compiler tout cela dans un livre justifiait le fait de limiter l’accès en le rendant payant à prix fixe ? Plus j’y réfléchissais et plus je me disais que non. J’ai bâti mes connaissances sur celles des autres et rien ne justifie que je me les approprie. Tout le monde devait pouvoir profiter de ce livre, qu’ils aient de l’argent ou pas. Je me devais donc de le rendre accessible sans argent. Certes, mais j’avais peur. Peur de ? Peur qu’on me pirate mon livre en masse et que je ne gagne plus rien avec ! Si je ne forçais pas les gens à payer, personne ne paierait non ? Vous en avez payé combien des sharewares vous ?

En fait, je n’en savais rien et je voulais savoir. Je voulais savoir ce que ça donnerait si je demandais aux personnes de fixer leur prix. En fonction de leur situation et de ce que le livre leur apporterait, ça serait à eux de décider s’ils voudraient payer et avec quoi. Du simple email de remerciement à la donation bitcoin en passant par les euros classiques, chacun serait libre de payer comme il le souhaite. Ou même de ne pas payer du tout. J’allais vendre mon livre à prix libre.

L’idée est de dire que le livre n’est pas gratuit mais qu’on peut payer avec autre chose que des euros. Pour moi, toute personne a forcément quelque chose à offrir qui ne coûte pas d’argent : un email, un sourire, un merci.

Dans le coup, j’ai aussi décidé de le placer sous Licence CC : chacun peut en faire ce qu’il veut (à des fins commerciales ou pas) tant qu’il ne s’attribue pas la paternité du livre. Et tant qu’à faire, j’ai rendu le code source disponible sur Github. Pour finir, j’ai décidé de remercier le monde du libre en général en donnant 20% des recettes du livre à l’association de promotion du libre Framasoft.

Donc si on récapitule : je rends mon livre téléchargeable à tout le monde, je le mets sous licence libre, je publie son code source et j’en reverse 20% à une association d’utilité publique.

Je m’étais fait à l’idée que je pourrais potentiellement ne plus gagner d’argent avec mon livre. Et d’une je ne l’avais pas écrit pour ça et de deux si c’était le prix à payer pour le diffuser au plus grand nombre, je le paierais.

Nous voilà fin août 2014 et le livre est librement téléchargeable sur https://vimebook.com. L’accueil de la communauté a été très positif et le livre a été téléchargé de nombreuses fois depuis. Très précisément, à l’heure où j’écris ces lignes, il a été téléchargé 1619 fois contre 90 fois avant que je le mette à prix libre. Environ 200 personnes ont réalisé des dons en euros, environ 30 personnes en email et une en lolcat. J’ai reçu 17 Flattr et quelques bitcoins. D’un point de vue purement pécunier, voici les chiffres : j’ai vendu pour 1829,69€ en 9 mois pour un don moyen aux alentours de 9€ (certains ont donné 25€ !). 366 euros vont à Framasoft, environ 120€ euros à Stripe (la plateforme de paiement en ligne) et 475€ aux impôts. Ce qui fait qu’il me revient environ 870€.

Avant le prix libre : 1 an et demi, 90 téléchargements, prix de 9,99€, dons association 0€, licence non libre, argent gagné : 621€.

Après le prix libre : 8 mois, 1619 téléchargements, prix moyen 9€, dons association 366€, licence libre, argent gagné : 870€.

En passant mon livre à prix libre j’ai donc : permis à tout le monde de le lire, gagné plus d’argent et agit pour la bonne cause en aidant Framasoft. Finalement, j’avais tout à y gagner à le faire, mais pour ça, il fallait que j’essaie. Il fallait que j’aille au delà de la peur que j’avais de donner mon travail. Il fallait que je responsabilise les « acheteurs » et que je leur fasse confiance. Et si finalement, tout était dans l’art de demander ?

Et vous le prix libre, vous en pensez quoi ?

Bibliobsession 2.0

log animé par Silvère Mercier, alias Silvae depuis 2005 qui s’attache à recenser les expériences innovantes, à susciter des débats et à cerner les enjeux du numérique au sein de la communauté de l’information-documentation.

  • licence : creative commons By-nc-sa
  • contact : bibliobsession@gmail.com


URL: http://www.bibliobsession.net/

Via un article de Silvae, publié le 23 mai 2015
©© a-brest, article sous licence creative common info

Publié dans alternatives

Commenter cet article