Dans l'Aisne, des femmes congolaises ne doivent pas être expulsées

Publié le par dan29000

Pétition

P2886 - Femmes congolaises de l'Aisne, battues, torturées, violées

 

Le Préfet de l'Aisne doit entendre votre souffrance !

 



(English version below)


Le viol est devenu systématique au Congo (RDC). Les rebelles, mais aussi la police, l’armée et les services secrets l’utilisent comme arme de guerre dans les combats du Sud-Kivu et dans la répression de toute opposi­tion à Kinshasa.Retour ligne manuel
Dans l’Aisne, plusieurs femmes réfugiées
ont subi ces atrocités : militantes elles-mêmes ou femmes de mili­tants, filles ou femmes d’officiers rebelles à l’autorité du président Kabila... leurs histoires dif­fèrent jusqu’au mo­ment où elles sont arrêtées, emmenées dans des camps militaires et rouées de coups, gravement torturées et sys­tématiquement violées. C’est souvent de l’hôpital qu’elles par­viennent à s’échapper.Retour ligne manuel
Ces femmes n’ont pas été écoutées : leur demande d’asile a été rejetée par des hauts fonctionnaires qui ne les ont pas entendues. Elles sont aujourd’hui sans papiers.Retour ligne manuel
Ces femmes sont malades de la torture. Elles suivent un traitement pour limiter les effets du syndrome post­-traumatique dont elles sont victimes. Elles essaient de se reconstruire dans un lieu sûr.Retour ligne manuel
Le préfet de l’Aisne veut les expulser vers le lieu de leur viol. Le médecin de l’Agence Régionale de Santé constate la gravité de leur état de santé, mais le Préfet prétend qu’il y a des psychiatres au Congo et qu’elles peuvent s’y faire soigner. Il leur demande de quitter le territoire français et veut les remettre à la police congolaise qui les a torturées et violées.Retour ligne manuel
La France a honoré récemment le médecin congolais Denis Mukwege, prix français des droits de l’homme, fait chevalier de la Légion d’honneur. pour son aide aux femmes victimes de viols en RDC. François Hollande l’a lui-même décoré.Retour ligne manuel
Le préfet de l’Aisne s’honorerait de reconnaître les souffrances de ces femmes et de régulariser leur situation administrative en leur attribuant un titre de séjour. Nous le lui demandons par cette pétition.


Retour ligne automatique
CDSP 02




Rape has become systemic in the Congo (DRC). The rebels, but also the police, the army and the secret services use it as a weapon of war in the fighting in South-Kivu and in the repression of any opposition to Kinshasa.


In the Aisne Department of France, several female refugees have suffered these atrocities : militants themselves or wives of militants, daughters or wives of officers rebelling against the authority of president Kabila... their stories differ up to the point when they are arrested, taken to military camps and beaten up, severely tortured and systematically raped. It’s often from hospitals that they manage to escape.


These women haven’t been heard : their applications for asylum have been rejected by senior officials who haven’t listened to them. They are now illegal immigrants.


These women are ill from torture. They are being treated for PTSD. They are trying to start over in a safe place.


The Aisne prefect wants to deport them back to the place where they were raped. The doctor from the Regional Health Agency confirms the severity of their state of health, but the prefect claims that there are psychiatrists in the Congo and that they can get treatment there. He’s asking them to leave France and wants to hand them over to the Congolese police who tortured and raped them.


France has recently honoured Congolese doctor Denis Mukwege, who received the French prize for Human Rights, and was made chevalier de la Légion d’honneur for his help to rape victims in the DRC. François Hollande honoured him himself.


The Aisne prefect would make himself proud by acknowledging the suffering of these women and granting them residency. We are asking him to do so through this petition.


 

Publié dans actualités

Commenter cet article