Dérives de Marianne, ou comment le bourreau se déguise en victime

Publié le par dan29000

Marianne ou comment un bourreau tente de se transformer en victime

 

La propension des fascistes et racistes à se déclarer victimes de leurs victimes est un classique de la manipulation des foules. L'armée française et les antisémites au moment de l'affaire Dreyfus se disaient eux mêmes victimes de celui qu'ils accusaient injustement. Pareillement, Marianne dénonce comme "comploteurs" des organisations qui luttent elles mêmes contre le racisme dont elles sont aussi la cible et dont souffrent des centaine des milliers de musulmans à travers le pays.

 

Acte 1) Marianne, un magazine en perte de lectorat, en difficulté financière, sort un numéro immonde prenant comme cible une émission de radio pratiquant la liberté d'expression, des militants et organisations anti racistes qui s'y expriment, et contenant un dossier tout autant abject et ahurissant concernant le PIR accusé de maux purement imaginaires.

Acte 2) Pris en défaut et épinglé par un certain nombre d'autres médias sérieux, comme Arrêt sur Image ou Canal plus, pour le vide sidéral de ce numéro à charge: manque de professionnalisme, assertions non fondées, propos calomniateurs, lieux communs racistoïdes, délation, le directeur de Marianne dont le conjoint d'ailleurs a souvent participé à l'émission de Beur FM visé par ce dossier, coincé, n'a pas d'autre choix que la fuite en avant.

Acte 3) La meilleure défense étant l'attaque, Marianne joue à la forteresse assiégée, se présente comme une victime de son courage et prétend être la cible d'une attaque en règle alors que dans les faits ce sont les prétendus complices des "Islamistes" ( un terme stupide complètement imprécis mais qui fait peur) dénoncés dans ce torchon de numéro qui sont eux mêmes désormais la cible d'insultes racistes et menaces de mort, de la part de justiciers beaufs ou fachos ainsi que dans le collimateur de l'Etat. C'était bien le but de toute cette affaire.
Rappelons que tous les crimes politiques d'Etat en France ont été précédés de campagnes de presse calomniatrices.
D'autre part il n'est pas inopportun de rappeler que ce numéro mensonger intervient juste au moment où certains amis de Marianne, Boughrab et Bruckner viennent de se voir signifier leur inculpation par les Indivisibles et le PIR pour des calomnies portées à leur encontre au moment de l'affaire "Charlie". Comme si il y avait un rapport de cause à effet, comme si ce numéro de Marianne était destiné le jour de leur procès à atterrir dans le dossier de la défense...Entre islamophobes, on se tient les coudes.

La morale de tout ça c'est que plutôt que d'accepter un débat serein et démocratique sur Beur FM comme la proposition lui en a été faite, Marianne maintient ses propos indécents, se complaît dans l'anathème,l'insulte, le mensonge, désigne des coupables à châtier et a le culot de se dire victime. Marianne excite implicitement à la répression étatique voire à la violence contre nous. Espérons que cette stratégie de la tension échouera et que la démocratie ne sera pas plus longtemps bafouée. En attendant ce numéro de Marianne que ne désavoue ni Mélenchon, ni Marine le Pen révèle bien la lâcheté et la descente aux enfers d'une certaine gauche raciste apéro-saucisson ayant trahi tous ses idéaux.

 

SOURCE / YOUSSEF BOUSSOUMAH

http://www.ladepeche.fr/…/2114172-cible-insultes-racistes-m…

Après Charlie Hebdo, c’est au tour de Marianne d’être la cible des extrémistes. Depuis la publication, la semaine dernière, de son dossier spécial « Les Complices de l’islamisme », le journal a reçu sur les réseaux sociaux « des centaines ...
ladepeche.fr

Publié dans actualités

Commenter cet article