Une France sous influence, de Vanessa Ratignier avec Pierre Péan, Fayard

Publié le par dan29000

Alors que le Qatar vient encore de faire l'actualité lors de la récente vente de 24 avions de combat Rafale et lors du scandale des corrompus de la FIFA où le doute est sérieusement mis sur la validité des coupes du monde de football à Moscou et dans cette petite monarchie du Golfe, il n'est pas inutile de revenir sur un essai paru à l'automne dernier. Celui de Vanessa Ratignier avec Pierre Péan, Une France sous influence, sous-titré : quand le Qatar fait de notre pays son terrain de jeu.

 

Il y a peu de secteurs marchands où l'émirat ne s'installe pas en France, l'industrie, les médias, le sport, l'immobilier haut de gamme et aussi l'hôtellerie de prestige... La liste n'est pas exhaustive. Journaliste indépendante, Vanessa Ratignier est l'auteur des séries documentaires sur France 5, Manipulations, une histoire française, en 2011 et Qatar, en 2014, des films-enquêtes en collaboration avec Pierre Péan que l'on ne présente plus, auteur de L'argent noir en 1988, La République des mallettes en 2011, ou encore TF1, un pouvoir, sans oublier La face cachée du Monde en 2003.

 

Un fil rouge traverse cette radiographie passionnante de l'action du Qatar en France, celui de Sarkozy cédant aux volontés du petit émirat. Bel exemple, lors de la destruction de la convention fiscale entre les deux pays, le Qatar fut, durant son quinquennat, exempté de la taxation sur les plus-values immobilières ! Joli cadeau quand on connait le poids des investissements immobiliers de cet État du Golfe ! Un cadeau qui crée sans doute la suspicion sur le financement du divorce onéreux de Sarkozy par ses amis Qataris, autour de trois millions. Un des premiers chapitres du livre est consacré à l'axe Qatar-France et à la dérive de nos élites. "Au-delà de la corruption de quelques-uns, c'est tout un système qui est perverti." La monarchie pas trop éclairée de ce micro-État est celle d'une seule famille : les Al-Thani, une famille peu avare ! Invitations multiples, remises de prix divers, réceptions, et décorations. Rien qu'en 2010, 66 personnalités françaises décorées et pas que des politiciens, mais aussi historien, poète, humoriste, éditorialiste. Sans oublier le fameux Forum de Doha où la monarchie invite nos parlementaires pour discuter de démocratie ! Si si ! En 2013, la délégation française comptait 83 membres dont 21 députés de toutes tendances. Un forum où l'on ne parle pas des travailleurs immigrés (94% de la main d'œuvre du pays) traités comme des esclaves, et qui meurent sur les chantiers des tours et des futurs stades envahis par une canicule endémique. Pas pour parler non plus du poète Mohamed al-Ajami, condamné à quinze ans de prison pour avoir écrit une ode aux printemps arabes, ni pour parler des entrepreneurs français retenus dans l'émirat suite à des divergences financières avec leur associé qatari, ni pour parler des journalistes arrêtés. La philosophie qatarie est d'ailleurs simple :

 

Tout s'achète, y compris les gens !

 

"Entre 2000 et 2012, le PIB de l'émirat est passé de 35 à 185 milliards de dollars..." Une richesse nommée pétrole et gaz (Troisième réserve mondiale). Reconnaisons que Sarkozy ne fut pas le seul à s'offrir au Qatar, avant lui, Chirac et Pompidou, après lui, Hollande. Une sorte de continuité de l'État, une continuité primordiale pour cette France située dans le peloton de tête des marchands d'armes.

Au fil des chapitres, le lecteur fasciné comprend l'influence profonde du Qatar dans les pays arabes et dans notre hexagone. La petite monarchie est entrée au capital de Total, Vinci, Suez Environnement, Vivendi, Veolia, LVMH, Orange et s'empara du PSG. Sans le moindre doute pour nos élites. Rien à dire sur cet État esclavagiste du XXIe siècle pour reprendre Sharan Burrow de la Confédération syndicale internationale (CSI). D'édifiants chapitres sont aussi consacrés à Al Jazeera, à la scandaleuse vente d'un bien d'État en 2007, le centre Kléber à Paris, ou encore de l'affaire des fonds banlieues, avec le débat du prosélytisme du Qatar dans les banlieues, sorte de colonisation par l'argent dira à juste titre Mélenchon en 2012... Sont aussi passés en revue,la guerre au Mali, EADS et Areva, la nouvelle chaîne BeIN Sports (1,5 millions d'abonnés), mais aussi les victimes françaises du Qatar, Air France et Canal +.

Un essai très documenté qui est accablant pour cette monarchie qui fait de la France sa vitrine avec la complicité active de nos élites. Tout peut s'acheter, donc on peut vendre à tous ! A lire de toute urgence en attendant qu'une FIFA enfin assainie annule sa décision d'une future Coupe du monde au Qatar.

 

Dan29000

 

Une France sous influence

Quand le Qatar fait de notre pays son terrain de jeu

Vanessa Ratignier avec Pierre Péan

Éditions Fayard

2014 / 484 p / 23 euros

 

 

LE SITE DE L'EDITEUR

 

 

Publié dans lectures

Commenter cet article