L'état profond américain, un essai signé Peter Dale Scott

Publié le par dan29000

Peter Dale Scott, nos lecteurs le connaissent déjà, depuis notre article en 2012 sur son essai intitulé La machine de guerre américaine. Cela était le second volet d'une trilogie débutée avec La route vers le nouveau désordre mondial. Trilogie qui s'achève cette année avec L'état profond américain. Un travail tout à fait surprenant et documenté basé sur plusieurs décennies de recherche.

 

Porte-parole du vaste mouvement anti-guerre du Vietnam, Peter Dale Scott enseigna la littérature anglaise durant près de trente ans à l'université de Berkeley. Ce Canadien, docteur en sciences politiques est un spécialiste de la politique étrangère US.

 

Il continue dans ce nouveau livre à développer, arguments à l'appui et abondance de notes et citations, son concept d'État profond, qui demande une explication pour un lecteur français. Il s'agit de prendre conscience que le pouvoir réel en Amérique du nord, ne provient pas, ou plus, de la Constitution, de la Maison blanche, du Parlement. Mais de sources extérieures plus puissantes que l'État public. La NSA n'étant qu'un exemple récemment dévoilé par les révélations de Snowden. "Les mécanismes horizontaux de la démocratie ont été graduellement supplantés par les processus verticaux de l'État profond." Autrement dit, les élections et les Présidents élus passent, mais rien ne change. Au-delà des changements cosmétiques entre Démocrates et Républicains, demeurent le pouvoir du complexe militaro-industriel, des agences, et des forces de répression, à l'intérieur et à l'extérieur. Ce qui donne pour résultat que les États-Unis sont sans nul doute le plus grand fauteur de guerre dans le monde, avec son allié de toujours Israël.

 

Certes nous ne suivrons pas l'auteur sur la totalité de sa mise en perspective entre l'assassinat de JFK, le Watergate, Irangate et 11/09, les États-Unis étant très différents entre 1963 et 2001, même si sa notion de COG (Continuité du gouvernement) se tient. D'autant plus quand Scott remonte aux années trente avec les sinistres Hoover et McCarthy ! Cette restriction mise à part, difficile de ne pas adhérer aux thèses de l'auteur qui montre sa parfaite connaissance du sujet. Il est clair qu'existe une militarisation du pays, que Wall Street a plus de pouvoir que les élus des deux chambres, que le rôle social de l'État s'est amoindri (malgré une réforme a minima du système de santé par Obama), que la pseudo guerre contre la drogue est un échec cuisant, tout comme la prétendue guerre contre le terrorisme.

 

Sous-titré, La finance, le pétrole et la guerre perpétuelle, ce brillant essai nous éclaire sur les intimes connexions entre Wall Street, le Big Oil et le besoin de la guerre perpétuelle dans le monde. Réprimer, préserver l'accès au pétrole, vendre des armes, se distancier de la démocratie et de la Constitution... Une partie du programme de l'État profond. En fin de volume, l'auteur tente de répondre à la fameuse question, que faire ? Juste des pistes intéressantes, mais sur quatre pages ! On aimerait le lire plus en détails sur ce sujet, de l'action citoyenne, de l'émergence d'Occupy... Un autre livre serait sans doute nécessaire.

 

Dan29000

 

 

L'État profond américain

La finance, le pétrole et la guerre perpétuelle

Peter Dale Scott

Traduit de l'américain par Maxime Chaix

Éditions Demi-Lune

Collection Résistances

2015 / 448 p / 25 euros

 

Le site de l'éditeur

 

Lire notre article sur : La machine de guerre américaine

 

 

« L’État profond américain résume plus de quatre décennies de recherches menées par Peter Dale SCOTT sur les aspects les plus obscurs de la Politique profonde aux États-Unis. Il en résulte une perspective inédite sur le véritable système de gouvernance dans ce pays. Son analyse est méticuleuse, brillante et magistrale. »

- Daniel ELLSBERG, « l’homme qui fit tomber Nixon »,

 

 

Publié dans lectures

Commenter cet article