Le printemps est reporté jusqu'à nouvel ordre, la poésie subversive de Tasso Kourakis

Publié le par dan29000

La poésie subversive de Tassos Kourakis ou lorsque la poésie rencontre le combat politique et vice -versa

 

Extraits du recueil de Tassos Kourakis

 

« Le printemps est reporté jusqu’à nouvel ordre »

 

 

paru en mai 2015 chez Levée d’ancre-L’Harmattan,

traduit du grec par Anastassia Politi avec Michel Cassir.

 

Poète, activiste, syndicaliste, chercheur en médecine et professeur à l’Université d’Aristore à Théssalonique, Tassos Kourakis est ministre de l’éducation nationale en Grèce depuis le 25 janvier 2015. Député de Syriza depuis plusieurs années,  il a écrit les poèmes no 1, 3 et 4 ci-dessous et les a lus au sein du parlement grec en 2012, durant ses interventions de député contre le vote des mesures désastreuses pour le peuple grec, imposées par les politiques d’austérité.

 

  1. 1.   Etat de guerre

 

Mais qui dit que la guerre est finie ?

Parce que vous ne voyez pas ceux qui sont morts, car on ne vous a appris à les reconnaître que par leurs tenues militaires souillées de sang ?

Or, ne sont-ils pas victimes de guerre ces chômeurs en rang dans les tranchées au petit matin à la recherche d’un emploi qu’ils ne trouvent pas ?

Ne sont-elles pas en tenue militaire ces loques humaines qui errent dans les rues à la recherche d'un morceau de pain ?

N’est-elle pas de sang la lettre de licenciement ?

Les bombardiers ne volent plus dans le ciel, ils ne jettent plus de bombes avec fracas et explosions. Les nouvelles armes sont les bourses financières, les lois qui apportent la misère, l'armée de réserve des chômeurs.

Les fours crématoires à Auschwitz ne sont pas éteints. Ils se remplissent tous les jours avec les rêves d’enfants et leurs espoirs devenus cendres dégageant une horrible odeur de chair humaine carbonisée. Leur système sent la chair humaine brûlée.

Qui vous a dit que la guerre est terminée ?

Parce que la télévision n’en parle pas ? Et parce que vous ne  lisez pas les journaux ? Ouvrez donc le quotidien à la page des petites annonces et vous lirez le communiqué militaire annonçant les pertes sur le front de guerre de la vie. Renseignez-vous encore sur le suicide des désespérées.

Renseignez-vous sur les immigrés et les réfugiés empilés dans les camps de concentration modernes. Apprenez à reconnaître les collabos d’aujourd’hui qui ont pactisé avec ceux qui détiennent les produits financiers et armes  pour spéculer et violer le corps du pays et de ses habitants. Souvenez-vous enfin de la Résistance et rejoignez ceux qui refusent les rôles assignés car ils préparent leur riposte pour défendre la vie. Aucune guerre n’est terminée. Nous sommes en état de guerre !

-------------------------------------------------------------

2. Cernés de partout comment soutenir la réalité

Entre deux guerres les chemises noires autour

Je ne choisis pas de m’engourdir

Le monde des ombres ne me convient pas

L’écho de Nekyia* n’est pas un chant de noces

C’est un chant de guerre perdue

Que je n’ai pas choisi.

* Rituel d’invocation des morts.

3. Mesdames et Messieurs les députés…

Demain lorsque vous lèverez la main pour voter

rappelez-vous que dès que vous la baisserez

le signal sera donné

aux mitrailleuses pour qu’elles crachent

misère et mort

sur ceux que vous avez poussés au peloton

 

4. Le nuage toxique

 

Attention, il circule un nuage toxique

De dents serrées suspendues et lancées contre les flics, les fenêtres et les banques

De poings élevés creusant les crânes des manipulateurs, des politiciens, des occupants

- Si vous appartenez à ces catégories restez enfermés dans vos maisons

Attention ! Zita les bataillons antiémeutes circulent pour piéger ceux qui peignent sur les murs des maisons leurs rêves et leur courroux

- Ne jamais porter de crayons, de marqueurs, ni de papeterie en général

Des services d’ordre formés de citoyens honnêtes sont mis en place contre les nostalgiques des couchers de soleil, des droits de l’Homme, des mers sans barbelés

Des caméras volantes planent pour votre sécurité

Ne tirez pas dessus, elles saignent de votre propre sang

 

Attention, le nuage toxique de fausses nouvelles est à son paroxysme à l’aide de réseaux souterrains prétendument libres

Bientôt l'inondation et la noyade

Eloignez-vous pour être sauvés

Un nuage toxique circule

Allumez le téléviseur et fermez les fenêtres, les fissures, vos narines, vos esprits

Vous êtes en danger !

 

5. Déflagration

 

Ne supportant pas la frime je veux

Que ma colère soit charbon et dynamite

Et comme je n’y arrive pas

J’attends patiemment que le temps de l’amour surgisse telle une grenade

Dans cette attente,  je deviens poudre et mèche

Parfois je me prends à craindre

Ma propre déflagration

 

6. Nos Christs au féminin

 

1-Femmes aux tatouages sur l’âme

un dragon et une étoile

Clytemnestre, Electre, Virginia Woolf

2- Femmes avec des cicatrices

depuis la naissance qu’elles

vomissent sur la gueule

de ceux qui les ont gravées

3- Femmes suspendues à des crocs

crachant sur ceux qui les chevauchent

4- Femmes étiquetées éliminant

le chiffre sur leur bras

en s’arrachant la peau

5- Femme en garde à vue dans

la salle d’opération chirurgicale

à la cuisine enchaînée

par des menottes, des pansements

  • ou des couronnes de mariées

6- Femmes à la tête

dans le four à gaz   

échappant de l’asphyxie

du confort et de l’éphémère

7- Femmes aux ailes brisées refusant pilules et anesthésie revendiquant leur propre ciel

8- Femme amazone se coupant le sein pour lutter contre les stéréotypes 

9- Femmes n’hésitant pas à marcher sur les vagues contre le vent et la pesanteur des normes

10- Femme glissant comme une anguille du filet social de la luxure de l’obéissance et des conventions

11- Femmes s’immolant dans le brasier de l’histoire et d’autres carbonisées au feu d’Eros

12- Femmes recevant par un sanglot le sperme de la peur et accouchant l’extase et l’amour

13- Vieilles femmes sur les dents desquelles coule toute la beauté du monde  

14- Femmes qui gardent leurs cuisses serrées mordant leur courroux pour ne pas donner naissance aux soldats de demain

15- Médée transformant sa matrice en rose rouge de passion

16- Femmes entrant en révolution redressant leurs vertèbres telles des colonnes du Parthénon  

 

 

SOURCE/ MEDIAPART                                   

Publié dans arts

Commenter cet article