Les créanciers-vautours français ont obtenu la tête de Varoufakis

Publié le par dan29000

Les Ayatollahs français obtiennent la tête de Varoufakis

 
 

 

Après la victoire du NON avec plus de 60%, le peuple grec affirme son rejet du chantage de l’Europe et du couple déséquilibré franco-allemand. Pourtant, alors qu’il était avec le premier ministre Alexis Tsipras, l’autre figure emblématique de la résistance des Grecs à l’Europe des banques, Yanis Varoufakis a annoncé ce matin sa démission.
 
L’explication de la démission surprise du ministre grec des finances, qu’il donne lui-même sur son blog est la suivante : "Peu de temps après l'annonce des résultats du référendum, on m'a informé d'une certaine préférence de certains membres de l'Eurogroupe pour mon absence des réunions. Une idée que le premier ministre a jugé potentiellement utile à l'obtention d'un accord. Pour cette raison je quitte le ministère des finances aujourd'hui ». Et il conclut : « je porterai le dégoût des créanciers avec fierté ».
 
En réalité, il suffisait d’écouter ce matin les Ayatollahs socialistes se féliciter de la mise à l’écart de M. Varoufakis pour comprendre ce qui s’est réellement passé.
 
Michel Sapin, ministre des finances sur Europe 1 :
« Je le connais bien, je l’ai vu depuis le premier jour, c’est un homme très entier, c’est un homme qui a beaucoup de fougue, qui a beaucoup de foi. Il  a aussi prononcé des mots
Le terme de terroriste, surtout quand on le vit depuis la France et quand on sait comment nous, nous avons été frappés par le terrorisme, c’est quelque chose qui est mal passé. »
 
Stéphane La Foll, porte-parole du gouvernement sur BFMTV :
« Il a été dit beaucoup de choses très désagréables et sur lesquelles il faut que chacun ait conscience aujourd’hui qu’on a besoin de se respecter. Ca vaut aussi d’ailleurs pour les Grecs et j’ai vu que le Ministre des finances qui a eu des propos qui étaient pas… acceptables sur le terrorisme qui aurait été exercé par certains créanciers … »
 
Ce qui n’est pas surprenant, c’est que la démission de M. Varoufakis a été actée dimanche soir, juste après une discussion entre Alexis Tsipras et François Hollande, une fois le résultat du référendum connu.
 
Depuis le 4 juillet, date à laquelle Yanis Varoufakis donne une interview au quotidien espagnol « El Mundo » (1) et dans laquelle il fustige l’attitude des européens à l’égard de la Grèce, sa tête est mise à prix. Il a en effet le mauvais goût d’appeler un chat, un chat et n’y va pas par 4 chemins à propos des créanciers de son pays:
 
« Le mois dernier, ils nous ont fait un chantage cruel : vous signez ou vous devrez fermer vos banques… Ce qu’ils sont en train de faire avec la Grèce à un nom : c’est du terrorisme. » Et il ajoute : « Pourquoi ils nous ont forcé à fermer les banques ? C’est pour insuffler la peur aux gens. Et quand il s’agit de répandre la terreur, on appelle ce phénomène le terrorisme. »
 
En qualifiant les créanciers de la Grèce dont la France de « terroristes », Varoufakis commet un crime de lèse-majesté. Il touche à ce que les socialistes ont de plus cher et qui constitue leur unique espoir de faire réélire Hollande.
 
Sans le terrorisme, Hollande, Valls et le parti socialiste français ne sont rien. Si la menace des attentats cesse, s’en est fini des maigres chances de réélection de François Hollande.
Imaginez qu’on parle d’autre chose que du terrorisme, les socialistes sont morts. Le chômage ? Incapables d’inverser la courbe du chômage ? Le déficit ? Incapables de le résorber malgré 3 ans à taper sur les économies des Français ?
 
Depuis le 11 janvier 2015, toute la stratégie du parti socialiste se construit sur cet immense imposture qui consiste à faire croire aux Français que nous sommes tous « Charlie » et sous la menace permanente d’un supposé terrorisme islamiste.
Cette stratégie de la terreur doit permettre au parti socialiste de maintenir dans la peur le peuple jusqu’aux élections présidentielles. Enfants placés en garde-à-vue, plateforme internet de dénonciation de ses voisins, loi fasciste sur le renseignement (2). Le gouvernement français et le parti socialiste sont en train de tisser une toile pour nous enfermer dans un choix simpliste et mensonger : face à la menace terroriste, seul le gouvernement en place peut vous protéger.
 
Alors quand Yannis Varoufakis qualifie de terroristes des dirigeants qui mettent le peuple Grec à genou pour renflouer leurs propres banques, il galvaude ce terme sacré de terrorisme qui sert de base à toute la stratégie électorale des dirigeants français.
 
Non, Monsieur Varoufakis, vous avez tord; Hollande, Valls et les socialistes français ne sont pas des terroristes, ce sont des imposteurs incapables, les plus grands que nous n’ayons jamais connu. Ils ont exactement les mêmes objectifs que les terroristes, certes : maintenir la peur chez les français jusqu’aux élections présidentielles, mais utilisent des moyens beaucoup plus sophistiqués : ceux de l’état.
 
Merci à vous et au peuple grec de nous avoir démontré qu’on peut refuser de se faire étrangler jusqu’à la mort par des banques aux ordres de dirigeants corrompus dont le seul et unique objectif est de se faire réélire.
 
Ah oui, j’oubliais. Apparaître régulièrement aux manettes d’un gros cube, ça aussi ce n’est pas très malin. Chez nous, le Président Hollande, il ne pilote pas une moto. Il s’accroche derrière un garde du corps sur un scooter. Forcément, vous lui donniez quelques complexes.
 
 

(2) http://philippealain.blogspot.fr/2015/03/la-dictature-cest-maintenant.html

 
SOURCE/ I AM SPARTACUS

Publié dans actualités

Commenter cet article