Reddition de Tsipras et déroute des gauches européennes

Publié le par dan29000

Alexis Tsipras : une capitulation lourde de conséquences pour les gauches européennes

 

C’est fini. Lundi 13 juillet 2015, Alexis Tsipras, cassé, a signé sa reddition et accepté tous les diktats imposés par une coalition germano-européenne sans pitié.

 

Violant les résultats du référendum qu’il avait pourtant lui-même organisé, faisant fi de toutes les promesses du Tsipras I — ah, feu l’inviolable ligne rouge ! —, le Tsipras II a acté sa reddition totale par des déclarations à la Papandréou :

« Nous avons donné une énorme bataille. Le peuple grec peut continuer alors à se battre. Mais nous avons évité le pire. Finalement, la gestion des biens publics grecs ne sera pas transférée en dehors du pays. Nous léguons en Europe cette volonté de changer. Les mesures à adopter apporteront la stagnation, sauf que les fonds expressément prévus en faveur du développement feront j’espère la différence et les investisseurs reviendront. »

De bataille, il n’y eut finalement point vraiment, sinon de vaines postures bravaches et des coups de gueule sans conséquences, surtout si l’on se réfère à leur résultat final calamiteux. Alexis Tsipras n’était tout simplement pas à la hauteur de l’enjeu, trop timoré pour prendre la seule porte de sortie qui convenait, un Grexit, sans même être capable de tirer les conséquences de son échec en démissionnant comme l’aurait immanquablement fait un Charles De Gaulle.

Goût de cendres

Les leçons à tirer de ce fiasco laisse un goût de cendres en travers de la gorge :

1. Des conséquences désastreuses pour les gauches européennes. Gageons que ceux de Podemos, notamment, doivent sacrément marcher sur des œufs. Et ce n’est pas l’intervention de Jean-Luc Mélenchon dimanche soir sur BFMTV qui risque de rassurer des électeurs décontenancés. Maniant la langue de bois la plus éculée (« aujourd’hui, il faut faire preuve du sens de l’État, du sens de la Nation et du sens de l’intérêt européen »), scandant des déclarations d’intention parfaitement creuses (« il faut que les Allemands cessent leur comédie »), le leader du Parti de gauche finit par prêcher l’absence totale d’alternative à l’omnipotence de l’euro, pourtant arme fatale de la BCE contre les peuples :

« Le Grexit est absurde. Si on sort la Grèce de la zone euro, sa dette sera toujours libellée en euros et sera multipliée par 6 ou 7 [1]. »

2. Un chemin dès lors ouvert à toutes les forces eurosceptiques de droite et d’extrême-droite, seules en lice désormais pour encore pouvoir prétendre contester l’hégémonie allemande sur l’Europe.


Nigel Farage, leader de l’UKIP (droite eurosceptique) fait la leçon à Alexis Tsipras.

3. Une condamnation de la Grèce à des années de misère et de soumission, car il est désormais clair que sous l’effet d’une austérité accrue jusqu’à l’insupportable, l’anéantissement financier et économique du pays va s’accélérer et que celui-ci restera sous la tutelle de fer de la Troïka tout au long de sa chute.

4. Un effondrement de l’Europe et de la zone euro tant il est évident que le renforcement de l’austérité ne peut donner à la mafia emmenée par Angela Merkel qu’un piètre répit dans son inexorable agonie. Mais comme le remarque le prix Nobel Paul Krugman, l’Eurogroupe s’est désormais affranchi de toute rationalité économique pour se perdre dans un esprit malsain de vengeance :

« La liste des exigences de l’Eurogroupe est de la pure folie. Les efforts demandés à Athènes dépassent la sévérité, ils recèlent un esprit de vengeance, la destruction totale de la souveraineté nationale et effacent tout espoir de soulagement. L’argumentation économique est devenue presque secondaire. Durant les deux dernières semaines, nous avons tout simplement constaté qu’être membre de la zone euro signifie que votre économie peut être détruite si vous sortez des rangs. »

Voilà donc les peuples européens abandonnés à leur destin par ceux-là mêmes qui s’en prétendaient les plus zélés garants. Voilà donc le vieux continent en passe d’être livré de nouveau à ses plus obscurs démons. Et qui ne pourra bientôt plus renaître que du chaos dans lequel il est en train de sombrer.

Il y a quelque temps, j’écrivais que la solution aux maux occidentaux ne passerait pas par les urnes, qu’aucune force alternative n’était aujourd’hui en mesure d’offrir un contrepouvoir sérieux au rouleau compresseur de maîtres d’empire sans aucuns scrupules démocratiques. Oh, comme j’aurais voulu me tromper !

 

P.-S.

 

Notes

[1] Cet argument, maintes fois démonté par Jacques Sapir, est de surcroît en contradiction totale avec des déclarations précédentes de Jean-Luc Mélenchon comme quoi la Grèce ne rembourserait de toute façon jamais sa dette.

 

SOURCE/ POLITIS

Publié dans actualités

Commenter cet article