Vincent Bolloré, spécialiste en censure : après Les Guignols, un film sur le Crédit mutuel

Publié le par dan29000

Canal+ : documentaire censuré par Bolloré (Society/Mediapart)

 

 

Par le

 

Première censure à Canal+ sous l’ère de son nouveau propriétaire Vincent Bolloré. Selon le magazine Society daté du 24 juillet, la diffusion d’un documentaire sur une filiale suisse de la banque Crédit mutuel, pourtant validée mi-mai par la direction de Canal+, a finalement été annulée. L’info est confirmée aujourd’hui sur le site de Mediapart, co-auteur de cette enquête passée à la trappe. Visiblement, un coup de fil du nouveau propriétaire de la chaîne a suffi pour stopper la diffusion de ce documentaire embarrassant pour le patron du Crédit mutuel, un des principaux partenaires financiers du groupe Bolloré.

Si début juillet les médias et les politiques s’inquiétaient pour les Guignols de l’info– qui finalement restent sur Canal+ en crypté et passent en clair sur Dailymotion, tout récemment acquis par… Bolloré– il a fallu attendre un paragraphe au détour d’une longue enquête que consacre le magazine Society à Vincent Bolloré pour découvrir que le nouveau propriétaire de la chaîne a joué des ciseaux courant mai. Selon le magazine sorti en kiosque le 24 juillet, un documentaire consacré à une filiale suisse du Crédit mutuel, pourtant validé par la direction de la chaîne, n’a finalement pas été diffusé : "cette enquête, menée de concert par Mediapart et l’équipe investigation de la société KM production, retrace l’affaire dite de la Banque Pasche", nom de la filiale suisse du Crédit mutuel soupçonnée d’organiser l’évasion fiscale de certains de ses clients. Un soupçon qui pèse également sur la banque UBS comme le racontait récemment sur notre plateau Stéphanie Gibaud, une de ses anciennes employées et témoin de ces exactions.

Pourquoi refuser de diffuser ce documentaire ? Society avance une hypothèse "évoquée en coulisses : Vincent Bolloré ne souhaiterait pas mettre en porte-à-faux ses «amis» du Crédit mutuel avec ce documentaire qui, finalement, sera diffusé à la rentrée… sur France 3". Mais quand le magazine se demande si c’est un hasard ou une coïncidence, Mediapart est aujourd’hui catégorique : cette décision a bel et bien été prise par Bolloré en personne. Dans un article publiéaujourd'hui, le site d’information – partenaire du documentaire donc et à l’origine de plusieurs enquêtes sur cette filiale du Crédit mutuel – assure que "c’est par un simple coup de fil à Canal+ que Vincent Bolloré a signé l’acte de décès du documentaire, selon plusieurs sources internes".

Bolloré Mediapart

L’information est également appuyée par le témoignage de l’avocate des lanceurs d’alerte à l’origine de l’affaire du Crédit mutuel, Sophie Jonquet. Cette dernière, citée par Mediapart, "apprend la censure de la bouche d’un ami, qui se trouve être un cadre supérieur travaillant pour la banque mutualiste. «Il me dit de manière très claire et sans détour que le film ne sera pas diffusé et que Bolloré avait fait droit aux demandes de Michel Lucas. Je n’en revenais pas»".

Selon Mediapart, le documentaire, intitulé Évasion fiscale, une affaire française, était pourtant programmé dans l’émission d’enquête Spécial Investigation le 18 mai comme en témoigne un communiqué de Canal+. De même, "le film (qui contient plusieurs révélations embarrassantes pour la banque mutualiste) avait été validé par la direction des programmes et le service juridique de la chaîne". Mais un coup de fil a eu raison du sort de ce programme. L’intervention de Vincent Bolloré fait le tour de la direction de Canal+ qui découvre que le propriétaire de la chaîne a "fait valoir ses liens d’amitié avec Michel Lucas, le patron du Crédit mutuel". Par ailleurs, la banque "est l’un des principaux partenaires financiers des activités du groupe Bolloré". C’est le Crédit mutuel qui a notamment garanti l’OPA amicale de Vivendi (dont le conseil de surveillance est présidé par Bolloré) pour prendre le contrôle total de Canal+ le 12 mai dernier.

Canal+

Mais pourquoi avoir attendu pour raconter cette censure ? Contacté par @si, Fabrice Arfi, auteur de l’article, explique qu’au mois de mai, il n’avait pas encore toutes les informations. De plus, il attendait la confirmation de la diffusion du documentaire dans le magazine Pièces à conviction sur France 3 pour révéler l’information. A priori, la chaîne publique n’a encore rien signé formellement. C’est la révélation signée Society qui a poussé Mediapart à publier l’information plus tôt que prévu.

 

Abonnez-vous !

 

 

SOURCE / arretsurimages.net

Publié dans écrans

Commenter cet article