Réviser le contrôle au faciès

Publié le par dan29000

Collectif Contre le Contrôle au Faciès
Numéro SMS : 07 60 19 33 81
Site: www.stoplecontroleaufacies.fr
Suivez nous sur Twitter : @controlefacies
Page Facebook : Stop le Contrôle au Faciès
Groupe Facebook : Stop le Contrôle au Faciès

 

 

Rentrée : une révision générale sur le contrôle au faciès s’impose

 

 

Deux mois pile après la condamnation historique de l’État pour contrôle au faciès, le Secrétaire d’État aux transports préconise cette pratique non seulement discriminatoire mais inefficace.  Petits rappels.

 

Lorsqu’Alain Vidalies, Secrétaire d’État aux transports, annonce qu’il préfère “qu'on discrimine (...) pour être efficace, plutôt que de rester spectateur”[1] on se dit qu’à la veille de l’Université du PS / MJS, il est peut-être temps de réviser ses fondamentaux. Sans vouloir répéter le contenu du “Kit d’information”[2] que nous avons mis en ligne et livré à tous les parlementaires, quelques éléments seulement suffisent pour permettre à chacun de retrouver la raison :

 

1/ Le contrôle au faciès n’est pas que discriminatoire, c’est inefficace.

Incroyable? C’est pourtant ce que sont venus raconter des policiers espagnols, anglais, américains, entre autres, dans un séminaire international sur les contrôles d’identité organisé par le Défenseur des Droits le 8 octobre 2012[3]. Selon eux, appuyés par les chercheurs internationaux, le contrôle au faciès est inefficace d’abord sur le coup, puisque le nombre de “prises” grâce au contrôle au faciès est infime, mais aussi sur le long terme, car l’acte discriminatoire crée une suspicion permanente entre policiers et population qui nuit aux enquêtes de fond. Au contraire, la lutte contre les contrôles au faciès permet de renforcer le lien police-population et même… de réduire les actes de violence. Eh oui.

 

2/ Euh, la France vient juste d’être condamnée pour contrôle au faciès...[4]

On conviendra que c'est une étrange manière de donner suite à une condamnation de l'État pour faute lourde. Mais bon, libre au Gouvernement de légitimer des pratiques discriminatoires, le pôle juridique du Collectif reste disponible pour accueillir toute nouvelle plainte, et organiser de nouvelles actions en justice collectives contre l’État avec le soutien du Défenseur des Droits et du Syndicat des Avocats de France.

 

3/ Sinon, l’engagement 30 du Président c’était de lutter contre les contrôles au faciès…

…” par une mesure respectueuse des citoyens [5]. En Juin 2012, on nous disait même que c’était “ en cours ”[6]. Depuis? Au Gouvernement on ne comprend plus comment ça marche. On ne sait plus lire, ni le Kit d’information, ni le livre du MJS[7], ni les recommandations du Défenseur des Droits[8]. On dit aux syndicats de police qui soutenaient cet effort de se taire. On préfère des caméras de sécurité qui s’allument et s’éteignent à souhait, comme l’avait proposé Brice Hortefeux[9] pour protéger les policiers violents. On se gargarise d’avoir interdit le contrôle au faciès dans le nouveau code de déontologie, qui n’a aucune valeur juridique, et d’avoir imposé un numéro de matricule, obligation européenne...en scratch détachable, quand même (il ne faut pas abuser). Mais on ne se souvient plus de la mesure soutenue par tous pour effectivement lutter contre les contrôles au faciès avec une politique de traçabilité et de recours en cas d’abus. EELV, le FDG et même l’UDI ont, eux, rédigé des propositions de loi pour le reçu du contrôle d’identité[10], sans sourciller. Allez comprendre.

 

 

4/ Face à l’irresponsabilité politique, une seule solution : la défense citoyenne 

A l’approche de nouvelles échéances électorales, les associations du Collectif tiennent à préciser que si la menace de la montée du Front National ne fonctionne plus, c’est bien parce que cette dernière n’est que le résultat du désintérêt que suscite l’absence de colonne vertébrale du Parti Socialiste. Elles souhaitent donc surtout ajouter un message aux citoyens qui subissent, souvent de manière violente, les conséquences de cette irresponsabilité politique:

 

  1. Si vous faites l’objet d’un contrôle abusif, envoyez un SMS (“contrôle”) au 0760193381, les bénévoles du pôle juridique vous rappelleront pour vous faciliter l’accès à vos droits et recours dans les plus bref délais
  2. Si vous êtes témoins d’un contrôle abusif : filmez si vous le pouvez, donnez vos coordonnées à la victime pour vous porter témoin si besoin
  3. Vous avez le droit de filmer. Les policiers n’ont pas le droit de confisquer votre téléphone. Mais soyez prudent, et consultez les outils disponibles pour vous protéger.
  4. Vous pouvez nous faire parvenir les images de contrôles abusifs en toute confidentialité.
  5. Le savoir est une arme. Vos droits et des idées pour les faire connaître sont disponibles dans le Guide des Droits et d’Action du Collectif.[11]

 

Le contrôle au faciès n’est que la partie émergée de l’iceberg. En France, plus d’une personne par mois meurt au cours ou des suites d’une interpellation. Votre geste peut sauver une vie.

Publié dans actualités

Commenter cet article