Hadeel Hashlamon, 19 ans, étudiante, tuée par les soldats israéliens

Publié le par dan29000

Hadeel Hashlamon avait 19 ans et étudiait à l’université. Comme des milliers d’autres Palestiniennes, elle a été tuée par des soldats israéliens. Froidement. Pour rien.

 

Yann Illers

 

8h30 du matin, mardi 22 septembre 2015, Hadeel se présente au check-point 56 d’Hébron, au cœur des territoires occupés. La nervosité des soldats est palpable.
Les fêtes de Yom Kippour et de l’Aid el Kebir approchent. Mesure d’humiliation classique, le gouvernement Netanyahou a interdit à tous les Palestiniens de moins de 40 ans de se rendre sur l’Esplanade des Mosquées de Jérusalem, occupée depuis 1967. Tous les check-points du pays sont fermés et les contrôles drastiquement renforcés.
Fawaz Abu Aisheh, âgé de 34 ans, et un militant européen qui a souhaité rester anonyme assistent à la scène : les soldats gueulent, Hadeel, ne bouge pas, tétanisée. Aisheh crie : « elle ne comprend pas l’hébreu ! ». Deux balles frôlent les pieds de la jeune femme. Elle recule de quelques pas. Des soldats l’entourent, les fusils d’assaut pointés sur elle. Ils lui demandent d’ouvrir son sac, alors qu’elle s’exécute, un soldat hurle : « stop, stop, stop ! Ne bouge pas ! » L’un d’entre eux tire sur sa jambe gauche, puis sur sa jambe droite et six balles l’atteignent au thorax et à l’abdomen.
Hadeel est traînée sur quelques mètres, laissée à même le sol pendant trente minutes, et livrée à la raillerie des colons. Elle est ensuite transportée à l’hôpital Shaare Zedek de Jérusalem, où elle meure au bout de quelques heures. Scandalisés par cet assassinat en règle, des Palestiniens s’approchent du check-point et lancent des pierres sur les soldats.
Les services de presse de l’armée israélienne déclarent qu’Hadeel a tenté de sortir un couteau. Ce que les photos publiées par la suite infirment.
La nuit précédente, un jeune Palestinien de 21 ans, Diyaa Talahmeh, avait trouvé la mort. Selon les allégations de Tsahal, il aurait tenté d’utiliser une bombe artisanale. Or, des témoins avancent que des soldats lui ont tiré dessus sans sommation.
Les funérailles d’Hadeel ont eu lieu mercredi, et des milliers de personnes y ont assisté. Elles ont été suivies par des affrontements entre de jeunes Palestiniens et l’armée israélienne. L’assassinat d’Hadeel, qui a fait le tour du monde pourrait être le point de départ d’une nouvelle intifada. Il atteste, s’il fallait encore le faire, de la quotidienneté de la barbarie coloniale et raciste de l’État d’Israël. Se taire, c’est acquiescer à la banalité du meurtre.

Plus que jamais, alors qu’on érige en ce moment même des check-points aux frontières de l’Europe il est temps de renouer avec les traditions internationalistes, anticolonialistes et antiracistes : pour Hadeel comme pour toutes et tous les autres, ni oubli ni pardon ! Solidarité avec la lutte des Palestiniens ! Israël assassin, Hollande complice !

 

SOURCE/ REVOLUTIONPERMANENTE.FR

Publié dans Monde arabe - Israël

Commenter cet article